Aller au contenu principal

Alicia Rose Rossi

Adjointe en identification judiciaire
Police régionale de York
Photo de Alicia Rose Rossi
Photo de Alicia Rose Rossi
Lieu de naissance
Emplacement
Parcours education

À propos de moi

Je suis né/j’ai grandi à : Je suis née à Toronto, en Ontario

J’habite désormais :  J’habite à Vaughan, en Ontario

J’ai complété ma formation ou mes études à : Baccalauréat spécialisé en sciences, avec majeure en sciences judiciaires, de l’Institut universitaire de technologie de l’Ontario

Ce que je fais au travail

Je fais partie d’une équipe de quatre personnes. Nous formons une équipe, mais nous travaillons souvent chacun de notre côté pour répondre à différents appels tout au long de la journée. Pour les scènes particulièrement complexes, nous mettons en commun nos compétences et nos connaissances afin d’analyser la scène ensemble. La communication est très importante dans notre travail. Comme nous accomplissons nos tâches individuellement pendant la journée, nous devons collaborer pour gérer les appels auxquels il faut répondre. De plus, nous nous entraidons et nous nous donnons mutuellement une rétroaction pour nous assurer que notre équipe, notre unité et notre service atteignent leurs objectifs respectifs.

Chaque jour, je me rends sur des scènes de crime. Je recueille des éléments de preuve et je documente la scène en prenant des photographies et en consignant des renseignements. Comme mon équipe fait partie du bureau des enquêtes spéciales et du soutien, nous sommes appelés à appuyer les policiers qui sont sur la route et les enquêteurs des unités spécialisées. J’utilise quotidiennement les compétences et les connaissances que j’ai acquises dans les cours de sciences de mon baccalauréat en sciences médico-légales. Ce programme reposait sur une approche d’apprentissage très concrète. Nous avions accès à des scènes de crime fictives pour mettre en pratique nos nouvelles connaissances. J’utilise ces compétences pratiques tous les jours et sur toutes les scènes où je me rends.

La résolution de problèmes et la planification font partie intégrante de nos tâches quotidiennes. C’est le cas quand nous devons hiérarchiser les appels auxquels il faut répondre et le travail d’administration à accomplir. De plus, étant en interaction avec des citoyens et des membres d’autres unités du service, nous prenons constamment en compte les besoins dont ils nous font part et la rétroaction qu’ils nous donnent.

Nous utilisons différents types d’appareils pour effectuer nos tâches chaque jour. Les appareils photo nous permettent de documenter chacune des scènes et les éléments de preuve que nous recueillons. Nous avons des appareils photo spécialisés, par exemple des appareils à ultraviolet ou à infrarouge, qui permettent de « voir » des parties du spectre électromagnétique que l’œil humain ne peut percevoir. Ces appareils servent à documenter des éléments de preuve particuliers. Nous avons recours à des lampes très puissantes projetant un éclairage oblique, appelées « Crime-Lites », pour nous aider à documenter des éléments de preuve comme des empreintes digitales ou des empreintes laissées par des semelles de chaussure. Nous nous servons aussi de nombreuses techniques spécialisées pour nous assurer de documenter la scène et les éléments de preuve de manière aussi efficace et approfondie que possible. Le but est d’aider les enquêteurs à interpréter et à utiliser les éléments de preuve.

Mon parcours est

À l’origine, j’avais l’intention d’obtenir un baccalauréat en sciences avec majeure en physique. Puis, au cours du deuxième semestre, je devais choisir un cours optionnel. J’ai opté pour le cours d’introduction aux sciences judiciaires, parce que je ne savais pas en quoi consistait ce domaine et que je voulais me dépasser en me familiarisant avec un nouveau sujet. Après deux semaines dans ce cours, nous avons reçu en classe un invité spécial qui a donné un exposé sur les empreintes digitales. Et j’ai aussitôt été fascinée! Les subtilités et le niveau de détail nécessaires pour étudier les crêtes papillaires et devenir un spécialiste dans le domaine ont retenu toute mon attention. J’ai alors su que la recherche sur les crêtes papillaires ou leur documentation ferait forcément partie de ma carrière.

J’ai immédiatement choisi comme majeure les sciences médico-légales, au lieu de la physique, puis j’ai obtenu mon baccalauréat. L’été précédant la fin de ma maîtrise, je me suis installée à Peace River, en Alberta. C’est là que j’ai rédigé mon mémoire, qui portait sur l’analyse des crêtes papillaires (c.‑à‑d. les empreintes digitales, les empreintes palmaires, les empreintes de pied, etc.) avec la Gendarmerie royale du Canada. J’ai eu beaucoup de chance : tout juste avant que j’obtienne mon diplôme, il y a eu une offre d’emploi pour le poste que j’occupe actuellement. Il s’agit d’un nouveau poste au sein de l’organisation. J’ai aussitôt postulé et, près d’un an plus tard, j’ai appris que ma candidature avait été retenue. J’étais folle de joie d’avoir décroché cet emploi et en particulier de commencer à documenter et à observer des empreintes digitales sur des scènes de crime!

Ce qui me motive

J’ai toujours été centrée sur le service à la clientèle. Mon travail me permet d’intervenir directement dans la collectivité et la région où j’ai grandi. J’entre en interaction avec des gens pour améliorer les choses concrètement dans la société. J’offre un service et je donne l’assurance aux habitants de la région qu’ils peuvent compter sur le service de police pour veiller à leur sécurité.

J’ai à cœur de continuer à servir la communauté et à accomplir mon travail du mieux que je le peux. L’aspect le plus valorisant de mon travail, c’est la reconnaissance que je reçois des membres de la communauté. Quand j’entre en interaction avec eux, je dois m’assurer qu’ils se sentent écoutés et importants. Rien n’est plus valorisant pour moi que d’y parvenir et de savoir que j’ai fait tout ce que je pouvais pour les aider!

Comment j’affecte la vie des gens

Mon travail touche directement la population de la région de York et des environs. Les éléments de preuve recueillis sur les scènes peuvent conduire à une arrestation ou aider les enquêteurs à identifier l’auteur d’une infraction. Il est important d’identifier les criminels pour réduire le taux de criminalité et améliorer la sécurité dans la région de York.

En dehors du travail je

Pendant mes temps libres, je fais du bénévolat à un refuge et au Community Safety Village dans la région de York. J’aime redonner à la collectivité, d’autant plus que c’est ici que j’ai grandi. Je fréquente régulièrement une salle de kick-boxing à Vaughan. J’aime aussi passer du bon temps avec mes amis et ma famille et promener mon chien!

Mon conseil aux autres

Il est important de choisir un parcours d’études directement lié au domaine dans lequel tu veux travailler et à l’emploi auquel tu aspires. Le marché du travail est tellement concurrentiel que tu dois à tout le moins répondre aux exigences en matière de scolarité indiquées dans une offre d’emploi. Il y a un autre conseil important que j’aurais aimé recevoir quand j’étais aux études : profite de toutes les activités de réseautage qui s’offrent à toi. C’est vraiment important d’être en contact avec des professionnels qui peuvent te donner des renseignements de première main au sujet de l’industrie. Lorsque tu connaîtras des gens, demande si quelqu’un accepterait de te servir de mentor et de t’appuyer pendant ton cheminement à la poursuite de ton objectif. Bonne chance!

Durant mon parcours scolaire, j'appréciais les sujets suivants :
  • Arts dramatiques
  • Mathématiques
  • Économie domestique
  • Éducation physique/Santé
  • Sciences
Durant mon parcours scolaire , je me décrirais comme une personne qui :
  • Appréciait travailler seul
  • Aimait aider les autres
  • Organisait des activités pour ses amis
  • Était motivée par le succès
  • S’impliquait dans des activités de bénévolat
  • Ressentait une intense satisfaction lorsqu’elle obtenait de bonnes notes
  • A toujours su ce qu’elle voulait faire plus tard
  • Aimait démonter les objets pour comprendre comment ils fonctionnaient

Explorez les profils de carrière

  • Lauren Saville | Présidente et créatrice chez Primate Tales

    Lauren Saville

    Entrepreneure et créatrice

    Lauren Saville est la propriétaire et la créatrice de Primate Tales.
  • Marc Fiume | PDG de DNAstack

    Marc Fiume

    PDG

    Marc Fiume est le PDG de DNAstack, un logiciel qui gère les données génomiques.
  • Shakib Rahman | Assistant de recherche

    Shakib Rahman

    Assistant de recherche

    Shakib Rahman est un assistant de recherche à l’Institut de la santé des os et des articulations de l'Alberta
  • Kathy Deuchars | Ontario Genomics

    Kathy Deuchars

    Directrice, Développement commercial et recherche,

    Kathy Deuchars est la directrice, Développement commercial et recherche chez Ontario
    Genomics
  • Jordan Thomson | Responsable de la planification stratégique chez Ontario Genomics

    Jordan Thomson

    Responsable de la planification stratégique

    Jordan Thomson est le responsable de la planification stratégique chez Ontario Genomics.
  • Janet Smylie | Médecin de famille et chercheuse

    Janet Smylie

    Médecin de famille et chercheuse

    Janet Smylie est médecin de famille et chercheuse à l'hôpital St. Michael's.
  • Katie Harris essayant une combinaison spatiale de simulation au Centre européen des astronautes.

    Katie Harris (elle)

    Étudiante en médecine / future spécialiste en médecine aérospatiale

    Je m'oriente vers une carrière de spécialiste en médecine aérospatiale - médecin qui travaille avec les astronautes et les maintient en bonne santé pour les longues missions !
  • Amanda Naaum | biologiste moléculaire en chef chez TRU-ID

    Amanda Naaum

    Biologiste moléculaire en chef chez TRU-ID

    Amanda Naaum est biologiste moléculaire en chef chez TRU-ID.
  • Thomas Merritt | Professeur titulaire

    Thomas Merritt

    Professeur titulaire en génomique et bioinformatique

    Thomas Merritt est professeur titulaire en génomique et bioinformatique pour la Chaire de recherche du Canada.
  • Tania George

    Tania George

    Cheffe d'équipe, Gestion des données cliniques

    Tania George est Cheffe d'équipe, Gestion des données cliniques pour Hoffmann-La Roche (Roche Canada).
  • Susie Taylor | Susie Taylor, coordonnatrice du soutien aux programmes, sensibilisation pour Parlons sciences.

    Susie Taylor

    Coordonnatrice du soutien aux programmes

    Susie Taylor est coordonnatrice du soutien aux programmes de sensibilisation pour Parlons sciences.
  • Stephanie Welton | Chercheuse indépendante

    Stephanie Welton

    Chercheuse indépendante

    Stephanie Welton est une chercheuse indépendante, travaillant à distance dans tout le Canada.
  • Sarah Benjamin - Gestionnaire des opérations réglementaires

    Sarah Benjamin

    Gestionnaire des opérations réglementaires

    Sarah Benjamin est gestionnaire des opérations réglementaires chez Amgen Canada
  • Renee Mastalerz | Directrice

    Renee Mastalerz

    Directrice, Acquisition de talents

    Renee Mastalerz est directrice, Acquisition de talents chez Roche Canada.
  • Paulo Covizzi | Directeur principal des opérations de développement

    Paulo Covizzi

    Directeur principal des opérations de développement

    Paulo Covizzi est le directeur principal des opérations de développement chez Amgen.
  • Nusheem Ditta

    Nusheen Ditta

    Gestionnaire principale des données d'études

    Nusheen Ditta est gestionnaire principale des données d'études pour Hoffmann-La Roche (Roche Canada).
  • Namratt Joshi dans ses habits de graduation au doctorat

    Namrata Joshi

    Associée à l'innovation (neurosciences)

    Namrata Joshi a un doctorat en neurosciences et travaille au Moffitt Cancer Center.
  • Monica Gautam

    Monica Gautam

    Directrice générale / fondatrice

    Monica Gautam est la directrice générale / fondatrice de Compass Medical Affairs Consulting Inc.
  • Chris Derksen en train de faire ses recherches sur le terrain en Arctique.

    Chris Derksen (il/lui)

    Chercheur scientifique en climatologie

    J'utilise des données satellitaires et des modèles climatiques pour comprendre l'impact des changements climatiques sur la neige et la glace au Canada.
  • Shari Forbes à l'extérieur du centre de décomposition humaine

    Shari Forbes (elle)

    Chercheuse en sciences médico-légales / judiciaire et professeure

    Je mène des recherches pour comprendre comment le corps humain se décompose dans notre environnement canadien unique.