Aller au contenu principal

Shenise Steele

Je suis soudeuse, monteuse-ajusteuse de charpentes métalliques

SIS Manufacturing

Profil créé le : 19 mars 2024
Parcours education : Programme d’apprentissage
Matières scolaires associées :

À propos de ma carrière

Cela signifie que je prends des pièces d’acier et les « colle » avec d’autres métaux pour bâtir des structures.

Je suis né/j’ai grandi à : Je suis née à Edmonton, en Alberta, et j’ai déménagé à Sault Ste. Marie, en Ontario, à l’âge de 13 ans.

J’habite désormais : Je vis actuellement dans la ville de Sault Ste. Marie, en Ontario. 

J’ai fait ma formation ou mes études à : J’ai suivi un programme de cinq mois à l’APR Welding Academy (en anglais), un collège professionnel privé à Sault Ste. Marie. J’ai également effectué la majeure partie de ma formation comme apprentie à l’APR Welding Academy, à l’exception d’une année au Cambrian College (en anglais) de Sudbury.

 J’ai obtenu mon Sceau rouge de soudeuse et mon Sceau rouge de monteuse-ajusteuse de charpentes métalliques. J’ai mes cartes de qualification pour le soudage à l’arc avec électrode enrobée toutes positions du groupe CWB (Canadian Welding Bureau) , y compris le soudage à l’arc à plat et horizontal avec fil fourré, avec électrode à âme métallique et sous gaz avec fil plein. J’ai récemment reçu deux nouvelles qualifications du groupe CWB pour les postes d’opérateur/opératrice de machine à souder robotisée et de programmeur/programmeuse en soudage robotisé.

Dans l'entreprise où je travaille, nous construisons des locomotives (trains). Je suis l’une des deux personnes formées au soudage robotisé. En conséquence, je travaille avec des robots soudeurs pour construire les plus petites parties des trains. Ces plus petites pièces sont quand même des sous-composants de 500 à 600 livres! Les robots ne sont pas aussi intelligents qu’on peut le croire. Ils se trompent souvent, alors je suis là pour meuler les soudures qu’ils réalisent au mauvais endroit. Ensuite, je les reprogramme pour corriger les erreurs qu’ils font. Je veille toujours à ce que tout soit fait correctement. J’ai été récemment formée sur un robot de soudage à système de portique de 90 pieds de long. Il se déplace le long des deux côtés d’une poutre métallique et nécessite de la programmation et des ajustements chaque fois qu’une nouvelle poutre est mise en place.

J’ai fréquenté une petite école secondaire. À l’époque, puisqu’il y avait deux périodes de repas, j'avais décidé de suivre un cours-atelier de 9e année pour avoir le même horaire de repas que mes amies. En fait, la classe-atelier consistait en moitié travail du bois et moitié soudage. J’adorais le soudage et j’ai continué jusqu’à la fin du secondaire.

J’allais continuer dans la soudure après l’école. Mais on m’en a dissuadée parce que j’étais une fille. Je me suis alors réorientée et j’ai fait des études en vue d’obtenir un certificat d’un an en interprétation de la langue des signes. Je ne me sentais pas à l’aise de continuer dans un programme de quatre ans. J'ai donc déménagé. J’ai essayé quelques emplois différents, y compris celui de serveuse. J’ai fini par retrouver le chemin de la soudure lorsque mon partenaire m’a convaincue de l’essayer à nouveau. C’est ce que je fais depuis!

Je ne me lasse pas d’apprendre. Je veux acquérir toutes les informations possibles. Je ne cesse d’apprendre dans le secteur de la soudure. C’est en constante évolution, ce qui est vraiment génial. Il existe aussi un peu de pression et de concurrence dans l’industrie pour déterminer qui peut faire les meilleures soudures. Cela rend les choses plus amusantes. Il n’y a pas beaucoup de femmes qui exercent le métier de soudeur/soudeuse. C’est agréable de pouvoir contribuer à ouvrir la voie aux femmes. Je veux leur montrer qu’il n’est pas nécessaire d’être infirmière ou de travailler dans un bureau si on ne le souhaite pas.

Grâce à ce que je fais, j’aide les gens à transporter des choses et à être transportés partout dans le monde. Dans mon travail, nous construisons des trains et des poutres qui sont envoyés en Inde, en Indonésie, en Australie et ailleurs. Ce que nous construisons aide les gens à rester en contact et à avancer dans leur vie plus facilement et en toute sécurité.

J’ai trois chiens, alors j’adore passer du temps à l’extérieur avec eux pour faire de la randonnée. J’aime aussi la pratique du kayak. J’aime également lire et continuer à apprendre.

Sois toujours ouvert à l'apprentissage, surtout si une personne est disposée à t’apprendre quelque chose. Tu ne sais jamais ce que tu vas en tirer ou comment cela t’aidera à progresser dans ta carrière. Par ailleurs, surtout en tant que fille dans l’industrie du soudage, il est important de ne pas prendre les commentaires au sérieux et de savoir encaisser les coups.

Ce que je fais au travail

Dans l'entreprise où je travaille, nous construisons des locomotives (trains). Je suis l’une des deux personnes formées au soudage robotisé. En conséquence, je travaille avec des robots soudeurs pour construire les plus petites parties des trains. Ces plus petites pièces sont quand même des sous-composants de 500 à 600 livres! Les robots ne sont pas aussi intelligents qu’on peut le croire. Ils se trompent souvent, alors je suis là pour meuler les soudures qu’ils réalisent au mauvais endroit. Ensuite, je les reprogramme pour corriger les erreurs qu’ils font. Je veille toujours à ce que tout soit fait correctement. J’ai été récemment formée sur un robot de soudage à système de portique de 90 pieds de long. Il se déplace le long des deux côtés d’une poutre métallique et nécessite de la programmation et des ajustements chaque fois qu’une nouvelle poutre est mise en place.

Mon parcours

J’ai fréquenté une petite école secondaire. À l’époque, puisqu’il y avait deux périodes de repas, j'avais décidé de suivre un cours-atelier de 9e année pour avoir le même horaire de repas que mes amies. En fait, la classe-atelier consistait en moitié travail du bois et moitié soudage. J’adorais le soudage et j’ai continué jusqu’à la fin du secondaire.

J’allais continuer dans la soudure après l’école. Mais on m’en a dissuadée parce que j’étais une fille. Je me suis alors réorientée et j’ai fait des études en vue d’obtenir un certificat d’un an en interprétation de la langue des signes. Je ne me sentais pas à l’aise de continuer dans un programme de quatre ans. J'ai donc déménagé. J’ai essayé quelques emplois différents, y compris celui de serveuse. J’ai fini par retrouver le chemin de la soudure lorsque mon partenaire m’a convaincue de l’essayer à nouveau. C’est ce que je fais depuis!

Ce qui me motive

Je ne me lasse pas d’apprendre. Je veux acquérir toutes les informations possibles. Je ne cesse d’apprendre dans le secteur de la soudure. C’est en constante évolution, ce qui est vraiment génial. Il existe aussi un peu de pression et de concurrence dans l’industrie pour déterminer qui peut faire les meilleures soudures. Cela rend les choses plus amusantes. Il n’y a pas beaucoup de femmes qui exercent le métier de soudeur/soudeuse. C’est agréable de pouvoir contribuer à ouvrir la voie aux femmes. Je veux leur montrer qu’il n’est pas nécessaire d’être infirmière ou de travailler dans un bureau si on ne le souhaite pas.

Comment j’influence la vie des gens

Grâce à ce que je fais, j’aide les gens à transporter des choses et à être transportés partout dans le monde. Dans mon travail, nous construisons des trains et des poutres qui sont envoyés en Inde, en Indonésie, en Australie et ailleurs. Ce que nous construisons aide les gens à rester en contact et à avancer dans leur vie plus facilement et en toute sécurité.

En dehors du travail, je

J’ai trois chiens, alors j’adore passer du temps à l’extérieur avec eux pour faire de la randonnée. J’aime aussi la pratique du kayak. J’aime également lire et continuer à apprendre.

Mon conseil aux autres

Sois toujours ouvert à l'apprentissage, surtout si une personne est disposée à t’apprendre quelque chose. Tu ne sais jamais ce que tu vas en tirer ou comment cela t’aidera à progresser dans ta carrière. Par ailleurs, surtout en tant que fille dans l’industrie du soudage, il est important de ne pas prendre les commentaires au sérieux et de savoir encaisser les coups.

Durant mon parcours scolaire, j'appréciais les sujets suivants :

  • Cours de métiers
  • Éducation physique/Santé
  • Sciences

Durant mon parcours scolaire , je me décrirais comme une personne qui :

  • Voulait toujours sortir dehors
  • Faisait partie d’une équipe sportive
  • Aimait travailler avec ses mains
  • Aimait la lecture
  • Apprenait en expérimentant
  • Aimait concevoir ou fabriquer des objets
  • Se sentait à l'aise dans l'environnement extérieur et naturel

Partenaires

La Fondation du soudage CWB

Parlons Sciences apprécie le soutien de la Fondation du soudage CWB qui nous a permis d'entrer en contact avec cette personne.

La Fondation du soudage CWB est un organisme de bienfaisance enregistré qui travaille avec des partenaires pour appuyer et soutenir le besoin de professionnels qualifiés en soudage et en technologie et contribuer à la prospérité économique du Canada. En créant une voie d’accès aux métiers spécialisés, la Fondation établit des partenariats entre l’industrie, la formation de la main-d’œuvre et le gouvernement pour permettre aux Canadiens d’explorer, de bâtir et de faire progresser des carrières réussies et passionnantes. La Fondation offre des programmes et des initiatives pratiques et virtuels axés sur l’éducation et fournit un soutien financier et technique aux programmes pour atténuer les obstacles auxquels se heurtent des groupes essentiels : les étudiants et les éducateurs des niveaux primaire, secondaire et postsecondaire, les peuples autochtones, les femmes et les personnes sous-représentées. Nous encourageons la reconnaissance et fournissons des programmes favorisant l’accès à l’exploration des carrières, indépendamment des facteurs d’identité, du statut social et financier et des expériences vécues, notamment le sexe, l’âge, l’origine ethnique, la langue, l’alphabétisation, la culture, le revenu et l’emplacement géographique.

Pour plus d’informations sur la Fondation du soudage CWB et ses programmes, visitez le site www.cwbweldingfoundation.org.

CWB Logo

  • portrait par Kenzie Arnott

    Kenzie Arnott

    Profils de carrière

    Responsable du programme « Science in the City »

    Je dirige un programme de communication scientifique dans trois villes différentes. Le but est de connecter les scientifiques afin de les aider à comprendre les spécialités des uns et des autres.
  • portrait par Jose Chiriboga

    Jose Chiriboga (il)

    Profils de carrière

    Associé principal au soutien scientifique

    Mon équipe et moi créons et animons des programmes de formation illustrant les diverses manières d’utiliser nos produits afin de faciliter la recherche scientifique et l’innovation.
  • Genny Marcoux debout devant un fond de fleurs artificielles roses et blanches de taille humaine.

    Genny Marcoux

    Profils de carrière

    Responsable de l’infrastructure et de la sécurité

    Je dirige une équipe experte chargée de créer un environnement sécurisé pour l’équipe de développement de cours, permettant à la clientèle de se familiariser avec nos produits et d’apprendre la cybersécurité.
  • portrait par Gordon Martell

    Gordon Martell (il)

    Profils de carrière

    Professeur adjoint

    J’enseigne aux étudiants et étudiantes du postsecondaire à devenir des leaders dans les écoles et autres organisations.
  • Nancy Rogers debout sur un affleurement rocheux où elle prospecte des minéraux. Encadré : Roche de labradorite coupée pour exposer les motifs de couleur.

    Nancy Rogers

    Profils de carrière

    Prospectrice professionnelle et artisane

    Je me rends dans des régions reculées à la recherche de minéraux et de cristaux.
  • portrait par Marianne Parent

    Marianne Parent (elle)

    Profils de carrière

    Vétérinaire / Candidate au doctorat en épidémiologie vétérinaire,

    Je suis une docteure pour les chats et les chiens, ainsi que pour certains autres animaux comme les perroquets et les lapins. Je fais aussi de la recherche sur un parasite du saumon d’élevage.
  • portrait par Ali Ashrafi

    Ali Ashrafi (il)

    Profils de carrière

    Candidat au doctorat

    Je suis inscrit dans un programme de doctorat en sciences humaines.
  • portrait par Olivia Ivany

    Olivia Ivany

    Profils de carrière

    Technologue en échographie diagnostique

    J’effectue différents types d’échographies sur l'ensemble du corps.
  • portrait par Rashell Featherstone

    Rashell Featherstone (elle)

    Profils de carrière

    Associée principale au programme

    Je coordonne des projets pour le développement de nouveaux produits chez STEMCELL.
  • portrait par Tyler Morhart

    Tyler Morhart (il)

    Profils de carrière

    Scientifique, responsable de la ligne de faisceaux – SyLMAND

    Je fais partie du personnel scientifique à l’installation de rayonnement synchrotron du Centre canadien de rayonnement synchrotron. Je suis responsable de la ligne de faisceaux de SyLMAND.
  • portrait parMohamd Imad

    Mohamd Imad

    Profils de carrière

    Spécialiste de l’étalonnage des systèmes de diagnostic et de contrôle des véhicules

    Je travaille sur l’électronique, le câblage et les logiciels des véhicules extraordinaires de General Motors.
  • Brianna Lummerding à genoux près d’un cerceau en plastique collectant des échantillons dans un champ herbeux.

    Brianna Lummerding

    Profils de carrière

    Responsable de l’innovation agronomique

    Je m’occupe de tout ce qui concerne la gestion des sols pour un groupe de détaillants et détaillantes.