Aller au contenu principal
Profil de carrière

Jennifer Gardy

Directrice adjointe, Surveillance, données et épidémiologie Paludisme | Santé mondiale
Fondation Bill & Melinda Gates
Jennifer Gardy | Scientifique principale
Jennifer Gardy | Scientifique principale
Lieu de naissance
Emplacement
Parcours education

À propos de moi

Je suis né/j’ai grandi à : À Vancouver, en Colombie-Britannique.

J’habite désormais : Je suis toujours à Vancouver.

J’ai complété ma formation ou mes études à : J’ai fait un baccalauréat ès arts à l’Université de la Colombie-Britannique, je détiens un diplôme d’études supérieures de l’Université McGill, et j’ai fait un doctorat en philosophie (Ph. D.) à l’Université Simon Fraser.

Ce que je fais au travail

Dans mon rôle actuel au sein de la Fondation Bill et Melinda Gates, je dirige une équipe axée sur l’aide aux pays où sévit la malaria (paludisme) afin d’utiliser de meilleures données pour appuyer leur prise de décision sur la façon dont ils contrôlent la maladie. Nous travaillons avec toutes sortes de données – cliniques, épidémiologiques, climatiques, génétiques, images satellite... nommez-le ! – pour identifier où la malaria est présente, comment elle se propage, et quelles sont les meilleures stratégies pour combattre la maladie. En fin de compte, nous pensons que nous pouvons éradiquer la malaria dans les 20 à 30 prochaines années – plus aucun cas nulle part dans le monde.
 
Quand je travaillais au  Centre de contrôle des maladies de la Colombie-Britannique (BCCDC), je dirigeais une équipe de recherche qui étudiait les éclosions de maladies infectieuses. À ce titre, je consacrais un peu de temps à analyser des données, mais la majeure partie de mon travail consistait à diriger mon équipe. Les fonctions de leadership en recherche scientifique impliquent assister à des réunions, chercher du financement pour nos travaux et rédiger des articles. Cela implique aussi donner des présentations sur nos découvertes et cultiver des liens et mon réseau avec des collègues de partout dans le monde.

La principale méthode employée par mon équipe pour étudier les éclosions de maladie est le séquençage génomique. Nous utilisons de l’équipement spécialisé pour lire rapidement les instructions génétiques encodées dans des pathogènes bactériens ou viraux. Et nous faisons cela avec des dizaines, des centaines et même des milliers de pathogènes à la fois. Nous utilisons ensuite des outils de bio-informatique - programmes informatiques que nous exécutons sur méga-complexes informatiques haute performance - pour traiter les génomes. Une fois les données analysées, nous utilisons des formules statistiques, les principes de biologie évolutive et d’épidémiologie - -la science qui étudie les maladies et comment elles se propagent - pour tenter de comprendre comment une éclosion est survenue. Même si je ne fais plus ce genre de travail directement, les scientifiques du monde entier utilisent cette technique pour étudier les flambées, y compris l’étude de la pandémie de COVID-19.

Mon parcours

Les maladies infectieuses m’ont toujours intéressée. Au secondaire, quelque chose me disait que j’aboutirais dans ce domaine. Mais ce que je n’avais pas encore compris à l’époque, c’est que poursuivre mes intérêts, rendue au niveau universitaire, piquerait ma curiosité dans d’autres domaines, comme la génétique, l’informatique et les communications. J’étais loin de me douter que je pourrais combiner ces intérêts à ma passion pour les microbes et les virus, et faire de tout cela une carrière tout à fait unique.

Après avoir obtenu mon diplôme d’études secondaires, j’ai entrepris d’étudier les maladies infectieuses. J’ai obtenu un baccalauréat en biologie cellulaire et en génétique. À partir de là, j’ai étudié la biotechnologie, puis la bioinformatique.  Lorsque j’ai terminé mon doctorat, j’ai suivi une bourse postdoctorale à l’Université de la Colombie-Britannique. J’y ai mené des recherches dans le domaine de la microbiologie et de l’immunologie. À partir de là, j’ai travaillé au British Columbia Centre for Disease Control et je suis devenu professeure agrégée à l’Université de la Colombie-Britannique. Dans ce rôle, j’ai utilisé des outils de calcul pour analyser les génomes des maladies infectieuses. En dehors de mon travail quotidien, j’ai travaillé sur des projets de communication scientifique, comme l’animation de documentaires pour CBC (Télévision de Radio-Canada anglophone). En étant ouverte aux options et en poursuivant ce qui m’a excité à l’époque, je me suis retrouvée avec une combinaison vraiment unique de compétences.


Ces compétences, mon expérience et ma formation m’ont amené à obtenir mon poste actuel à la Fondation Bill & Melinda Gates. Aujourd’hui, je ne fais ni ne dirige moi-même la recherche scientifique – au lieu de cela, j’aide à établir un programme de recherche que d’autres scientifiques du monde entier suivent. C’est un peu comme être un maître planificateur - mon équipe discute des découvertes scientifiques nécessaires et quelles questions doivent être répondues afin que tout le monde dans la communauté mondiale d’étude de la malaria puisse être en mesure de mieux lutter contre la maladie. Une fois que nous avons cette liste de priorités de recherche, nous trouvons les meilleures personnes pour faire le travail et leur donnons les fonds et le soutien dont ils ont besoin pour le faire. Nous travaillons en étroite collaboration avec des groupes comme l’Organisation mondiale de la santé pour nous assurer que nous avons un message coordonné et travaillons ensemble vers un objectif commun – c’est une approche d’équipe, et ceci met en évidence l’une des compétences les plus importantes pour un scientifique, soit la capacité de travailler en collaboration avec un éventail de personnes différentes.
 

Ce qui me motive

Ce que j’aime le plus de mon travail, c’est que chaque fois que nous effectuons le séquençage d’un génome et que nous jetons un coup d’œil sous le capot d’une éclosion, pour ainsi dire, nous posons les yeux sur des données que personne n’avait encore jamais vues. Et nous apprenons des choses tout à fait nouvelles — ce sentiment de découverte est formidable! Sans parler du fait que ces découvertes contribuent à la lutte contre de nombreuses maladies infectieuses! Je dois aussi dire que j’aime beaucoup la collaboration, les communications et les déplacements qui font partie de mon travail de chercheuse scientifique. Je me sens très privilégiée de pouvoir voyager partout dans le monde, de travailler avec des collègues aux quatre coins de la planète et de discuter avec eux de nos découvertes respectives. Par exemple, cette semaine, je m’envole vers Washington pour assister à un congrès, alors que, il y a seulement deux semaines, j’étais à Londres avec des amis qui font eux aussi de la recherche dans mon domaine!

Comment j’influence la vie des gens

Ce que j’aime tant de l’étude d’éclosions par le recours à la génomique, c’est que nous voyons immédiatement les résultats de nos efforts. Dans certains domaines scientifiques, les gens font des découvertes, mais doivent attendre des années avant que leurs constats aient des répercussions sur la société. Mais nous, lorsque nos travaux portent fruit, nous en voyons rapidement l’incidence sur la prévalence des maladies. Nous savons tout de suite si notre recherche fonctionne, et plus important encore, nous gardons les Canadiens en santé!

En dehors du travail, je

J’aime beaucoup voyager partout dans le monde et déguster des plats exotiques, et j’aime aussi cuisiner à la maison. Ce qui veut dire que je dois rester active! Je fais du Pilates et j’aime le tennis. J’ai deux chiens qui aiment bouger, et j’adore aller marcher avec eux en forêt. Et l’automne, ces randonnées deviennent des chasses aux champignons et la découverte d’autres délices des bois.

Mon conseil aux autres

La passion et l’enthousiasme sont les clés de la réussite. Si vous suivez vos intérêts, où qu’ils puissent vous mener, vous aimerez chacune de vos journées au travail, quel que soit ce travail!

Durant mon parcours scolaire, j'appréciais les sujets suivants :
  • Littérature et langue française
  • Économie domestique
  • Alimentation et nutrition
  • Sciences
Durant mon parcours scolaire , je me décrirais comme une personne qui :
  • Était motivé par le succès
  • Souhaitait diriger
  • Aimait la lecture
  • Était très créative
  • Ressentait une intense satisfaction lorsqu’elle obtenait de bonnes notes

Les partenaires

Canada 2067 Logo
Canada 2067

Parlons sciences reconnaît l’apport de Jennifer Gardy et le remercie pour sa participation à l’initiative Canada 2067.

Explorez les profils de carrière

  • Karen Fleming

    Karen Fleming (elle)

    Formatrice en simulation

    Je collabore avec le personnel hospitalier pour créer des expériences éducatives qui favorisent des environnements plus sécuritaires pour les patients.
  • Portrait de Andrea Goldson-Barnaby

    Andrea Goldson-Barnaby

    Chargée de cours

    J'enseigne et je fais des recherches sur les sujets de la chimie alimentaire et de la transformation des aliments.
  • Yetong Dong headshot wearing lab coat

    Yetong Dong

    Assistante de recherche/étudiante

    I am studying to become a scientific researcher.
  • Adrienne Ethier

    Adrienne Ethier

    Spécialiste de l’évaluation des risques environnementaux

    Je suis responsable d’évaluer les risques d’exposition des personnes et de l’environnement à proximité des installations nucléaires et des mines.
  • Portrait de Dr. Marcia Anderson

    Marcia Anderson (elle)

    Médecin et vice-doyenne, santé autochtone, justice sociale et antiracisme

    Je suis médecin et je travaille à la mise en place de soins de santé culturellement sécuritaires et exempts de racisme.
  • Portrait de Sydney Robinson

    Sydney Robinson

    Ingénieur biomédical et entrepreneur

    Je suis une entrepreneure qui utilise sa formation d’ingénieure pour concevoir un dispositif aidant les personnes amputées à effectuer leurs tâches quotidiennes de façon moins douloureuse.
  • Hayleigh Conway posant sur une carte des TNO et désignant Inuvik sur la carte. Pris lors de la Journée du SIG 2017.

    Hayleigh Conway (elle)

    Technicienne en géomatique

    Je crée des cartes qui nous permettent de mieux répondre aux questions sur la santé de l’environnement dans l’Arctique de l’Ouest.
  • Le Dr Harpreet Kochhar devant un ordinateur dans son bureau.

    Le docteur Harpreet Kochhar

    Président l’Agence de la santé publique du Canada

    Je suis le président de l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC).

  • Manpreet Kaur dans son laboratoire

    Manpreet Kaur (Elle)

    Boursière postdoctorale

    Je travaille sur des projets de recherche qui visent à découvrir des médicaments pour traiter les maladies infectieuses. Mon travail consiste à mener des expériences, à compiler des données et à les analyser, ainsi qu’à rédiger des articles de recherche pour des revues scientifiques
  • Portrait de Ryan Mitchell

    Ryan Mitchell

    Superviseur d’écloserie

    Mon travail consiste à superviser les tâches et les travaux quotidiens sur le site.
  • Terra MacDonald sur un site d'aquaculture tenant des saumons d'élevage.

    Terra MacDonald (elle)

    Vétérinaire et responsable de la santé des poissons

    En tant que vétérinaire pour Mowi Canada West, je m’occupe des saumons à toutes les étapes de leur vie, de l’œuf à la récolte. Je m’occupe de maintenir les poissons en bonne santé et je veille à leur protection tout au long de leur cycle de vie.
  • Portrait de Isha Berry

    Isha Berry

    Étudiante au doctorat en épidémiologie

    Je recherche des tendances dans les épidémies et les résultats sanitaires chez des populations à l’échelle mondiale.
  • Portrait de Jasmin Chahal

    Jasmin Chahal

    Professeure adjointe,

    J’enseigne au département de microbiologie et d’immunologie de l’Université McGill.
  • Lynn Henderson avec un chien berger allemand

    Lynn Henderson (elle)

    Vétérinaire; clinicienne, professeure d’université.

    Je suis une vétérinaire spécialiste des petits animaux, au service de la santé animale de diverses façons.
  • Portrait de Megan Katz

    Megan Katz

    Prothésiste

    Un technicien ou une technicienne prothésiste est une personne qui fabrique et répare des membres artificiels.
  • Dr. Jackie Dawson faisant des recherches sur le terrain sur l'île Beechy, Nunavut.

    Jackie Dawson (Elle/iel)

    Professeure et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l’environnement

    Je travaille avec de grandes équipes académiques, des détenteurs de savoirs inuits et ceux et celles qui prennent des décisions pour comprendre les risques et les solutions des changements environnementaux.
  • Portrait de Corie Houldsworth

    Corie Houldsworth

    Inspectrice

    J'effectue des inspections sur les lieux de travail où les rayonnements sont utilisés, stockés ou transportés.
  • Daryl Lawes

    Daryl Lawes

    Gestionnaire de l’environnement pour Seaspan

    Je suis responsable de tous les aspects de la protection de l'environnement, des performances et de la conformité réglementaire pour les chantiers navals de Seaspan.
  • Clair Poulin hiking near wetland area

    Claire Poulin

    Chercheuse sur le poisson zèbre/étudiante en pré-médecine

    J’étudie comment le poisson-zèbre réagit à la baisse du niveau d’oxygène dans son environnement.
  • Lauren Saville | Présidente et créatrice chez Primate Tales

    Lauren Saville

    Entrepreneure et créatrice

    Lauren Saville est la propriétaire et la créatrice de Primate Tales.