Aller au contenu principal
Charlotte Cockburn standing in front of signs indicating distance to a variety of locations from Alert, Nunavut.

Charlotte Cockburn à la station météorologique d'Alert, dans la région de Qikiqtaaluk au Nunavut. Cette station est située sur l'île d'Ellesmere, à 817 kilomètres du pôle Nord.

Charlotte Cockburn (elle/la)

Scientifique des sciences physiques

Environnement et Changement climatique Canada

Profil créé le : 28 juillet 2023
Parcours education : Université

À propos de ma carrière

Je m'assure que nous pouvons surveiller les conditions météorologiques partout au Canada.

Je suis né/j’ai grandi à : Je suis née et j’ai grandi à Wakefield, Québec

J’habite désormais : Montréal, Québec

J’ai fait ma formation ou mes études à : J'ai obtenu un baccalauréat en sciences du système terrestre à l'Université McGill, puis une maîtrise en sciences au Dartmouth College.

Nous travaillons avec beaucoup d'équipement spécialisé tel que des thermomètres, des pluviomètres et des capteurs de pression. J'utilise les mathématiques et les statistiques pour analyser les données et m'assurer que nous ne transmettons que des informations de qualité. Par exemple, si nous voulons installer un nouveau capteur de température de l'air, nous devons d'abord le tester pour nous assurer que tout fonctionne correctement.

Je travaille également avec une grande équipe de personnes pour mettre à jour la documentation importante et rédiger des rapports techniques sur l'état de notre réseau de surveillance. Nous contactons les bureaux régionaux et les agences partenaires pour nous assurer que toutes les informations sur nos capteurs sont à jour et que tout fonctionne correctement.

Bien que mon poste implique principalement du travail de bureau, nous avons parfois l'occasion de nous rendre sur le terrain pour veiller à l’installation et l’entretien de nos capteurs. Par exemple, l'été dernier, j'ai eu la chance de me rendre au Nunavut pour larguer des bouées de surveillance météorologique dans l'océan Arctique à partir d'un avion!

J'ai toujours aimé les mathématiques et les sciences quand j’étais enfant, alors j'ai su que je voulais aller à l'université pour faire quelque chose en lien avec les STIM. À mon arrivée à McGill, je pensais me spécialiser en physique, car j'adorais la résolution de problèmes. Cependant, après avoir suivi quelques cours de physique, j'ai trouvé que cela devenait beaucoup trop abstrait à mon goût. J'ai suivi un cours optionnel en sciences de l'environnement au cours de ma première année d'université, et j'en suis tombée amoureuse. J'aime le fait que je suis en mesure d’utiliser des concepts mathématiques et scientifiques complexes, et de les appliquer à des phénomènes physiques du monde réel. 

Après avoir obtenu mon diplôme, j'ai décidé de faire une maîtrise pour poursuivre mes études. Comme j'avais beaucoup appris sur les enjeux climatiques auxquels nous sommes confrontés, je me suis donc spécialisée dans les sciences du climat et de l'atmosphère. Mon mémoire de maîtrise portait sur la relation entre le changement climatique et les inondations. Lorsque le moment est venu pour moi de trouver un emploi, j'ai posé ma candidature à Environnement et Changement climatique Canada, une grande organisation qui comprend de nombreuses divisions scientifiques différentes pour des personnes de tout horizon.

Actuellement, je travaille pour le Service météorologique du Canada. Nous devons essentiellement surveiller les conditions météorologiques (par exemple la pluie, le vent, la température, etc.) à travers tout le Canada, et transmettre ces données aux chercheurs, aux modélisateurs, aux prévisionnistes et au public canadien. Ce travail est très intéressant et enrichissant : nous faisons partie d'une grande équipe de scientifiques qui travaillent à la protection de notre environnement et des personnes qui y vivent.

J'ai toujours aimé résoudre des problèmes, et c'est donc vraiment plaisant de pouvoir appliquer cette compétence à un travail aussi important. J'aime trouver des solutions aux problèmes que nous rencontrons avec nos capteurs et j'adore travailler avec des organisations partenaires pour rendre notre travail plus accessible. Je me réjouis également de travailler dans le domaine des sciences de l'environnement, car protéger notre planète est l'une des tâches les plus importantes que nous ayons à accomplir dans ce monde.

La collecte de données météorologiques est extrêmement importante pour la santé et la sécurité des gens partout au Canada et dans le monde. Le travail que nous effectuons aide des gens comme toi à décider s'il faut prendre un parapluie ou non avant de quitter la maison. Il aide également les scientifiques internationaux à identifier les changements dans notre climat en train de changer!

En dehors du travail, j'aime faire de la randonnée, du vélo et de l'artisanat (tricot, crochet, broderie... en fait tous les passe-temps de grand-mère!)

Si les sciences de l'environnement t’intéressent, LANCE-TOI! Nous avons besoin de plus d'esprits brillants qui travaillent à comprendre davantage notre monde naturel et à mieux le protéger.

Ce que je fais au travail

Nous travaillons avec beaucoup d'équipement spécialisé tel que des thermomètres, des pluviomètres et des capteurs de pression. J'utilise les mathématiques et les statistiques pour analyser les données et m'assurer que nous ne transmettons que des informations de qualité. Par exemple, si nous voulons installer un nouveau capteur de température de l'air, nous devons d'abord le tester pour nous assurer que tout fonctionne correctement.

Je travaille également avec une grande équipe de personnes pour mettre à jour la documentation importante et rédiger des rapports techniques sur l'état de notre réseau de surveillance. Nous contactons les bureaux régionaux et les agences partenaires pour nous assurer que toutes les informations sur nos capteurs sont à jour et que tout fonctionne correctement.

Bien que mon poste implique principalement du travail de bureau, nous avons parfois l'occasion de nous rendre sur le terrain pour veiller à l’installation et l’entretien de nos capteurs. Par exemple, l'été dernier, j'ai eu la chance de me rendre au Nunavut pour larguer des bouées de surveillance météorologique dans l'océan Arctique à partir d'un avion!

Mon parcours

J'ai toujours aimé les mathématiques et les sciences quand j’étais enfant, alors j'ai su que je voulais aller à l'université pour faire quelque chose en lien avec les STIM. À mon arrivée à McGill, je pensais me spécialiser en physique, car j'adorais la résolution de problèmes. Cependant, après avoir suivi quelques cours de physique, j'ai trouvé que cela devenait beaucoup trop abstrait à mon goût. J'ai suivi un cours optionnel en sciences de l'environnement au cours de ma première année d'université, et j'en suis tombée amoureuse. J'aime le fait que je suis en mesure d’utiliser des concepts mathématiques et scientifiques complexes, et de les appliquer à des phénomènes physiques du monde réel. 

Après avoir obtenu mon diplôme, j'ai décidé de faire une maîtrise pour poursuivre mes études. Comme j'avais beaucoup appris sur les enjeux climatiques auxquels nous sommes confrontés, je me suis donc spécialisée dans les sciences du climat et de l'atmosphère. Mon mémoire de maîtrise portait sur la relation entre le changement climatique et les inondations. Lorsque le moment est venu pour moi de trouver un emploi, j'ai posé ma candidature à Environnement et Changement climatique Canada, une grande organisation qui comprend de nombreuses divisions scientifiques différentes pour des personnes de tout horizon.

Actuellement, je travaille pour le Service météorologique du Canada. Nous devons essentiellement surveiller les conditions météorologiques (par exemple la pluie, le vent, la température, etc.) à travers tout le Canada, et transmettre ces données aux chercheurs, aux modélisateurs, aux prévisionnistes et au public canadien. Ce travail est très intéressant et enrichissant : nous faisons partie d'une grande équipe de scientifiques qui travaillent à la protection de notre environnement et des personnes qui y vivent.

Ce qui me motive

J'ai toujours aimé résoudre des problèmes, et c'est donc vraiment plaisant de pouvoir appliquer cette compétence à un travail aussi important. J'aime trouver des solutions aux problèmes que nous rencontrons avec nos capteurs et j'adore travailler avec des organisations partenaires pour rendre notre travail plus accessible. Je me réjouis également de travailler dans le domaine des sciences de l'environnement, car protéger notre planète est l'une des tâches les plus importantes que nous ayons à accomplir dans ce monde.

Comment j’influence la vie des gens

La collecte de données météorologiques est extrêmement importante pour la santé et la sécurité des gens partout au Canada et dans le monde. Le travail que nous effectuons aide des gens comme toi à décider s'il faut prendre un parapluie ou non avant de quitter la maison. Il aide également les scientifiques internationaux à identifier les changements dans notre climat en train de changer!

En dehors du travail, je

En dehors du travail, j'aime faire de la randonnée, du vélo et de l'artisanat (tricot, crochet, broderie... en fait tous les passe-temps de grand-mère!)

Mon conseil aux autres

Si les sciences de l'environnement t’intéressent, LANCE-TOI! Nous avons besoin de plus d'esprits brillants qui travaillent à comprendre davantage notre monde naturel et à mieux le protéger.

Durant mon parcours scolaire, j'appréciais les sujets suivants :

  • Informatique
  • Géographie
  • Sciences
  • Mathématiques

Durant mon parcours scolaire , je me décrirais comme une personne qui :

  • Voulait toujours sortir dehors
  • Aimait aider les autres
  • Aimait travailler avec ses mains
  • Aimait recevoir des instructions précises
  • Aimait la lecture
  • Ressentait une intense satisfaction lorsqu’elle obtenait de bonnes notes
  • Apprenait en expérimentant

Partenaires

Environnement et Changement climatique Canada (ECCC)

Parlons sciences remercie Environnement et Changement climatique Canada pour son soutien en nous ayant mis en contact avec cette personne.

ECCC est le principal ministère fédéral responsable d’un vaste éventail d’enjeux liés à l’environnement. Le travail du ministère vise à minimiser les menaces que représente la pollution pour les Canadiens et leur environnement; à aider les Canadiens à prendre des décisions éclairées quant aux conditions changeantes de la météo, de l’eau et du climat; et à préserver et à restaurer l’environnement naturel du Canada. ECCC s'efforce de garantir un environnement propre, sécuritaire et durable pour les générations actuelles et futures.

  • portrait par Kenzie Arnott

    Kenzie Arnott

    Profils de carrière

    Responsable du programme « Science in the City »

    Je dirige un programme de communication scientifique dans trois villes différentes. Le but est de connecter les scientifiques afin de les aider à comprendre les spécialités des uns et des autres.
  • portrait par Jose Chiriboga

    Jose Chiriboga (il)

    Profils de carrière

    Associé principal au soutien scientifique

    Mon équipe et moi créons et animons des programmes de formation illustrant les diverses manières d’utiliser nos produits afin de faciliter la recherche scientifique et l’innovation.
  • Genny Marcoux debout devant un fond de fleurs artificielles roses et blanches de taille humaine.

    Genny Marcoux

    Profils de carrière

    Responsable de l’infrastructure et de la sécurité

    Je dirige une équipe experte chargée de créer un environnement sécurisé pour l’équipe de développement de cours, permettant à la clientèle de se familiariser avec nos produits et d’apprendre la cybersécurité.
  • portrait par Gordon Martell

    Gordon Martell (il)

    Profils de carrière

    Professeur adjoint

    J’enseigne aux étudiants et étudiantes du postsecondaire à devenir des leaders dans les écoles et autres organisations.
  • Nancy Rogers debout sur un affleurement rocheux où elle prospecte des minéraux. Encadré : Roche de labradorite coupée pour exposer les motifs de couleur.

    Nancy Rogers

    Profils de carrière

    Prospectrice professionnelle et artisane

    Je me rends dans des régions reculées à la recherche de minéraux et de cristaux.
  • portrait par Marianne Parent

    Marianne Parent (elle)

    Profils de carrière

    Vétérinaire / Candidate au doctorat en épidémiologie vétérinaire,

    Je suis une docteure pour les chats et les chiens, ainsi que pour certains autres animaux comme les perroquets et les lapins. Je fais aussi de la recherche sur un parasite du saumon d’élevage.
  • portrait par Ali Ashrafi

    Ali Ashrafi (il)

    Profils de carrière

    Candidat au doctorat

    Je suis inscrit dans un programme de doctorat en sciences humaines.
  • portrait par Olivia Ivany

    Olivia Ivany

    Profils de carrière

    Technologue en échographie diagnostique

    J’effectue différents types d’échographies sur l'ensemble du corps.
  • portrait par Rashell Featherstone

    Rashell Featherstone (elle)

    Profils de carrière

    Associée principale au programme

    Je coordonne des projets pour le développement de nouveaux produits chez STEMCELL.
  • portrait par Tyler Morhart

    Tyler Morhart (il)

    Profils de carrière

    Scientifique, responsable de la ligne de faisceaux – SyLMAND

    Je fais partie du personnel scientifique à l’installation de rayonnement synchrotron du Centre canadien de rayonnement synchrotron. Je suis responsable de la ligne de faisceaux de SyLMAND.
  • portrait parMohamd Imad

    Mohamd Imad

    Profils de carrière

    Spécialiste de l’étalonnage des systèmes de diagnostic et de contrôle des véhicules

    Je travaille sur l’électronique, le câblage et les logiciels des véhicules extraordinaires de General Motors.
  • Brianna Lummerding à genoux près d’un cerceau en plastique collectant des échantillons dans un champ herbeux.

    Brianna Lummerding

    Profils de carrière

    Responsable de l’innovation agronomique

    Je m’occupe de tout ce qui concerne la gestion des sols pour un groupe de détaillants et détaillantes.