Aller au contenu principal

Dr. Jeremy McNeil

Professeur
Département de biologie à l'Université Western en Ontario
 Jeremy McNeil, docteur en entomologie
 Jeremy McNeil, docteur en entomologie
Secteur
Emplacement
Parcours education

À propos de moi

Je suis né/j’ai grandi à : Je suis né à Tonbridge, dans le comté de Kent, en Angleterre, et j’avais 6 mois lorsque ma famille a déménagé à Corner Brook, à Terre-Neuve. J’y suis resté jusqu’à 10 ans, âge auquel mes parents m’ont envoyé dans un pensionnat, en Angleterre. Après mon secondaire, j’ai travaillé pendant deux ans (comme aide-soignant dans un hôpital de Chichester, puis comme marchand de vin à Londres) avant de revenir au Canada pour mes études universitaires.

J’habite désormais : London, Ontario

J’ai fait ma formation ou mes études à : J’ai obtenu mon baccalauréat en sciences avec spécialisation en zoologie à l’Université Western (London, Ontario), puis mon doctorat en entomologie/écologie à l’Université d’État de la Caroline du Nord (Raleigh, Caroline du Nord, États-Unis).

Ce que je fais au travail

En tant qu’écologiste des insectes, je travaille sur la reproduction, la migration et les interactions insectes-plantes, et je crois qu’une meilleure compréhension de la biologie fondamentale des insectes tant utiles que nuisibles nous aidera à trouver des solutions de rechange écologiquement acceptables aux insecticides pour la lutte contre les parasites.

À l’échelle locale, bien qu’une grande part de la recherche se déroule sur le terrain au moyen de diverses méthodes d’échantillonnage (comme les pièges lumineux et à phéromones), nous réalisons aussi des expériences dans des conditions environnementales contrôlées. Nous pouvons ainsi déterminer les effets de facteurs tels que la durée du jour, la température, l’humidité relative, la pression atmosphérique et la qualité de la nourriture sur différents insectes et, à l’aide de divers outils, examiner la physiologie et les processus chimiques qui modulent les comportements étudiés.

Comme mon groupe de recherche comprend des étudiants et étudiantes de premier (baccalauréat) et de deuxième cycles (maîtrise), nous avons chaque jour de vives discussions axées sur le plan d’expérience, l’interprétation des données et la résolution de problèmes. Nous célébrons aussi les bons coups.

Je participe également à quelques projets internationaux qui m’amènent à effectuer des recherches sur le terrain avec mes collaborateurs dans des pays comme le Mexique et le Brésil. C’est très enrichissant, car j’apprends sur une variété d’écosystèmes et de cultures.

Au fil des ans, j’ai donné plusieurs cours aux étudiants et étudiantes du baccalauréat et de la maîtrise, donc la préparation et la présentation d’exposés font partie intégrante de ma routine lors de certains jours d’une session universitaire. Dans le cadre de mon enseignement et de mes recherches, je dois absolument m’informer des dernières activités dans mon domaine. Pour ce faire, je dois non seulement lire la plus récente documentation, mais aussi participer à des congrès scientifiques, où chacun a l’occasion d’échanger des idées avec d’autres chercheurs de la planète.

À tout moment, je peux m’adonner à des activités qui ne sont pas directement liées à l’enseignement ou à la recherche. Il m’arrive entre autres de lire des manuscrits soumis à des revues scientifiques, ou des demandes de bourse adressées à des organismes de financement, ainsi que de siéger à des comités de l’université ou d’organismes nationaux et internationaux. De plus, je me consacre à la sensibilisation scientifique du public depuis plus de 40 ans et je donne régulièrement des conférences, au Canada et ailleurs dans le monde, dans divers endroits, comme des écoles et des bibliothèques, mais aussi des clubs de jardinage et des clubs nature.

En fin de compte, mes jours sont tout sauf routiniers, et ça me convient très bien.
 

Mon parcours est

Je n’étais pas un très bon élève au secondaire (même si j’avais la grande ambition de devenir chirurgien), alors j’ai travaillé comme aide-soignant dans un hôpital et comme marchand de vin au Royaume-Uni avant d’entreprendre, juste avant mes 21 ans, un baccalauréat en sciences avec spécialisation en zoologie à l’Université Western. J’ai continué à obtenir de mauvaises notes pendant les deux premières années, mais après un cours d’entomologie en troisième année et un emploi d’été à Agriculture Canada, les insectes m’avaient conquis. Une fois diplômé, je suis parti aux États-Unis pour effectuer un doctorat en compagnie du professeur Bob Rabb, un véritable savant et un gentleman qui a été un mentor extraordinaire pour moi pendant de nombreuses années. J’ai ensuite été engagé comme professeur à l’Université Laval, une institution francophone dans la ville de Québec. C’était quelque peu ironique, car j’avais déjà refusé un poste permanent chez le marchand de vin au Royaume-Uni, puisque le français était une exigence et que j’échouais lamentablement lors de chaque examen. Je suis toutefois finalement devenu bilingue et j’ai enseigné à l’Université Laval pendant 30 ans avant de décrocher un poste à l’Université Western.

Le plus grand défi a été de trouver les fonds suffisants pour éponger les coûts de la recherche, y compris pour soutenir tous les membres du laboratoire; parfois, l’un d’eux a du succès, alors qu’à d’autres moments, ce n’est pas le cas. Pour moi, l’essentiel est de garder espoir et de continuer à essayer.
 

 

Ce qui me motive

J’aime beaucoup la diversité qu’offre mon emploi, car j’adore l’enseignement et la recherche. D’une perspective d’enseignant, c’est un réel plaisir de voir les étudiants et étudiantes réussir et de réussir dans la carrière de leur choix. D’une perspective de chercheur, c’est vraiment satisfaisant de pouvoir contribuer aux connaissances fondamentales dans le domaine de l’écologie chimique. C’est d’autant plus gratifiant lorsque ces connaissances permettent de créer des programmes écologiquement sûrs en vue de la gestion de parasites et de la conservation d’espèces bénéfiques.

Comment j’affecte la vie des gens

Mon programme permet aux étudiants et étudiantes de premier et de deuxième cycles de partout dans le monde de perfectionner leurs compétences scientifiques en réalisant leurs propres projets de recherche. Ils apprennent non seulement une panoplie de techniques nécessaires à la collecte des données pertinentes, mais aussi l’importance de certaines notions, comme la gestion efficace du temps. Le programme donne aussi l’occasion aux étudiants et étudiantes au baccalauréat de se bâtir une expérience pratique en recherche par l’entremise d’un emploi d’été.

Ma recherche vise notamment à produire des données utiles à la création de programmes de gestion des parasites acceptables sur le plan écologique, économique et social.

En dehors du travail je

Quand j’étais jeune, je faisais de l’escrime, de la course et du squash, mais maintenant, je ne fais que de longues marches quotidiennes. Cependant, j’ai la chance de beaucoup voyager pour le travail, alors j’essaie toujours de prendre le temps de me promener, l’une de mes fidèles caméras à la main. Aussi, lorsque je suis chez moi, je consacre beaucoup de temps au jardinage et à la cuisine.

Mon conseil aux autres

Ne vous précipitez pas! Soyez certain ou certaine que le domaine vous passionne réellement, car ainsi, les bons moments deviennent merveilleux et vous aideront assurément à traverser les périodes plus ardues.

Durant mon parcours scolaire, j'appréciais les sujets suivants :
  • Arts visuels
  • Arts dramatiques
  • Littérature et langues
  • Éducation physique/Santé
  • Sciences
Durant mon parcours scolaire , je me décrirais comme une personne qui :
  • Voulait toujours sortir dehors
  • Aimait aider les autres
  • Faisait partie d’une équipe sportive
  • Aimait travailler avec ses mains
  • Aimait avoir la liberté d’explorer ses idées
  • Aimait la lecture
  • Se sentait à l'aise à l'extérieur, en milieu naturel
  • Ne voulait jamais être en classe
  • Donnait peu d'importance à ses notes
  • Participait à des activités telles la pêche, la cueillette de petits fruits et la chasse

Explorez les profils de carrière

  • Lauren Saville | Présidente et créatrice chez Primate Tales

    Lauren Saville

    Entrepreneure et créatrice

    Lauren Saville est la propriétaire et la créatrice de Primate Tales.
  • Marc Fiume | PDG de DNAstack

    Marc Fiume

    PDG

    Marc Fiume est le PDG de DNAstack, un logiciel qui gère les données génomiques.
  • Shakib Rahman | Assistant de recherche

    Shakib Rahman

    Assistant de recherche

    Shakib Rahman est un assistant de recherche à l’Institut de la santé des os et des articulations de l'Alberta
  • Kathy Deuchars | Ontario Genomics

    Kathy Deuchars

    Directrice, Développement commercial et recherche,

    Kathy Deuchars est la directrice, Développement commercial et recherche chez Ontario
    Genomics
  • Jordan Thomson | Responsable de la planification stratégique chez Ontario Genomics

    Jordan Thomson

    Responsable de la planification stratégique

    Jordan Thomson est le responsable de la planification stratégique chez Ontario Genomics.
  • Janet Smylie | Médecin de famille et chercheuse

    Janet Smylie

    Médecin de famille et chercheuse

    Janet Smylie est médecin de famille et chercheuse à l'hôpital St. Michael's.
  • Katie Harris essayant une combinaison spatiale de simulation au Centre européen des astronautes.

    Katie Harris (elle)

    Étudiante en médecine / future spécialiste en médecine aérospatiale

    Je m'oriente vers une carrière de spécialiste en médecine aérospatiale - médecin qui travaille avec les astronautes et les maintient en bonne santé pour les longues missions !
  • Amanda Naaum | biologiste moléculaire en chef chez TRU-ID

    Amanda Naaum

    Biologiste moléculaire en chef chez TRU-ID

    Amanda Naaum est biologiste moléculaire en chef chez TRU-ID.
  • Thomas Merritt | Professeur titulaire

    Thomas Merritt

    Professeur titulaire en génomique et bioinformatique

    Thomas Merritt est professeur titulaire en génomique et bioinformatique pour la Chaire de recherche du Canada.
  • Tania George

    Tania George

    Cheffe d'équipe, Gestion des données cliniques

    Tania George est Cheffe d'équipe, Gestion des données cliniques pour Hoffmann-La Roche (Roche Canada).
  • Susie Taylor | Susie Taylor, coordonnatrice du soutien aux programmes, sensibilisation pour Parlons sciences.

    Susie Taylor

    Coordonnatrice du soutien aux programmes

    Susie Taylor est coordonnatrice du soutien aux programmes de sensibilisation pour Parlons sciences.
  • Stephanie Welton | Chercheuse indépendante

    Stephanie Welton

    Chercheuse indépendante

    Stephanie Welton est une chercheuse indépendante, travaillant à distance dans tout le Canada.
  • Sarah Benjamin - Gestionnaire des opérations réglementaires

    Sarah Benjamin

    Gestionnaire des opérations réglementaires

    Sarah Benjamin est gestionnaire des opérations réglementaires chez Amgen Canada
  • Renee Mastalerz | Directrice

    Renee Mastalerz

    Directrice, Acquisition de talents

    Renee Mastalerz est directrice, Acquisition de talents chez Roche Canada.
  • Paulo Covizzi | Directeur principal des opérations de développement

    Paulo Covizzi

    Directeur principal des opérations de développement

    Paulo Covizzi est le directeur principal des opérations de développement chez Amgen.
  • Nusheem Ditta

    Nusheen Ditta

    Gestionnaire principale des données d'études

    Nusheen Ditta est gestionnaire principale des données d'études pour Hoffmann-La Roche (Roche Canada).
  • Namratt Joshi dans ses habits de graduation au doctorat

    Namrata Joshi

    Associée à l'innovation (neurosciences)

    Namrata Joshi a un doctorat en neurosciences et travaille au Moffitt Cancer Center.
  • Monica Gautam

    Monica Gautam

    Directrice générale / fondatrice

    Monica Gautam est la directrice générale / fondatrice de Compass Medical Affairs Consulting Inc.
  • Chris Derksen en train de faire ses recherches sur le terrain en Arctique.

    Chris Derksen (il/lui)

    Chercheur scientifique en climatologie

    J'utilise des données satellitaires et des modèles climatiques pour comprendre l'impact des changements climatiques sur la neige et la glace au Canada.
  • Shari Forbes à l'extérieur du centre de décomposition humaine

    Shari Forbes (elle)

    Chercheuse en sciences médico-légales / judiciaire et professeure

    Je mène des recherches pour comprendre comment le corps humain se décompose dans notre environnement canadien unique.