Aller au contenu principal
Profil de carrière

Kelly White

Massothérapeute autorisée
Kelly White | Massothérapeute autorisée
Kelly White | Massothérapeute autorisée
Secteur
Lieu de naissance
Emplacement

À propos de moi

Je suis né/j’ai grandi à : À Stephenville (Terre-Neuve-et-Labrador), au Canada.

J’habite désormais : À Saint-Jean (Terre-Neuve-et-Labrador), au Canada.

J’ai complété ma formation ou mes études à : J’ai terminé un programme de 2 200 heures au Collège ICT Northumberland, situé à Halifax (Nouvelle-Écosse).

Ce que je fais au travail

Quand ils entendent parler de massothérapie, les gens pensent probablement au traitement de muscles endoloris par manipulation physique. Et c’est très souvent le cas. Toutefois, même si beaucoup de mes clients ressentent de la douleur, la cause de cette douleur n’est pas toujours des muscles endoloris. Parfois, l’inconfort est causé par une mauvaise posture. D’autres fois, elle survient à la suite d’un accident ou d’un dommage physique subi par le corps ou les nerfs. L’un de mes rôles est d’identifier la source de l’inconfort. J’élabore un plan de traitement pour permettre au client de fonctionner normalement dans ses activités quotidiennes. Pour certains clients, le plan de traitement est très simple. Pour d’autres, je dois résoudre plusieurs problèmes et prendre bien des décisions afin de trouver la source du problème et de concevoir un plan de traitement efficace. Dans certains cas rares ou complexes, il se peut que je doive consulter divers livres de référence.

Parfois, je discute des traitements possibles avec mes collègues. Dans les cas où il y a eu un traumatisme important (p. ex., à la suite d’un accident d’automobile), je dois souvent revoir les objectifs du traitement et modifier mon approche au cours du processus de réadaptation. À bien des égards, le fonctionnement du corps humain est très simple, mais à d’autres égards, il est très compliqué. Par exemple, une douleur ressentie dans une partie du corps peut émaner d’ailleurs. Donc, la source du problème n’est pas toujours évidente.

Je travaille comme massothérapeute autorisée depuis six ans. Pendant ce temps, j’ai appris que chaque clinique de massothérapie est unique. Dans certaines cliniques, il y a un ou une réceptionniste qui donne les rendez-vous pour les séances, perçoit les paiements et gère les livres comptables. Quant à moi, si mon travail m’amène toujours à appliquer ma compréhension scientifique de l’anatomie, de la physiologie et de la neurologie lorsque je fais des manipulations thérapeutiques, je dois parfois également fixer les rendez-vous, gérer les comptes, tenir à jour les dossiers et percevoir les paiements.

Mon parcours

Au départ, je n’avais pas l’intention de devenir massothérapeute. À l’université, j’ai étudié l’histoire et les beaux-arts dans le but d’enseigner au secondaire. Peu à peu, j’ai réalisé que ce cheminement professionnel n’était pas pour moi. Pendant ce temps, j’ai dû voir un massothérapeute à la suite d’un accident du travail. J’étais tellement satisfaite des résultats que j’ai commencé à m’informer sur les carrières dans le domaine. J’ai appris que le programme de formation impliquait des études poussées en biologie et une formation pratique. J’avais aimé mes cours de biologie au secondaire et, en tant qu’artiste, l’anatomie et les mouvements du corps humain m’ont toujours émerveillée et fascinée.

Étant donné mon grand intérêt pour le corps humain, je me suis dit qu’une carrière comme massothérapeute me conviendrait bien. En effet, j’avais raison! Comme j’avais déjà fait des études universitaires, j’étais plus âgée que les autres étudiants dans le programme. De plus, ayant étudié l’histoire et les beaux-arts, j’avais oublié en grande partie mes connaissances scientifiques. Par conséquent, j’ai dû réapprendre beaucoup de choses que les professeurs et les autres étudiants considéraient comme allant de soi. J’ai aussi une déficience auditive, ce qui a posé quelques problèmes au début. J’ai surmonté ces défis en travaillant plus fort, en relisant le matériel de cours et en faisant des lectures supplémentaires. J’ai organisé un groupe d’étude qui se réunissait régulièrement, ce qui m’a vraiment aidée à rester sur la bonne voie.

Ce qui me motive

Cela peut sembler cliché, mais je suis motivée par le fait d’aider les gens à se sentir mieux, tant dans leur corps que dans leur esprit. Je me sens vraiment bien lorsqu’un client retourne au travail ou reprend ses activités habituelles après avoir reçu des traitements qui ont pu apaiser ou supprimer la douleur. C’est vraiment génial lorsqu’un patient est surpris de voir à quel point il se sent mieux après seulement quelques séances!

J’apprécie vraiment le fait de toujours apprendre. À Terre-Neuve-et-Labrador, les massothérapeutes autorisés doivent suivre un certain nombre d’heures de formation tous les trois ans afin de maintenir un permis valide. J’ai donc l’occasion d’en apprendre sur les nouvelles techniques et les récentes recherches dans le domaine de la massothérapie. Ainsi, la formation continue m’aide à être la meilleure massothérapeute possible.

Comment j’influence la vie des gens

Je pense que mon travail a un très grand impact sur la vie de mes clients. Des études ont montré que la massothérapie améliore le bien-être général en réduisant les niveaux de stress et en améliorant les mouvements musculaires et articulaires. Dans le cas de clients qui arrivent avec des problèmes liés à la douleur ou à l’inconfort, il est facile de voir comment les traitements ont un impact positif sur leur qualité de vie.

En dehors du travail, je

Pendant mon temps libre, j’aime passer du temps avec mon chien et faire de la randonnée dans les sentiers près de chez moi. J’aime lire, peindre, coudre et regarder la télévision. En tant que massothérapeute, je fais du bénévolat lors d’événements spéciaux comme Spin4Kids (un programme qui encourage les enfants à rester actifs), les collectes de sang, les événements sportifs et d’autres activités qui font la promotion d’un mode de vie sain.

Mon conseil aux autres

Quelle que soit la carrière à laquelle tu aspires, travaille fort. Tes efforts seront récompensés! Développe tes capacités organisationnelles, car il est plus facile d’assimiler de nouvelles informations quand celles-ci sont bien organisées. Reste positif! Et pose beaucoup, beaucoup de questions!

Je suis autochtone

Je suis Mi’kmaq de la Première Nation de Qalipu.

Durant mon parcours scolaire, j'appréciais les sujets suivants :
  • Arts visuels
  • Arts dramatiques
  • Alimentation et nutrition
  • Géographie
  • Musique
  • Histoire
  • Cours de métiers
  • Littérature et langue
  • Sciences
Durant mon parcours scolaire , je me décrirais comme une personne qui :
  • Aimait aider les autres
  • Organisait des activités pour ses amis
  • Aimait travailler de ses mains
  • Aimait la lecture
  • Se sentait chez elle en pleine nature
  • Organisait toujours les meilleures soirées entre amis
  • Aimait démonter les objets pour comprendre comment ils fonctionnaient
  • Aimait recevoir des instructions précises
  • Aimait avoir la liberté d’explorer ses idées
  • S’impliquait dans des activités de bénévolat
  • N’était pas certaine de ce qu’elle voulait faire plus tard
  • Apprenait en expérimentant
  • Aimait concevoir ou fabriquer des objets
  • Participait à des activités telles la pêche, la cueillette de petits fruits et la chasse

Explorez les profils de carrière

  • Karen Fleming

    Karen Fleming (elle)

    Formatrice en simulation

    Je collabore avec le personnel hospitalier pour créer des expériences éducatives qui favorisent des environnements plus sécuritaires pour les patients.
  • Portrait de Andrea Goldson-Barnaby

    Andrea Goldson-Barnaby

    Chargée de cours

    J'enseigne et je fais des recherches sur les sujets de la chimie alimentaire et de la transformation des aliments.
  • Yetong Dong headshot wearing lab coat

    Yetong Dong

    Assistante de recherche/étudiante

    I am studying to become a scientific researcher.
  • Adrienne Ethier

    Adrienne Ethier

    Spécialiste de l’évaluation des risques environnementaux

    Je suis responsable d’évaluer les risques d’exposition des personnes et de l’environnement à proximité des installations nucléaires et des mines.
  • Portrait de Dr. Marcia Anderson

    Marcia Anderson (elle)

    Médecin et vice-doyenne, santé autochtone, justice sociale et antiracisme

    Je suis médecin et je travaille à la mise en place de soins de santé culturellement sécuritaires et exempts de racisme.
  • Portrait de Sydney Robinson

    Sydney Robinson

    Ingénieur biomédical et entrepreneur

    Je suis une entrepreneure qui utilise sa formation d’ingénieure pour concevoir un dispositif aidant les personnes amputées à effectuer leurs tâches quotidiennes de façon moins douloureuse.
  • Hayleigh Conway posant sur une carte des TNO et désignant Inuvik sur la carte. Pris lors de la Journée du SIG 2017.

    Hayleigh Conway (elle)

    Technicienne en géomatique

    Je crée des cartes qui nous permettent de mieux répondre aux questions sur la santé de l’environnement dans l’Arctique de l’Ouest.
  • Manpreet Kaur dans son laboratoire

    Manpreet Kaur (Elle)

    Boursière postdoctorale

    Je travaille sur des projets de recherche qui visent à découvrir des médicaments pour traiter les maladies infectieuses. Mon travail consiste à mener des expériences, à compiler des données et à les analyser, ainsi qu’à rédiger des articles de recherche pour des revues scientifiques
  • Portrait de Ryan Mitchell

    Ryan Mitchell

    Superviseur d’écloserie

    Mon travail consiste à superviser les tâches et les travaux quotidiens sur le site.
  • Terra MacDonald sur un site d'aquaculture tenant des saumons d'élevage.

    Terra MacDonald (elle)

    Vétérinaire et responsable de la santé des poissons

    En tant que vétérinaire pour Mowi Canada West, je m’occupe des saumons à toutes les étapes de leur vie, de l’œuf à la récolte. Je m’occupe de maintenir les poissons en bonne santé et je veille à leur protection tout au long de leur cycle de vie.
  • Portrait de Isha Berry

    Isha Berry

    Étudiante au doctorat en épidémiologie

    Je recherche des tendances dans les épidémies et les résultats sanitaires chez des populations à l’échelle mondiale.
  • Portrait de Jasmin Chahal

    Jasmin Chahal

    Professeure adjointe,

    J’enseigne au département de microbiologie et d’immunologie de l’Université McGill.
  • Lynn Henderson avec un chien berger allemand

    Lynn Henderson (elle)

    Vétérinaire; clinicienne, professeure d’université.

    Je suis une vétérinaire spécialiste des petits animaux, au service de la santé animale de diverses façons.
  • Portrait de Megan Katz

    Megan Katz

    Prothésiste

    Un technicien ou une technicienne prothésiste est une personne qui fabrique et répare des membres artificiels.
  • Dr. Jackie Dawson faisant des recherches sur le terrain sur l'île Beechy, Nunavut.

    Jackie Dawson (Elle/iel)

    Professeure et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l’environnement

    Je travaille avec de grandes équipes académiques, des détenteurs de savoirs inuits et ceux et celles qui prennent des décisions pour comprendre les risques et les solutions des changements environnementaux.
  • Portrait de Corie Houldsworth

    Corie Houldsworth

    Inspectrice

    J'effectue des inspections sur les lieux de travail où les rayonnements sont utilisés, stockés ou transportés.
  • Daryl Lawes

    Daryl Lawes

    Gestionnaire de l’environnement pour Seaspan

    Je suis responsable de tous les aspects de la protection de l'environnement, des performances et de la conformité réglementaire pour les chantiers navals de Seaspan.
  • Clair Poulin hiking near wetland area

    Claire Poulin

    Chercheuse sur le poisson zèbre/étudiante en pré-médecine

    J’étudie comment le poisson-zèbre réagit à la baisse du niveau d’oxygène dans son environnement.
  • Lauren Saville | Présidente et créatrice chez Primate Tales

    Lauren Saville

    Entrepreneure et créatrice

    Lauren Saville est la propriétaire et la créatrice de Primate Tales.