Aller au contenu principal

Joann Whalen

Professeure, Faculté des sciences agricoles et environnementales

Université McGill

Profil créé le : 12 janvier 2024
Parcours education : Université

À propos de ma carrière

Je donne des cours avancés sur la façon de gérer les sols pour produire des aliments sains et nutritifs et maintenir les fonctions d'écosystèmes sains.

Je suis né/j’ai grandi à : Je suis né à Saint John, au Nouveau-Brunswick, et j'ai grandi à Quispamsis, au Nouveau-Brunswick.

J’habite désormais : J'habite à Ste-Anne-de-Bellevue, au Québec.

J’ai fait ma formation ou mes études à : Après avoir été diplômé de la Kennebecasis Valley High School, j'ai obtenu une licence en chimie agricole au Nova Scotia Agricultural College (aujourd'hui Faculté d'agriculture de l'Université Dalhousie). J'ai ensuite obtenu une maîtrise en ressources renouvelables à l'université McGill. Enfin, j'ai obtenu un doctorat en sciences de l'environnement à l'université d'État de l'Ohio, à Columbus (Ohio), aux États-Unis. 

Au cours d'une journée de travail typique, je lis des articles scientifiques et j'écris des textes scientifiques. L'une de mes tâches consiste à réviser ou à éditer des articles scientifiques. Je dois vérifier les procédures expérimentales, l'analyse des données et les interprétations d'autres scientifiques et de stagiaires scientifiques. Parfois, je suggère aux auteurs de refaire leur expérience ou je propose une autre explication à leurs résultats. Lorsque je rédige des textes scientifiques, je compte sur d'autres scientifiques pour vérifier mon travail. Nous appelons ce processus "examen par les pairs" et cela signifie que l'ensemble de la communauté scientifique internationale vérifie continuellement le travail des autres. Outre la lecture, mon travail m'oblige à rédiger des textes scientifiques. Je dois expliquer le problème, rationaliser la solution proposée, développer mes hypothèses et concevoir des expériences scientifiques appropriées. Les étudiants et les assistants de recherche effectuent la majeure partie du travail pratique, mais je me rends également sur le terrain pour effectuer des mesures et des observations. Chaque personne fait partie d'une équipe précieuse qui a la responsabilité de ses tâches et qui coopère pour trouver une solution. Les rapports que je reçois, que je communique à un public plus large, vont être validés par d'autres scientifiques et des comités scientifiques. Grâce à la discussion et au partage, nous parvenons à un consensus sur la manière d'interpréter les résultats et de les utiliser pour trouver des solutions pratiques. J'utilise ma formation STEM tous les jours dans mon travail. Bien que la communauté scientifique internationale communique en anglais, nous parlons français et anglais au travail. Il arrive que des collègues internationaux apportent des données numériques et des résultats dans d'autres langues (mandarin, arabe, portugais, allemand). Les données numériques sont facilement comprises, car les chiffres ont la même signification dans toutes les langues. 

J'ai toujours été intéressé par les sciences, en particulier par la chimie. Cependant, la chimie est un domaine très vaste qui comprend des théoriciens, des expérimentateurs et même des ingénieurs chimistes. Lorsque j'étais au lycée, j'ai pensé qu'il était important de me spécialiser dans une branche de la chimie. Mon raisonnement était que cette spécialisation me permettrait d'avoir de meilleures opportunités d'emploi après l'obtention de mon diplôme. Je m'intéressais déjà à l'agriculture, car ma famille vivait dans une région rurale et pratiquait l'agriculture. Lorsque j'ai fréquenté le Nova Scotia Agricultural College, il y avait environ 10 personnes dans mon programme, ce qui signifie que chacun avait plusieurs offres après l'obtention de son diplôme. Parmi les offres que j'ai reçues, j'ai eu la possibilité de poursuivre mes études au niveau postuniversitaire. Mes diplômes de maîtrise et de doctorat sont basés sur des recherches scientifiques originales, qui m'ont permis de résoudre des problèmes de chimie agricole qui n'avaient pas trouvé de réponse complète. C'était un véritable défi, mais aussi une grande satisfaction, car j'aime résoudre des problèmes et partager mes solutions avec d'autres chercheurs, des étudiants et le grand public. L'une des choses dont je n'avais pas conscience lorsque j'étais lycéen, mais que j'ai apprise à l'université, c'est le temps que les scientifiques consacrent à la communication. Le travail d'un scientifique consiste à transformer des idées complexes en concepts simples. Les scientifiques doivent également devenir habiles à expliquer en quoi leurs résultats sont pertinents pour d'autres personnes dans le monde. 

Je suis motivé par la possibilité de raconter des histoires sur les sols et de relier la santé des sols à la santé humaine. Ma carrière est enrichissante parce que j'ai l'occasion d'interagir avec de nombreuses personnes merveilleuses - scientifiques et non scientifiques - au Québec, ailleurs au Canada et dans le monde. La science est une entreprise mondiale véritablement inclusive. Au cours de ma carrière, j'ai été invité à voyager et à m'entretenir avec des scientifiques dans plus de 20 pays d'Amérique, d'Europe, d'Afrique et d'Asie. C'est toujours un grand plaisir de se faire de nouveaux amis scientifiques ayant des intérêts communs. J'ai également eu l'occasion de parler de la santé des sols, de l'agriculture et de la sécurité alimentaire avec des représentants du gouvernement au Sénat du Canada et avec des membres du Sénat et du Congrès des États-Unis. Mon travail m'oblige à être un ambassadeur de la santé des sols et de l'agriculture, ce qui est assez amusant et facile parce que je me suis engagé à protéger les sols du monde pour notre future sécurité alimentaire mondiale. 

Je suis enthousiaste à l'idée de travailler dans l'agriculture parce que la nourriture est essentielle à la vie et qu'elle constitue un élément important des cultures et des sociétés humaines. Les agronomes comme moi pensent que tout le monde devrait manger des aliments frais, sûrs, sains et nutritifs et avoir de l'eau potable. Le sol est l'endroit où la nourriture commence, c'est pourquoi je pense que nous devons agir en premier lieu pour protéger la santé du sol, pour une agriculture durable. Le sol est également important pour filtrer et nettoyer l'eau avant qu'elle ne pénètre dans les aquifères, où nous puisons notre eau potable. Savoir que mon travail sur les sols et l'agriculture durable est vital pour la santé des gens et de la planète rend mon travail important et gratifiant. 

Je m'amuse à jouer du piano, à lire, à jouer aux échecs et à des jeux de société avec mes filles, et à faire de la pâtisserie. Ma famille et moi-même pratiquons des sports de loisirs, notamment le tennis, la natation et le football. 

Les opportunités abondent et le meilleur moyen de rester prêt est de s'entraîner à adopter une bonne attitude et à faire de bons efforts dans les tâches qui vous sont confiées. Je conseillerais également aux jeunes de se concentrer stratégiquement sur leurs points forts. Par exemple, si vous aimez diriger votre équipe et que vous êtes doué pour cela, continuez à pratiquer vos compétences en leadership afin d'en faire votre point fort. Il existe de nombreux points forts sur lesquels vous pouvez travailler - la prise de parole en public, la flexibilité, le travail d'équipe, la communication et la gestion du temps, entre autres compétences personnelles - alors continuez ! 

Ce que je fais au travail

Au cours d'une journée de travail typique, je lis des articles scientifiques et j'écris des textes scientifiques. L'une de mes tâches consiste à réviser ou à éditer des articles scientifiques. Je dois vérifier les procédures expérimentales, l'analyse des données et les interprétations d'autres scientifiques et de stagiaires scientifiques. Parfois, je suggère aux auteurs de refaire leur expérience ou je propose une autre explication à leurs résultats. Lorsque je rédige des textes scientifiques, je compte sur d'autres scientifiques pour vérifier mon travail. Nous appelons ce processus "examen par les pairs" et cela signifie que l'ensemble de la communauté scientifique internationale vérifie continuellement le travail des autres. Outre la lecture, mon travail m'oblige à rédiger des textes scientifiques. Je dois expliquer le problème, rationaliser la solution proposée, développer mes hypothèses et concevoir des expériences scientifiques appropriées. Les étudiants et les assistants de recherche effectuent la majeure partie du travail pratique, mais je me rends également sur le terrain pour effectuer des mesures et des observations. Chaque personne fait partie d'une équipe précieuse qui a la responsabilité de ses tâches et qui coopère pour trouver une solution. Les rapports que je reçois, que je communique à un public plus large, vont être validés par d'autres scientifiques et des comités scientifiques. Grâce à la discussion et au partage, nous parvenons à un consensus sur la manière d'interpréter les résultats et de les utiliser pour trouver des solutions pratiques. J'utilise ma formation STEM tous les jours dans mon travail. Bien que la communauté scientifique internationale communique en anglais, nous parlons français et anglais au travail. Il arrive que des collègues internationaux apportent des données numériques et des résultats dans d'autres langues (mandarin, arabe, portugais, allemand). Les données numériques sont facilement comprises, car les chiffres ont la même signification dans toutes les langues. 

Mon parcours

J'ai toujours été intéressé par les sciences, en particulier par la chimie. Cependant, la chimie est un domaine très vaste qui comprend des théoriciens, des expérimentateurs et même des ingénieurs chimistes. Lorsque j'étais au lycée, j'ai pensé qu'il était important de me spécialiser dans une branche de la chimie. Mon raisonnement était que cette spécialisation me permettrait d'avoir de meilleures opportunités d'emploi après l'obtention de mon diplôme. Je m'intéressais déjà à l'agriculture, car ma famille vivait dans une région rurale et pratiquait l'agriculture. Lorsque j'ai fréquenté le Nova Scotia Agricultural College, il y avait environ 10 personnes dans mon programme, ce qui signifie que chacun avait plusieurs offres après l'obtention de son diplôme. Parmi les offres que j'ai reçues, j'ai eu la possibilité de poursuivre mes études au niveau postuniversitaire. Mes diplômes de maîtrise et de doctorat sont basés sur des recherches scientifiques originales, qui m'ont permis de résoudre des problèmes de chimie agricole qui n'avaient pas trouvé de réponse complète. C'était un véritable défi, mais aussi une grande satisfaction, car j'aime résoudre des problèmes et partager mes solutions avec d'autres chercheurs, des étudiants et le grand public. L'une des choses dont je n'avais pas conscience lorsque j'étais lycéen, mais que j'ai apprise à l'université, c'est le temps que les scientifiques consacrent à la communication. Le travail d'un scientifique consiste à transformer des idées complexes en concepts simples. Les scientifiques doivent également devenir habiles à expliquer en quoi leurs résultats sont pertinents pour d'autres personnes dans le monde. 

Ce qui me motive

Je suis motivé par la possibilité de raconter des histoires sur les sols et de relier la santé des sols à la santé humaine. Ma carrière est enrichissante parce que j'ai l'occasion d'interagir avec de nombreuses personnes merveilleuses - scientifiques et non scientifiques - au Québec, ailleurs au Canada et dans le monde. La science est une entreprise mondiale véritablement inclusive. Au cours de ma carrière, j'ai été invité à voyager et à m'entretenir avec des scientifiques dans plus de 20 pays d'Amérique, d'Europe, d'Afrique et d'Asie. C'est toujours un grand plaisir de se faire de nouveaux amis scientifiques ayant des intérêts communs. J'ai également eu l'occasion de parler de la santé des sols, de l'agriculture et de la sécurité alimentaire avec des représentants du gouvernement au Sénat du Canada et avec des membres du Sénat et du Congrès des États-Unis. Mon travail m'oblige à être un ambassadeur de la santé des sols et de l'agriculture, ce qui est assez amusant et facile parce que je me suis engagé à protéger les sols du monde pour notre future sécurité alimentaire mondiale. 

Comment j’influence la vie des gens

Je suis enthousiaste à l'idée de travailler dans l'agriculture parce que la nourriture est essentielle à la vie et qu'elle constitue un élément important des cultures et des sociétés humaines. Les agronomes comme moi pensent que tout le monde devrait manger des aliments frais, sûrs, sains et nutritifs et avoir de l'eau potable. Le sol est l'endroit où la nourriture commence, c'est pourquoi je pense que nous devons agir en premier lieu pour protéger la santé du sol, pour une agriculture durable. Le sol est également important pour filtrer et nettoyer l'eau avant qu'elle ne pénètre dans les aquifères, où nous puisons notre eau potable. Savoir que mon travail sur les sols et l'agriculture durable est vital pour la santé des gens et de la planète rend mon travail important et gratifiant. 

En dehors du travail, je

Je m'amuse à jouer du piano, à lire, à jouer aux échecs et à des jeux de société avec mes filles, et à faire de la pâtisserie. Ma famille et moi-même pratiquons des sports de loisirs, notamment le tennis, la natation et le football. 

Mon conseil aux autres

Les opportunités abondent et le meilleur moyen de rester prêt est de s'entraîner à adopter une bonne attitude et à faire de bons efforts dans les tâches qui vous sont confiées. Je conseillerais également aux jeunes de se concentrer stratégiquement sur leurs points forts. Par exemple, si vous aimez diriger votre équipe et que vous êtes doué pour cela, continuez à pratiquer vos compétences en leadership afin d'en faire votre point fort. Il existe de nombreux points forts sur lesquels vous pouvez travailler - la prise de parole en public, la flexibilité, le travail d'équipe, la communication et la gestion du temps, entre autres compétences personnelles - alors continuez ! 

Durant mon parcours scolaire, j'appréciais les sujets suivants :

  • Histoire
  • Langues étrangères
  • Mathématiques
  • Sciences
  • Technologie
  • Musique

Durant mon parcours scolaire , je me décrirais comme une personne qui :

  • Voulait toujours sortir dehors
  • Aimait aider les autres
  • Était motivé par le succès
  • S’impliquait dans des activités de bénévolat
  • Aimait la lecture
  • Ressentait une intense satisfaction lorsqu’elle obtenait de bonnes notes
  • Apprenait en expérimentant
  • portrait par Kenzie Arnott

    Kenzie Arnott

    Profils de carrière

    Responsable du programme « Science in the City »

    Je dirige un programme de communication scientifique dans trois villes différentes. Le but est de connecter les scientifiques afin de les aider à comprendre les spécialités des uns et des autres.
  • portrait par Jose Chiriboga

    Jose Chiriboga (il)

    Profils de carrière

    Associé principal au soutien scientifique

    Mon équipe et moi créons et animons des programmes de formation illustrant les diverses manières d’utiliser nos produits afin de faciliter la recherche scientifique et l’innovation.
  • Genny Marcoux debout devant un fond de fleurs artificielles roses et blanches de taille humaine.

    Genny Marcoux

    Profils de carrière

    Responsable de l’infrastructure et de la sécurité

    Je dirige une équipe experte chargée de créer un environnement sécurisé pour l’équipe de développement de cours, permettant à la clientèle de se familiariser avec nos produits et d’apprendre la cybersécurité.
  • portrait par Gordon Martell

    Gordon Martell (il)

    Profils de carrière

    Professeur adjoint

    J’enseigne aux étudiants et étudiantes du postsecondaire à devenir des leaders dans les écoles et autres organisations.
  • Nancy Rogers debout sur un affleurement rocheux où elle prospecte des minéraux. Encadré : Roche de labradorite coupée pour exposer les motifs de couleur.

    Nancy Rogers

    Profils de carrière

    Prospectrice professionnelle et artisane

    Je me rends dans des régions reculées à la recherche de minéraux et de cristaux.
  • portrait par Marianne Parent

    Marianne Parent (elle)

    Profils de carrière

    Vétérinaire / Candidate au doctorat en épidémiologie vétérinaire,

    Je suis une docteure pour les chats et les chiens, ainsi que pour certains autres animaux comme les perroquets et les lapins. Je fais aussi de la recherche sur un parasite du saumon d’élevage.
  • portrait par Ali Ashrafi

    Ali Ashrafi (il)

    Profils de carrière

    Candidat au doctorat

    Je suis inscrit dans un programme de doctorat en sciences humaines.
  • portrait par Olivia Ivany

    Olivia Ivany

    Profils de carrière

    Technologue en échographie diagnostique

    J’effectue différents types d’échographies sur l'ensemble du corps.
  • portrait par Rashell Featherstone

    Rashell Featherstone (elle)

    Profils de carrière

    Associée principale au programme

    Je coordonne des projets pour le développement de nouveaux produits chez STEMCELL.
  • portrait par Tyler Morhart

    Tyler Morhart (il)

    Profils de carrière

    Scientifique, responsable de la ligne de faisceaux – SyLMAND

    Je fais partie du personnel scientifique à l’installation de rayonnement synchrotron du Centre canadien de rayonnement synchrotron. Je suis responsable de la ligne de faisceaux de SyLMAND.
  • portrait parMohamd Imad

    Mohamd Imad

    Profils de carrière

    Spécialiste de l’étalonnage des systèmes de diagnostic et de contrôle des véhicules

    Je travaille sur l’électronique, le câblage et les logiciels des véhicules extraordinaires de General Motors.
  • Brianna Lummerding à genoux près d’un cerceau en plastique collectant des échantillons dans un champ herbeux.

    Brianna Lummerding

    Profils de carrière

    Responsable de l’innovation agronomique

    Je m’occupe de tout ce qui concerne la gestion des sols pour un groupe de détaillants et détaillantes.