Aller au contenu principal

Miriam Jordi (elle)

Coordonnatrice de projet
Construction Chandos
Mariam Jordi sur le site de construction d'un bâtiment pour la formation des pompiers et pompières.

Mariam Jordi sur le site de construction d'un bâtiment pour la formation des pompiers et pompières.

Mariam Jordi sur le site de construction d'un bâtiment pour la formation des pompiers et pompières.

Mariam Jordi sur le site de construction d'un bâtiment pour la formation des pompiers et pompières.

Lieu de naissance
Emplacement
Parcours education

Miriam travaille pour une entreprise de construction et veille au respect des échéanciers et du budget des projets.

À propos de moi

Je suis né/j’ai grandi à : Red Deer, en Alberta.

J’habite désormais : Red Deer, en Alberta.

J’ai fait ma formation ou mes études à: la Polytechnique du SAIT, ferblanterie.

Ce que je fais au travail

À l’heure actuelle, je travaille pour Chandos Construction à titre de coordonnatrice de projet. J’ai le devoir d’assister et de soutenir la ou le gestionnaire de projet. La gestion de projet consiste à s’assurer que les projets soient terminés à temps et qu’ils respectent le budget.

Chandos Construction est un entrepreneur général. J’ai donc l’occasion de travailler sur une variété de projets de construction commerciale. Allant des hôpitaux aux centres commerciaux, en passant par les restaurants et les cliniques médicales. Je travaille principalement dans un bureau, mais j’ai parfois l’occasion de visiter des chantiers. Je participe à la rédaction des contrats et au soutien des travailleuses et des travailleurs. Mon expérience et ma formation dans les métiers me permettent de mieux comprendre les tâches et les besoins des travailleuses et des travailleurs.

Mon but est de devenir cheffe de projet. En tant que coordonnatrice, j’apprends les rouages de la gestion. J’apprends à rédiger des contrats. Aussi, j’apprends à reconnaître les éléments qui entrent dans une offre de projet de construction. Plus j’apprends, plus je suis en mesure d’assumer des rôles complexes. En règle générale, il faut environ deux ans de formation pratique pour acquérir les compétences et les connaissances nécessaires. J’aime vraiment ce que je fais!

Mon parcours

Je n’ai pas très bien planifié mon parcours professionnel. J’ai toujours été intéressée par l’art et le design. Après le secondaire, je me suis lancée dans un programme de baccalauréat en beaux-arts. J’ai constaté que ce n’était pas ce que je voulais faire, alors j’ai décroché un travail en aménagement des arbres. Je suis tombée amoureuse, je me suis mariée et j’ai eu des enfants. J’ai éprouvé de la difficulté à trouver un emploi qui me permettait de concilier le travail et une famille en expansion. Ensuite, je me suis intéressée à la décoration intérieure et j’ai suivi des cours du soir. J’ai travaillé pour une entreprise de rénovation. J’aimais le travail, mais le salaire n’était pas très bon. Je me suis donc remise à la recherche d’un emploi.

Je suis tombée sur un programme de recrutement de femmes pour les métiers spécialisés au YWCA local. Quelle ironie de ne pas y avoir pensé avant! Mon père est charpentier et mes frères ont choisi des métiers. En fait, c’est parce que personne ne faisait la promotion des métiers spécialisés auprès des femmes. Après avoir consulté le programme, j’ai quitté mon emploi et je me suis inscrite. Dans ce programme, j’ai acquis des compétences de menuiserie et de travail en atelier. Plus important encore, j’ai découvert que je pouvais travailler dans les métiers spécialisés. J’ai ensuite fréquenté l’école Polytechnique du SAIT où j’ai suivi le programme de formation de ferblantière (tôlière). J’ai obtenu ma certification Sceau rouge dans ce domaine.

J’ai travaillé pendant plusieurs années à titre de tôlière avec mention Sceau rouge. J’assumais des rôles de supervision et j’en apprenais davantage sur les affaires. À ma dernière année en tant que ferblantière, je gagnais environ 90 000 dollars par année. Un rôle de gestion s’est libéré dans ma ville natale et j’ai décroché le poste. Ce dernier offrait un salaire inférieur à celui que je gagnais avant, mais il me donnait l’occasion de travailler dans un domaine très intéressant et épanouissant.

Ce qui me motive

J’aime faire partie de la structure de soutien au sein de cette entreprise. Je suis ravie de voir les autres réussir et bien faire leur travail. Je suis heureuse de participer au bon déroulement des choses. J’aime aussi voir les bâtiments en cours de construction. J’aime beaucoup les visites de chantier puisque je peux voir la progression du travail.

Comment j’influence la vie des gens

Mon travail actuel fait une différence dans la vie de nos employées et employés. En tant que ferblantière, je ne pouvais pas prendre de décisions ou apporter des changements pour rendre les choses plus efficaces. Mais j’occupe maintenant un poste de gestion. Les travailleuses et les travailleurs se tournent vers les gestionnaires pour obtenir des réponses et de l’aide dans le cadre de leurs fonctions. Par exemple, si les matériaux sont prêts à temps et sur place, l’entreprise réalise des profits. Dans le cas contraire, l’entreprise pourrait faire faillite ou licencier des gens.

Autrement, la culture de travail pourrait aussi s’effriter. Les gestionnaires cherchent des moyens de résoudre les problèmes qui surviennent sur le lieu de travail. Par exemple, si une travailleuse ou un travailleur ressent trop de stress, cette personne doit en parler. Elle a peut-être seulement besoin d’en parler. Parfois, un petit changement permet de faire une grande différence. C’est génial de pouvoir résoudre des problèmes pour lesquels les travailleuses et les travailleurs n’ont pas de solutions. C’est aussi agréable lorsque l’on peut aider l’entreprise à économiser de l’argent ou à obtenir de bons résultats.

En dehors du travail, je

J’aime les activités de plein air. Qu’il s’agisse de faire du vélo ou de m’asseoir autour d’un feu dans la cour arrière. Je participe à des activités qui aident davantage de femmes et de minorités à s’intégrer dans les métiers spécialisés. Je suis fière du progrès qui a été réalisé dans les métiers spécialisés. Je veux que les gens sachent que ce sont d’excellents choix de carrière.

Mon conseil aux autres

Essaie-le! Essaie beaucoup de choses et ne rejette pas quelque chose parce que cela semble étrange ou inintéressant. Tu ne sais jamais où cela peut te mener. Quand tu réfléchis à une carrière potentielle, dresse une liste de ce dont tu as besoin pour vivre une vie heureuse. Veux-tu bouger? Préfères-tu être à l’intérieur ou à l’extérieur? Aimes-tu les travaux manuels, comme construire ou bricoler? Ou préfères-tu réfléchir et résoudre des problèmes?
Ne regarde pas le titre d’un poste, cherche un emploi qui satisfera tes besoins.
Ton choix ne sera pas une source de déception.

Durant mon parcours scolaire, j'appréciais les sujets suivants :
  • Arts dramatiques
  • Arts visuels
  • Alimentation et nutrition
  • Langues étrangères
  • Cours de métiers et en atelier
Durant mon parcours scolaire , je me décrirais comme une personne qui :
  • Appréciait travailler seule
  • Aimait travailler avec ses mains
  • Aimait avoir la liberté d’explorer ses idées
  • Aimait la lecture
  • Se sentait à l'aise à l'extérieur, en milieu naturel
  • Était très créative
  • N’était pas certaine de ce qu’elle voulait faire plus tard
  • Apprenait mieux en expérimentant

Explorez les profils de carrière