Actualités et médias

 

Nos histoires : Semer la générosité, de la salle de classe à la collectivité

Actualités

Publié: 01 décembre 2015

« Âgés de 11 à 13 ans, mes élèves sont suffisamment jeunes pour être encore en vie lorsque l’humanité aura réussi à coloniser d’autres planètes », déclare David Lauzon, qui s’emploie à leur enseigner tout ce qu’il peut au sujet des plantes sur Terre – et dans l’espace. Il dépose soigneusement une graine dans les mains de l’une de ses élèves. « Qu’est-ce que c’est? », demande-t-elle. « Est-ce que ça deviendra une tomate? » Lorsque David lui répond : « Non, cette graine se transformera en fait en 10 ou 20 tomates, et tu pourras observer tout le processus », le visage de la jeune fille n’exprime que pur émerveillement… et joie.

David Lauzon est professeur de sciences à l’école secondaire Notre Dame High School, à Ottawa, en Ontario. L’enthousiasme qu’il manifeste lorsqu’il renseigne ses élèves sur le monde qui les entoure est contagieux, tout comme son souci de la responsabilité sociale.

Il s’intéresse vivement non seulement aux sciences de la Terre, aux jardins communautaires et au mouvement « de la ferme à l’assiette », mais aussi au lien qui existe entre les agriculteurs et l’agroentreprise. Il a choisi de regrouper ces domaines d’intérêt dans un projet d’aménagement de jardins communautaires, qui fournira des produits frais aux personnes dans le besoin à une fraction du coût en épicerie. David et ses élèves travailleront main dans la main pour le concrétiser.

La résolution de problèmes et l’apprentissage pratique à l’œuvre

« Ces jardins communautaires vous donneront-ils le sentiment d’être mieux à même d’aider le monde qui vous entoure et les personnes qui vivent dans la pauvreté? », demande David à ses élèves, qui lui répondent à l’unisson par un « oui » retentissant. David explique que l’idée de ce projet est née d’une simple graine de tomate.

Il y a huit ans, David a eu l’envie de montrer à ses élèves comment ils pouvaient produire leur propre nourriture tout en aidant leur collectivité après avoir entendu parler de TomatosphèreMC , l’un des programmes d’apprentissage pratique offerts gratuitement par Parlons sciences qui suscitent l’intérêt des enfants, des jeunes et des éducateurs envers les sciences, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques (les STIM). Constatant la grande variété de liens entre TomatosphèreMC et les programmes d’études, David a estimé qu’il s’agissait-là d’une ressource idéale pour consolider l’intérêt de ses élèves envers l’espace et l’environnement, ainsi que pour renforcer leurs capacités d’investigation scientifique et de collecte de données.

Pendant que les semences poussent, David et ses élèves discutent de sujets comme la modification génétique, de même que de préoccupations d’ordre éthique comme ce qui est naturel et ce qui ne l’est pas. Ils parlent également des effets des radiations sur les semences, puisqu’elles sont présentes en quantités diverses sur d’autres planètes. Ces discussions sont stimulantes et suscitent la réflexion.

Avoir une longueur d’avance

Grâce au programme TomatosphèreMC , les élèves de l’école Notre Dame ont aussi apporté un soutien à la Maison Sainte-Marie, qui vient en aide aux mères adolescentes, en l’approvisionnant en plants de tomates pendant de nombreuses années. « On prévoit que les prix des aliments doubleront dans quelques années. Entretemps, les terres arables diminuent, précise David. En participant à ce programme, nous faisons la preuve qu’on ne doit pas obligatoirement avoir devant chez soi un terrain couvert de gazon. Faire pousser sa nourriture dans sa propre cour sera de nouveau la norme dans les années à venir. Je veux que mes élèves aient une longueur d’avance. »

David affirme que TomatosphèreMC et Parlons sciences lui ont permis d’apporter en classe un segment du monde réel et de voir en la science un mode de pensée qui sera utile aux jeunes dans l’avenir. De leur côté, ses élèves ne ratent pas une occasion de dire à quel point cette expérience d’apprentissage pratique a eu des effets positifs sur leur vie. Comme le déclarait d’ailleurs l’un d’entre eux au sujet des plants qu’ils ont ramenés à la maison à la fin de l’expérience : « M. Lauzon, ma famille et moi avons adoré les tomates. Nous n’avons jamais mangé d’aussi bons sandwichs aux tomates! »

Un autre élève a rendu visite à David quelques années après cette expérience scientifique qui sort de l’ordinaire. La graine de la découverte avait germé. « Vous savez quoi, faisait remarquer l’étudiant, vous m’avez donné des idées que je ne pensais même pas avoir en moi! »

En quoi consiste TomatosphèreMC?

Les enseignants de la maternelle à la 12e année de partout au Canada peuvent s’inscrire gratuitement à ce programme annuel offert par Parlons sciences, en partenariat avec l’Agence spatiale canadienne, HeinzSeed, Stokes Seeds et l’Université de Guelph.

La classe de David, comme des milliers d’autres élèves chaque année, a reçu deux sacs de semences qu’elle a ensuite plantées, fait pousser et observées. La seule variable est que les semences de l’un des paquets ont passé entre trois et cinq mois à bord de la Station spatiale internationale (ou ont été traitées dans des conditions simulant l’espace), tandis que celles de l’autre sac sont restées sur Terre. Le hic, c’est que tant les enseignants que les élèves doivent attendre que les semences aient germé et que les résultats aient été envoyés à tomatosphere.parlonssciences.ca pour connaître l’identité des semences!

Pendant que les graines de tomate poussent, David et ses élèves observent quotidiennement leur germination, mettent en pratique leurs capacités d’investigation et de collecte de données, et étudient des sujets comme les effets de l’environnement spatial sur les cultures qui seront inévitablement nécessaires pour faciliter l’exploration spatiale humaine à long terme.

Donnez maintenant à Parlons sciences et permettez à des enfants et à des jeunes de partout au Canada de profiter des bienfaits de la pensée critique, de la résolution de problèmes, de la créativité et de la collaboration grâce à des programmes éducatifs gratuits comme TomatosphèreMC.