Aller au contenu principal

Sara Matthews

Chercheuse en microbiologie environnementale

Université McGill

Profil créé le : 22 août 2023
Secteur :
Parcours education : Université
Matières scolaires associées :

À propos de ma carrière

J’identifie les sources de bactéries qui causent des maladies et je cherche à comprendre comment elles survivent.

Je suis né/j’ai grandi à : Sault-Sainte-Marie, en Ontario. 

J’habite désormais :              Montréal, Québec.

J’ai fait ma formation ou mes études à : J’ai obtenu un baccalauréat ès sciences en nanosciences (en anglais) avec pour option mineure la biochimie à l’Université de Guelph. Ce programme comprenait une option en mode coopératif, ce qui signifie que j’ai pu travailler à différents endroits pendant mes études. J’ai ensuite fait une maîtrise en génie chimique (en anglais) à l’Université McGill, au cours de laquelle j’ai également effectué un stage de 4 mois grâce à une bourse.

Je planifie et réalise des expériences de laboratoire pour comprendre comment les bactéries s’adaptent aux changements de leur environnement. Je me concentre principalement sur le type de bactérie qui provoque la légionellose (ou maladie du légionnaire). J’explore le comportement de ces bactéries dans les environnements où elles vivent et se reproduisent, comme dans l’eau.

 

Mes activités quotidiennes sont liées à mon travail. Je lis régulièrement des articles scientifiques. Cela m’aide à me tenir au courant sur ce sujet. La lecture d’articles scientifiques m’aide aussi à découvrir de nouvelles techniques et de nouveaux outils que je peux utiliser pour mes propres recherches. Je travaille aussi sur toutes les expériences actives qui ont lieu. Parfois, je fais des observations et collecte des données. Il m’arrive aussi de devoir examiner des échantillons à l’aide de microscopes particuliers. J’ai parfois recours à des méthodes spéciales qui permettent de créer des millions de copies d’ADN bactérien. Ces copies sont ensuite utilisées dans d’autres expériences. Je m’assure aussi que les cultures de bactéries ont ce dont elles ont besoin pour rester en vie.

 

Après avoir recueilli mes données, je les analyse. J’utilise Microsoft Excel pour créer des graphiques. J’utilise aussi des statistiques pour analyser mes données. Ensuite, je discute des résultats avec mes collègues. Communiquer les premiers résultats et les premières hypothèses est un élément clé de la science. Cela permet de s’assurer que les conclusions auxquelles nous arrivons sont raisonnables. Cela nous aide aussi à résoudre les problèmes qui ont pu se produire. Les expériences que nous réalisons peuvent durer de quelques semaines à plusieurs mois. Lorsque toutes les expériences sont terminées, je rassemble toutes les données et rédige un article scientifique que je publie. Partager nos découvertes avec les autres est une partie très importante du processus scientifique. Cette étape aide les autres scientifiques à apprendre de ce que nous avons appris. Cela peut aussi susciter de nouvelles questions et conduire à de nouvelles expériences. La recherche scientifique ne s’arrête jamais! 

J’ai toujours été intéressée par une carrière scientifique, mais je n’avais aucune idée de ce à quoi ma carrière ressemblerait. Lorsque j’ai choisi un programme universitaire, j’ai combiné mes deux matières préférées : la chimie et la biologie. J’ai suivi un programme de biochimie qui offrait une option coopérative. Je l’ai fait pour pouvoir occuper différents emplois pendant mes études. Après ma première année, le coordinateur du programme de physique m’a fait découvrir la nanoscience. Il s’agit d’un nouveau domaine de pointe aux applications pratiques infinies. C’est ainsi que je me suis orientée vers la nanoscience.

J’ai profondément aimé tous les travaux de laboratoire dans le cadre de mes cours et de mes stages. Grâce au programme coopératif, j’ai pu travailler dans un centre de recherche nucléaire. J’ai aussi eu l’occasion de faire de la recherche dans un laboratoire universitaire de microbiologie et dans un service de recherche et développement (R et D) sur les matériaux. Cette expérience concrète a affirmé mon choix de faire carrière dans la recherche. Je savais que je voulais comprendre les structures et le fonctionnement interne des systèmes naturels. Il me semblait que la nature avait déjà inventé beaucoup de solutions créatives à des problèmes pratiques. Tout ce que nous avions à faire, c’était de trouver comment les appliquer pour résoudre nos problèmes.

C’est génial de travailler en équipe pour résoudre des problèmes complexes et générer des informations qui peuvent, au bout du compte, améliorer la santé publique. J’aime aussi que mes tâches professionnelles varient d’une journée à l’autre. J’aime apprendre constamment quelque chose de nouveau!

Nos recherches permettent de comprendre comment nous pouvons empêcher la croissance de ces bactéries dans les environnements où elles vivent. Cela permet de réduire le nombre de personnes qui contractent une infection indésirable. Nos recherches permettent également d’identifier les gènes et les éléments qui favorisent la mutation et l’adaptation des bactéries.

J’aime faire de l’équitation et danser. J’aime aussi essayer de nouveaux restaurants avec des amis et amies.

Suis ta curiosité.

Ce que je fais au travail

Je planifie et réalise des expériences de laboratoire pour comprendre comment les bactéries s’adaptent aux changements de leur environnement. Je me concentre principalement sur le type de bactérie qui provoque la légionellose (ou maladie du légionnaire). J’explore le comportement de ces bactéries dans les environnements où elles vivent et se reproduisent, comme dans l’eau.

 

Mes activités quotidiennes sont liées à mon travail. Je lis régulièrement des articles scientifiques. Cela m’aide à me tenir au courant sur ce sujet. La lecture d’articles scientifiques m’aide aussi à découvrir de nouvelles techniques et de nouveaux outils que je peux utiliser pour mes propres recherches. Je travaille aussi sur toutes les expériences actives qui ont lieu. Parfois, je fais des observations et collecte des données. Il m’arrive aussi de devoir examiner des échantillons à l’aide de microscopes particuliers. J’ai parfois recours à des méthodes spéciales qui permettent de créer des millions de copies d’ADN bactérien. Ces copies sont ensuite utilisées dans d’autres expériences. Je m’assure aussi que les cultures de bactéries ont ce dont elles ont besoin pour rester en vie.

 

Après avoir recueilli mes données, je les analyse. J’utilise Microsoft Excel pour créer des graphiques. J’utilise aussi des statistiques pour analyser mes données. Ensuite, je discute des résultats avec mes collègues. Communiquer les premiers résultats et les premières hypothèses est un élément clé de la science. Cela permet de s’assurer que les conclusions auxquelles nous arrivons sont raisonnables. Cela nous aide aussi à résoudre les problèmes qui ont pu se produire. Les expériences que nous réalisons peuvent durer de quelques semaines à plusieurs mois. Lorsque toutes les expériences sont terminées, je rassemble toutes les données et rédige un article scientifique que je publie. Partager nos découvertes avec les autres est une partie très importante du processus scientifique. Cette étape aide les autres scientifiques à apprendre de ce que nous avons appris. Cela peut aussi susciter de nouvelles questions et conduire à de nouvelles expériences. La recherche scientifique ne s’arrête jamais! 

Mon parcours

J’ai toujours été intéressée par une carrière scientifique, mais je n’avais aucune idée de ce à quoi ma carrière ressemblerait. Lorsque j’ai choisi un programme universitaire, j’ai combiné mes deux matières préférées : la chimie et la biologie. J’ai suivi un programme de biochimie qui offrait une option coopérative. Je l’ai fait pour pouvoir occuper différents emplois pendant mes études. Après ma première année, le coordinateur du programme de physique m’a fait découvrir la nanoscience. Il s’agit d’un nouveau domaine de pointe aux applications pratiques infinies. C’est ainsi que je me suis orientée vers la nanoscience.

J’ai profondément aimé tous les travaux de laboratoire dans le cadre de mes cours et de mes stages. Grâce au programme coopératif, j’ai pu travailler dans un centre de recherche nucléaire. J’ai aussi eu l’occasion de faire de la recherche dans un laboratoire universitaire de microbiologie et dans un service de recherche et développement (R et D) sur les matériaux. Cette expérience concrète a affirmé mon choix de faire carrière dans la recherche. Je savais que je voulais comprendre les structures et le fonctionnement interne des systèmes naturels. Il me semblait que la nature avait déjà inventé beaucoup de solutions créatives à des problèmes pratiques. Tout ce que nous avions à faire, c’était de trouver comment les appliquer pour résoudre nos problèmes.

Ce qui me motive

C’est génial de travailler en équipe pour résoudre des problèmes complexes et générer des informations qui peuvent, au bout du compte, améliorer la santé publique. J’aime aussi que mes tâches professionnelles varient d’une journée à l’autre. J’aime apprendre constamment quelque chose de nouveau!

Comment j’influence la vie des gens

Nos recherches permettent de comprendre comment nous pouvons empêcher la croissance de ces bactéries dans les environnements où elles vivent. Cela permet de réduire le nombre de personnes qui contractent une infection indésirable. Nos recherches permettent également d’identifier les gènes et les éléments qui favorisent la mutation et l’adaptation des bactéries.

En dehors du travail, je

J’aime faire de l’équitation et danser. J’aime aussi essayer de nouveaux restaurants avec des amis et amies.

Mon conseil aux autres

Suis ta curiosité.

Durant mon parcours scolaire, j'appréciais les sujets suivants :

  • Littérature et langue
  • Mathématiques
  • Éducation physique/Santé
  • Sciences
  • Musique

Durant mon parcours scolaire , je me décrirais comme une personne qui :

  • Voulait toujours sortir dehors
  • Aimait aider les autres
  • Faisait partie d’une équipe sportive
  • Aimait travailler avec ses mains
  • Aimait avoir la liberté d’explorer ses idées
  • S’impliquait dans des activités de bénévolat
  • Aimait la lecture
  • Jouait à des jeux vidéo
  • N’était pas certaine de ce qu’elle voulait faire plus tard
  • Apprenait en expérimentant
  • portrait par Kenzie Arnott

    Kenzie Arnott

    Profils de carrière

    Responsable du programme « Science in the City »

    Je dirige un programme de communication scientifique dans trois villes différentes. Le but est de connecter les scientifiques afin de les aider à comprendre les spécialités des uns et des autres.
  • portrait par Jose Chiriboga

    Jose Chiriboga (il)

    Profils de carrière

    Associé principal au soutien scientifique

    Mon équipe et moi créons et animons des programmes de formation illustrant les diverses manières d’utiliser nos produits afin de faciliter la recherche scientifique et l’innovation.
  • Genny Marcoux debout devant un fond de fleurs artificielles roses et blanches de taille humaine.

    Genny Marcoux

    Profils de carrière

    Responsable de l’infrastructure et de la sécurité

    Je dirige une équipe experte chargée de créer un environnement sécurisé pour l’équipe de développement de cours, permettant à la clientèle de se familiariser avec nos produits et d’apprendre la cybersécurité.
  • portrait par Gordon Martell

    Gordon Martell (il)

    Profils de carrière

    Professeur adjoint

    J’enseigne aux étudiants et étudiantes du postsecondaire à devenir des leaders dans les écoles et autres organisations.
  • Nancy Rogers debout sur un affleurement rocheux où elle prospecte des minéraux. Encadré : Roche de labradorite coupée pour exposer les motifs de couleur.

    Nancy Rogers

    Profils de carrière

    Prospectrice professionnelle et artisane

    Je me rends dans des régions reculées à la recherche de minéraux et de cristaux.
  • portrait par Marianne Parent

    Marianne Parent (elle)

    Profils de carrière

    Vétérinaire / Candidate au doctorat en épidémiologie vétérinaire,

    Je suis une docteure pour les chats et les chiens, ainsi que pour certains autres animaux comme les perroquets et les lapins. Je fais aussi de la recherche sur un parasite du saumon d’élevage.
  • portrait par Ali Ashrafi

    Ali Ashrafi (il)

    Profils de carrière

    Candidat au doctorat

    Je suis inscrit dans un programme de doctorat en sciences humaines.
  • portrait par Olivia Ivany

    Olivia Ivany

    Profils de carrière

    Technologue en échographie diagnostique

    J’effectue différents types d’échographies sur l'ensemble du corps.
  • portrait par Rashell Featherstone

    Rashell Featherstone (elle)

    Profils de carrière

    Associée principale au programme

    Je coordonne des projets pour le développement de nouveaux produits chez STEMCELL.
  • portrait par Tyler Morhart

    Tyler Morhart (il)

    Profils de carrière

    Scientifique, responsable de la ligne de faisceaux – SyLMAND

    Je fais partie du personnel scientifique à l’installation de rayonnement synchrotron du Centre canadien de rayonnement synchrotron. Je suis responsable de la ligne de faisceaux de SyLMAND.
  • portrait parMohamd Imad

    Mohamd Imad

    Profils de carrière

    Spécialiste de l’étalonnage des systèmes de diagnostic et de contrôle des véhicules

    Je travaille sur l’électronique, le câblage et les logiciels des véhicules extraordinaires de General Motors.
  • Brianna Lummerding à genoux près d’un cerceau en plastique collectant des échantillons dans un champ herbeux.

    Brianna Lummerding

    Profils de carrière

    Responsable de l’innovation agronomique

    Je m’occupe de tout ce qui concerne la gestion des sols pour un groupe de détaillants et détaillantes.