Aller au contenu principal

Rhiannon Cooper (elle)

Épidémiologiste

Gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador (ministère de la Santé et des Services communautaires, direction de la Santé publique)

Profil créé le : 21 septembre 2023
Secteur :
Parcours education : Université
Matières scolaires associées :

À propos de ma carrière

Je surveille les modèles et les tendances des maladies infectieuses dans la province.

Je suis né/j’ai grandi à : 

 St. John’s, Terre-Neuve-et-Labrador, Canada.

J’habite désormais : 

 St. John’s, Terre-Neuve-et-Labrador, Canada.

J’ai fait ma formation ou mes études à : Baccalauréat ès sciences en biochimie (nutrition) (avec distinction) (en anglais) de l’Université Memorial; Maîtrise ès sciences en méthodologie de la recherche en santé (épidémiologie clinique) (en anglais) de l’Université McMaster.

Je surveille la propagation des maladies infectieuses dans la province. J’analyse des modèles qui nous aident à comprendre ce qui se passe. Je travaille avec des équipes de santé provinciales et nationales. Nous cherchons à comprendre à quelle vitesse les maladies infectieuses peuvent se propager. Nous évaluons aussi quelles sont les populations les plus touchées. Par exemple, la maladie touche-t-elle surtout les jeunes ou les personnes âgées? Pour comprendre une épidémie, nous collectons de grandes quantités de données. Nous les analysons ensuite à l’aide d’un logiciel de statistiques. D’autres personnes s’appuient sur nos analyses de données pour prendre des décisions en matière de politique de santé publique.

Une grande partie du travail d’épidémiologiste consiste à résoudre des problèmes. Les ensembles de données ne sont jamais parfaits et comportent souvent des données manquantes, voire erronées. Par conséquent, nous devons repérer les erreurs et les corriger. C’est ce qu’on appelle le « nettoyage des données ».

Des problèmes peuvent survenir au cours du processus de nettoyage. C’est là que la résolution de problèmes et la pensée critique entrent en jeu. Je me sers de ma formation en STIM tous les jours au travail. Ma formation en biochimie (en anglais) me permet de comprendre la terminologie scientifique complexe utilisée dans la littérature et les rapports. Ma passion pour les mathématiques me permet d’effectuer des analyses statistiques et d’en tirer des conclusions.

Tout au long de mes études secondaires, je n’étais pas sûre de ce que je voulais faire comme carrière. Je savais que je voulais aider les gens. J’ai commencé des études en génie à l’université. J’ai décidé de faire le saut vers un programme de biochimie (en anglais) parce que je m’intéressais beaucoup à la nutrition.

Tout au long de mon cursus, j’ai aimé l’aspect de recherche et de compréhension des méthodologies de recherche. J’ai suivi un cours d’immunologie et j’ai commencé à m’intéresser à la virologie. C’est ce qui m’a amenée, à la fin de mon programme avec distinction, à effectuer mon travail en virologie. J’ai eu l’intuition qu’une carrière dans la recherche pourrait me convenir. J’ai effectué un stage de recherche d’été dans le Nord du Canada. C’est là que j’ai entendu pour la première fois le mot « épidémiologie ». Après avoir approfondi les choses, j’ai décidé que c’était la carrière que je voulais suivre.

Être épidémiologiste, c’est être capable de collaborer avec des personnes issues d’un large éventail de disciplines. Par exemple, des vétérinaires et des médecins. Chaque jour est une occasion d’apprendre d’autres disciplines. Cela m’aide à intégrer de nouvelles connaissances dans ma pratique. Pour moi, la partie la plus passionnante de mon travail est de pouvoir résoudre des problèmes de données difficiles et de répondre à des questions importantes grâce aux données.

Les épidémiologistes améliorent la santé publique et des populations. Pour y arriver, nous utilisons des données pour trouver des réponses à des questions qui guident la prise de décisions fondées sur des données probantes.

Pendant mon temps libre, j’aime faire toutes sortes d’activités physiques. J’aime la randonnée, l’entraînement, la course à pied et le yoga. Je suis également une grande gourmande et j’adore les bons documentaires!

L’épidémiologie est un domaine très varié – il existe de nombreux chemins pour arriver là où tu veux être!

Ce que je fais au travail

Je surveille la propagation des maladies infectieuses dans la province. J’analyse des modèles qui nous aident à comprendre ce qui se passe. Je travaille avec des équipes de santé provinciales et nationales. Nous cherchons à comprendre à quelle vitesse les maladies infectieuses peuvent se propager. Nous évaluons aussi quelles sont les populations les plus touchées. Par exemple, la maladie touche-t-elle surtout les jeunes ou les personnes âgées? Pour comprendre une épidémie, nous collectons de grandes quantités de données. Nous les analysons ensuite à l’aide d’un logiciel de statistiques. D’autres personnes s’appuient sur nos analyses de données pour prendre des décisions en matière de politique de santé publique.

Une grande partie du travail d’épidémiologiste consiste à résoudre des problèmes. Les ensembles de données ne sont jamais parfaits et comportent souvent des données manquantes, voire erronées. Par conséquent, nous devons repérer les erreurs et les corriger. C’est ce qu’on appelle le « nettoyage des données ».

Des problèmes peuvent survenir au cours du processus de nettoyage. C’est là que la résolution de problèmes et la pensée critique entrent en jeu. Je me sers de ma formation en STIM tous les jours au travail. Ma formation en biochimie (en anglais) me permet de comprendre la terminologie scientifique complexe utilisée dans la littérature et les rapports. Ma passion pour les mathématiques me permet d’effectuer des analyses statistiques et d’en tirer des conclusions.

Mon parcours

Tout au long de mes études secondaires, je n’étais pas sûre de ce que je voulais faire comme carrière. Je savais que je voulais aider les gens. J’ai commencé des études en génie à l’université. J’ai décidé de faire le saut vers un programme de biochimie (en anglais) parce que je m’intéressais beaucoup à la nutrition.

Tout au long de mon cursus, j’ai aimé l’aspect de recherche et de compréhension des méthodologies de recherche. J’ai suivi un cours d’immunologie et j’ai commencé à m’intéresser à la virologie. C’est ce qui m’a amenée, à la fin de mon programme avec distinction, à effectuer mon travail en virologie. J’ai eu l’intuition qu’une carrière dans la recherche pourrait me convenir. J’ai effectué un stage de recherche d’été dans le Nord du Canada. C’est là que j’ai entendu pour la première fois le mot « épidémiologie ». Après avoir approfondi les choses, j’ai décidé que c’était la carrière que je voulais suivre.

Ce qui me motive

Être épidémiologiste, c’est être capable de collaborer avec des personnes issues d’un large éventail de disciplines. Par exemple, des vétérinaires et des médecins. Chaque jour est une occasion d’apprendre d’autres disciplines. Cela m’aide à intégrer de nouvelles connaissances dans ma pratique. Pour moi, la partie la plus passionnante de mon travail est de pouvoir résoudre des problèmes de données difficiles et de répondre à des questions importantes grâce aux données.

Comment j’influence la vie des gens

Les épidémiologistes améliorent la santé publique et des populations. Pour y arriver, nous utilisons des données pour trouver des réponses à des questions qui guident la prise de décisions fondées sur des données probantes.

En dehors du travail, je

Pendant mon temps libre, j’aime faire toutes sortes d’activités physiques. J’aime la randonnée, l’entraînement, la course à pied et le yoga. Je suis également une grande gourmande et j’adore les bons documentaires!

Mon conseil aux autres

L’épidémiologie est un domaine très varié – il existe de nombreux chemins pour arriver là où tu veux être!

Durant mon parcours scolaire, j'appréciais les sujets suivants :

  • Arts visuels
  • Littérature et langue
  • Mathématiques
  • Sciences
  • Alimentation et nutrition

Durant mon parcours scolaire , je me décrirais comme une personne qui :

  • Aimait aider les autres
  • Était motivé par le succès
  • Était très créative
  • Ressentait une intense satisfaction lorsqu’elle obtenait de bonnes notes
  • N’était pas certaine de ce qu’elle voulait faire plus tard
  • Apprenait en expérimentant
  • portrait par Kenzie Arnott

    Kenzie Arnott

    Profils de carrière

    Responsable du programme « Science in the City »

    Je dirige un programme de communication scientifique dans trois villes différentes. Le but est de connecter les scientifiques afin de les aider à comprendre les spécialités des uns et des autres.
  • portrait par Jose Chiriboga

    Jose Chiriboga (il)

    Profils de carrière

    Associé principal au soutien scientifique

    Mon équipe et moi créons et animons des programmes de formation illustrant les diverses manières d’utiliser nos produits afin de faciliter la recherche scientifique et l’innovation.
  • Genny Marcoux debout devant un fond de fleurs artificielles roses et blanches de taille humaine.

    Genny Marcoux

    Profils de carrière

    Responsable de l’infrastructure et de la sécurité

    Je dirige une équipe experte chargée de créer un environnement sécurisé pour l’équipe de développement de cours, permettant à la clientèle de se familiariser avec nos produits et d’apprendre la cybersécurité.
  • portrait par Gordon Martell

    Gordon Martell (il)

    Profils de carrière

    Professeur adjoint

    J’enseigne aux étudiants et étudiantes du postsecondaire à devenir des leaders dans les écoles et autres organisations.
  • Nancy Rogers debout sur un affleurement rocheux où elle prospecte des minéraux. Encadré : Roche de labradorite coupée pour exposer les motifs de couleur.

    Nancy Rogers

    Profils de carrière

    Prospectrice professionnelle et artisane

    Je me rends dans des régions reculées à la recherche de minéraux et de cristaux.
  • portrait par Marianne Parent

    Marianne Parent (elle)

    Profils de carrière

    Vétérinaire / Candidate au doctorat en épidémiologie vétérinaire,

    Je suis une docteure pour les chats et les chiens, ainsi que pour certains autres animaux comme les perroquets et les lapins. Je fais aussi de la recherche sur un parasite du saumon d’élevage.
  • portrait par Ali Ashrafi

    Ali Ashrafi (il)

    Profils de carrière

    Candidat au doctorat

    Je suis inscrit dans un programme de doctorat en sciences humaines.
  • portrait par Olivia Ivany

    Olivia Ivany

    Profils de carrière

    Technologue en échographie diagnostique

    J’effectue différents types d’échographies sur l'ensemble du corps.
  • portrait par Rashell Featherstone

    Rashell Featherstone (elle)

    Profils de carrière

    Associée principale au programme

    Je coordonne des projets pour le développement de nouveaux produits chez STEMCELL.
  • portrait par Tyler Morhart

    Tyler Morhart (il)

    Profils de carrière

    Scientifique, responsable de la ligne de faisceaux – SyLMAND

    Je fais partie du personnel scientifique à l’installation de rayonnement synchrotron du Centre canadien de rayonnement synchrotron. Je suis responsable de la ligne de faisceaux de SyLMAND.
  • portrait parMohamd Imad

    Mohamd Imad

    Profils de carrière

    Spécialiste de l’étalonnage des systèmes de diagnostic et de contrôle des véhicules

    Je travaille sur l’électronique, le câblage et les logiciels des véhicules extraordinaires de General Motors.
  • Brianna Lummerding à genoux près d’un cerceau en plastique collectant des échantillons dans un champ herbeux.

    Brianna Lummerding

    Profils de carrière

    Responsable de l’innovation agronomique

    Je m’occupe de tout ce qui concerne la gestion des sols pour un groupe de détaillants et détaillantes.