Organes humains pour greffe

Organes humains pour greffe (stefanamer, iStockphoto)

Greffe d'organes

Parlons sciences

Résumé

Renseignez-vous sur les greffes d’organes – leur fonctionnement, les vies qu’on sauve, la réaction du système immunitaire et le processus de jumelage des organes.

Connaissez-vous quelqu’un qui a déjà reçu ou donné un organe? Si oui, cette personne a pris part à une greffe d’organes. La greffe d’organes représente une étape importante de l’histoire de la médecine. Elle offre une nouvelle façon d’aider les gens qui souffrent d’une défaillance d’organe ou d’une maladie incurable.

Qu’est-ce qu’une greffe d’organes? 

Une greffe d’organes consiste à prélever l’organe sain d’une personne pour le transplanter par chirurgie dans une autre personne. On appelle la personne qui donne l’organe sain le donneur. La personne qui reçoit l’organe sain est appelée le receveur. Selon l’organe donné, il peut s’agir d’un donneur vivant ou mort. Au Canada, il y a, en moyenne, environ 4 500 personnes qui attendent de recevoir un organe qui leur sauvera la vie. Malheureusement, environ 260 personnes en attente d’une transplantation meurent chaque année.

Le savais-tu? 

Au Canada, 76 % des personnes qui attendent de recevoir un organe ont besoin d’un rein. Après les reins, les organes les plus en demande sont le foie, les poumons et le cœur. 

Le type d’organes et de tissus qu’on peut transplanter pourrait vous surprendre. Cela va des organes entiers, comme le cœur, les poumons et les reins, aux tissus, comme la moelle osseuse, des parties de l’oreille et des valvules cardiaques.  

Types d’organes et de tissus pouvant être transplantés
Types d’organes et de tissus pouvant être transplantés (Parlons sciences, image provenant de Pikovit44 via iStockphoto).

Histoire de la greffe d’organes

Quand tu penses à tes organes, lesquels te viennent à l’esprit? le cœur? les poumons? les reins? le foie? Tous ces organes peuvent être transplantés.

Est-ce que tu as pensé à la peau? C’est aussi un organe. En fait, la peau a été le premier organe transplanté. Un docteur suisse du nom de Jacques-Louis Reverdin a réussi la première greffe de peau en 1869. Cette chirurgie a ouvert la voie aux autres types de greffes d’organes.

Ce n’est qu’en 1954, soit 85 ans plus tard, qu’on est parvenu à faire la première greffe de rein. Elle a été réalisée par Joseph Murray à Boston, dans l’État du Massachusetts. Le receveur et le donneur étaient des jumeaux identiques. Joseph Murray a par la suite remporté le prix Nobel de physiologie et de médecine pour son travail.

Le processus de greffe d’organes

Pour comprendre le processus de greffe d’organes, voyons comment se passe une greffe rénale. Les greffes de reins sont l’une des opérations de transplantation les plus courantes et nécessaires. Les reins éliminent l’urée et les autres déchets liquides du corps et les évacuent sous la forme d’urine. Ils permettent d’équilibrer les minéraux et les autres nutriments dans le sang. Ils aident aussi à réguler la pression sanguine.

Le corps humain compte deux reins. Toutefois, il peut fonctionner avec un seul. Cela signifie que, contrairement à certains organes, un don de rein peut être fait par un donneur vivant. C’est ce qu’on appelle un don d’organe prélevé chez un donneur vivant. Mais les receveurs peuvent aussi obtenir un don de rein prélevé chez un donneur décédé.

Dès qu’un receveur est jumelé à un donneur, la greffe de rein peut avoir lieu. Le patient est mis sous anesthésie, ou endormi, pour ce type de transplantation.

Puis : 

  • Le chirurgien pratique une longue incision ou entaille sur un côté du bas ventre, sous la cage thoracique.
  • Le chirurgien inspecte le rein du donneur.
  • Il dépose le rein dans le ventre du patient. Un rein « gauche » sera transplanté sur le côté droit du patient, et un rein « droit » sera transplanté sur le côté gauche du patient. Il est ainsi plus facile de relier le rein à la vessie.
  • L’équipe chirurgicale relie l’artère et les veines rénales du rein donné à l’artère et aux veines correspondantes du receveur.
  • Le chirurgien vérifie si le flux sanguin circule entre le corps du receveur et le nouvel organe.
  • Le chirurgien relie l’uretère du rein du donneur à la vessie du receveur.
  • L’incision est recousue.
  • La greffe est terminée!
Le rein greffé est relié à l’artère et aux veines rénales et, par l’intermédiaire de l’uretère, à la vessie
Le rein greffé est relié à l’artère et aux veines rénales et, par l’intermédiaire de l’uretère, à la vessie (Parlons sciences, image provenant de BruceBlaus [CC BY-SA] via Wikimedia Commons). 

Le savais-tu? 

Habituellement, on ne retire pas les reins malades ou faisant défaut pendant une greffe rénale. On ajoute simplement le nouveau rein du donneur! 

Complications liées aux dons d’organes

Un enjeu important du don d’organes est le risque de rejet. Un rejet survient lorsque le système immunitaire d’un receveur attaque l’organe transplanté.

Ton système immunitaire enclenche habituellement une réponse immunitaire lorsqu’il détecte une substance ou un objet étranger dans ton corps. Une réponse immunitaire est déclenchée par la présence de protéines sur la surface extérieure d’un corps étranger. On les appelle des antigènes. Si les protéines de l’organe d’un donneur diffèrent trop des antigènes présents dans le corps du receveur, le système immunitaire du receveur s’attaquera au nouvel organe. C’est pourquoi il est très important pour les médecins que les antigènes dans le sang et dans les tissus du donneur et du receveur soient compatibles.

Plus les antigènes des protéines d’un donneur et d’un receveur sont semblables, plus les chances de réussite de la greffe sont grandes. As-tu déjà entendu parler de quelqu’un qui a reçu un organe d’un membre de sa famille? C’est parce que les médecins commencent souvent par chercher un organe compatible au sein de la famille. Les antigènes du sang et des tissus des membres de la même famille sont souvent similaires.

Le rejet peut se produire en quelques minutes ou après plusieurs années. Les médecins surveillent étroitement un patient dans les premières semaines ou les premiers mois qui suivent une transplantation. Le docteur veut s’assurer que le patient ne subit pas un rejet aigu. C’est le nom qui est donné à une complication qui survient dans les premiers mois après une greffe.

Le rejet d’organe était très fréquent jusqu’aux années 1980. On faisait peu de transplantation d’organe pour cette raison. Le risque était juste trop grand pour le receveur. Maintenant, les docteurs peuvent administrer des médicaments antirejet aux patients. Grâce à ces médicaments, le taux de réussite des greffes d’organes est beaucoup plus élevé que par le passé.

Les donneurs d’organes sauvent des vies

Au Canada, 90 % des gens croient que le don d’organes est important. Pourtant, seulement 20 % d’entre eux prévoient faire un don. Un donneur d’organes peut sauver jusqu’à 8 vies. Un donneur de tissus peut améliorer la vie de plus de 75 personnes! 

Le savais-tu?

La Journée du chandail vert a lieu le 7 avril. Cette journée vise à sensibiliser les gens au don d’organes et à encourager l’inscription au registre des donneurs partout au Canada. Elle est organisée à l’initiative des parents de Logan Boulet, jeune joueur de hockey des Broncos de Humboldt qui a fait don de ses organes après le terrible accident d’autobus qui a coûté la vie à 16 personnes

Si tu souhaites contribuer à la cause, n’hésite pas à parler du don d’organes avec tes amis et ta famille ou à devenir toi-même un donneur. Pour cela, tu peux t’inscrire au registre des donneurs. Au Canada, chaque province a sa propre réglementation pour s’inscrire en tant que donneur.

En savoir plus

La greffe rénale à partir d’un donneur vivant (2013) 
Brochure pdf de renaloo.com donnant toute l’information sur le procédé des greffes rénales à partir du don d’une personne vivante.

Deux minutes pour comprendre le don d'organes (2019)
Vidéo de Transplant Québec (2 min 28 s) expliquant brièvement comment le don d’organes peut sauver des vies. 

Histoire de la greffe
Cette page de la Fondation Greffe de vie présente l’historique des greffes d’organes.

Transplantation (2013)
Cette page de L’Encyclopédie traite de différents aspects de la transplantation d’organes et de tissus.

Greffes d’organes : le don c’est la vie
Vidéo informatif sur le don d’organes de C’est pas Sorcier (26 min 07 s).

Références

Cleveland Clinic. (2016). Organ Donation and Transplantation. https://my.clevelandclinic.org/health/articles/11750-organ-donation-and-transplantation

Johns Hopkins Medicine. (n.d.) Kidney Transplant. https://www.hopkinsmedicine.org/health/treatment-tests-and-therapies/kidney-transplant

Medline Plus. (2019). Transplant rejection. https://medlineplus.gov/ency/article/000815.htm

The Organ Project. (2017). Facts and Figures About Organ Donation and the Waiting List. http://www.theorganproject.net/transplantation-statistics/

United Network for Organ Sharing. (n.d.) History of transplantation. https://unos.org/transplant/history/

US Government Information on Organ Donation and Transplantation. (n.d.) Timeline of Historical Events and Significant Milestones. https://www.organdonor.gov/about/facts-terms/history.html