ATTENTION

Notre site web rencontre actuellement quelques difficultés techniques et nous travaillons fort pour les corriger.

Soyez assuré que vous pouvez toujours accéder à nos programmes et ressources!

Immunité collective : comment les vaccins protègent les plus vulnérables

Format
Sujets
Chris Pascoe
Lisibilité
8.04

Quels sont les liens avec mon programme d'études?

Qu’est-ce que l’immunité collective et comment protège-t-elle certaines des personnes les plus vulnérables dans nos communautés?

On t’a dit que tu devais te faire vacciner. Mais si tout le monde reçoit le vaccin, pourquoi est-il nécessaire que tu le reçoives aussi? Cet article répond à cette question – et plus encore!

Les vaccins et la vaccination

Au fil des ans, de nombreux vaccins ont été élaborés pour protéger les gens contre des pathogènes. Un pathogène est un microorganisme qui peut t’infecter et te rendre malade. Les pathogènes incluent les bactéries, les virus, les protozoaires et les champignons. Les pathogènes causent de nombreuses maladies infectieuses comme la rougeole, la variole, la grippe, la pneumonie et la tuberculose.

 

Une variété de pathogènes incluant des exemples de bactéries, de virus, de protozoaires, de champignons et de moisissures
Une variété de pathogènes incluant des exemples de bactéries, de virus, de protozoaires, de champignons et de moisissures(Let’s Parlons sciences utilisant des images de mariaflaya via iStockphoto etlerik78 via iStockphoto).

 

Un vaccin aide à activer le système immunitaire de ton corps pour que celui-ci reconnaisse et combatte un certain pathogène ou groupe de pathogènes. Les gens qui reçoivent un vaccin créé pour lutter contre un pathogène spécifique seront protégés contre celui-ci. Ceux qui ne se font pas vacciner ne sont pas protégés. 

Attention aux fausses idées!

La vaccination signifie recevoir un vaccin. L’immunisation est le processus par lequel une personne devient immunisée contre une maladie après la vaccination. 

Les gens qui ne se font pas vacciner peuvent devenir des hôtes pour des agents pathogènes. Certains pathogènes, comme les virus, ne peuvent pas se propager par eux-mêmes. Ils ont besoin de détourner l’activité de cellules hôtes, comme celles dans ton corps. Il s’agit de leur seul moyen pour se répliquer (créer des copies d’eux-mêmes). S’il n’y a pas d’hôtes non protégés, il n’y a pas de virus. Ainsi, si la plupart des gens dans une population sont immunisés, il y a moins d’hôtes pour le pathogène. Cela signifie que le pathogène a plus de difficulté à se propager.

Mais que se passe-t-il s’il n’existe pas de vaccin? Cela peut se produire quand un nouveau type de pathogène apparaît. Parce qu’il est tout nouveau, les scientifiques n’ont pas eu le temps de mettre au point un vaccin contre lui. Dans ce cas, le pathogène, comme la maladie infectieuse qu’il cause, peut se propager dans une population

Quand une maladie infectieuse se propage dans une communauté à un moment précis, il s’agit d’une épidémie. Quand une nouvelle maladie se propage à travers le monde, il s’agit d’une pandémie. La propagation de l’infection causée par le virus de la COVID-19 en 2020 est un exemple d’une pandémie.

Le savais-tu?

Le coronavirus à l’origine de la COVID-19 peut survivre jusqu’à 4 heures sur le cuivre, jusqu’à 24 heures sur le carton et jusqu’à 2 ou 3 jours sur le plastique et l’acier inoxydable.

Pourquoi n’est-ce pas tout le monde qui se fait vacciner?

Plusieurs raisons peuvent expliquer pourquoi certaines personnes ne se font pas vacciner. Certaines ne reçoivent pas de vaccins pour des motifs médicaux. Et d’autres choisissent de ne pas se faire vacciner sur la base de leurs croyances personnelles.

Les gens ayant un système immunitaire affaibli ne reçoivent généralement pas de vaccins. Si le système immunitaire d’une personne ne fonctionne pas correctement, on dit alors qu’elle est immunodéprimée. Parmi les gens immunodéprimés, on compte ceux ayant contracté le VIH ou le sida, les patients atteints du cancer et les personnes ayant subi une transplantation d’organe (ou greffe d’organe).

Si tu es immunodéprimé(e), les vaccins n’activeront pas ton système immunitaire afin qu’il réponde correctement. Ainsi, tu ne deviens pas immunisé(e) contre les maladies que les vaccins sont censés prévenir. Aussi, les vaccins vivants peuvent être dangereux pour les personnes immunodéprimées. Ces vaccins reposent sur la bonne santé du système immunitaire pour combattre le virus atténué (ou affaibli) dans le vaccin. Si le système immunitaire de la personne recevant le vaccin est déficient, le virus atténué pourrait se répliquer et se propager, et la personne tombera malade.

Les nouveau-nés sont trop jeunes pour être vaccinés. Leur système immunitaire n’est pas entièrement parvenu à maturité. La plupart des vaccins ne fonctionneraient pas pour eux, de sorte qu’ils sont très vulnérables aux infections. C’est pourquoi les médecins suivent un calendrier de vaccination spécifique pour les enfants à mesure qu’ils grandissent.

Le savais-tu?

Certains vaccins procurent une immunité qui dure toute ta vie. D’autres doivent être réadministrés périodiquement pour fonctionner correctement.

Les gens qui sont allergiques aux ingrédients dans certains vaccins ne reçoivent pas de vaccins contenant ces composants. Ils ne sont pas allergiques aux agents d’immunisation du vaccin. Mais ils sont allergiques aux autres ingrédients, comme les protéines d’œuf ou la gélatine. Ces composants peuvent être utilisés pour faire croître le vaccin ou assurer sa stabilité.

Les adjuvants sont des ingrédients qui peuvent être ajoutés à certains vaccins pour améliorer la réponse immunitaire de ton corps. Il existe une controverse entourant l’usage de certains adjuvants, comme l’aluminium. Mais les données scientifiques indiquent que les adjuvants sont sécuritaires. Cela est dû au fait que les vaccins contiennent beaucoup moins d’aluminium que la quantité que nous ingérons généralement chaque jour.

Certaines personnes n’ont pas de raisons médicales contre-indiquant la vaccination. Ils peuvent choisir de ne pas se faire vacciner pour des motifs religieux. Ou ils peuvent craindre que les vaccins ne soient pas sécuritaires. Mais les études scientifiques ont systématiquement montré que les vaccins sont très sécuritaires. Il n’existe aucune preuve solide démontrant le contraire.

L’immunité collective

Il existe un moyen de protéger les gens qui n’ont pas reçu de vaccins. Il s’agit de l’immunité collective (parfois aussi appelée immunité grégaire, immunité de communauté ou encore immunité de groupe). Celle-ci protège les personnes non vaccinées en réduisant le risque qu’elles rencontrent des personnes infectées.  

Le savais-tu? 

Mary Mallon était connue sous le surnom de « Mary Typhoïde ». Les scientifiques croient qu’elle a été responsable de la transmission de la fièvre typhoïde à plus de 50 personnes à New York entre 1906 et 1915.

Tu peux imaginer l’immunité collective comme un groupe de personnes transportant des boucliers. Le pathogène cherche à attaquer une personne sans bouclier. Heureusement, un grand nombre de personnes avec des boucliers protègent celles qui n’en ont pas. Ainsi, le pathogène a de la difficulté à trouver une cible. Mais que se passerait-il si un grand nombre de personnes décidaient d’arrêter de transporter un bouclier? Alors il sera beaucoup plus facile pour le pathogène de trouver les gens qui sont les plus vulnérables.

 

L’immunité collective s’apparente à un groupe de personnes équipées de boucliers qui protègent les gens sans bouclier.
L’immunité collective s’apparente à un groupe de personnes équipées de boucliers qui protègent les gens sans bouclier. (Parlons sciences utilisant une image de alashi via iStockphoto).

 

Le savais-tu? 

Différents taux de vaccination sont nécessaires pour atteindre une immunité collective selon la maladie en cause. Ils varient de 75 % pour les oreillons à 94 % pour la coqueluche.

L’immunité collective ne fonctionne que si un grand nombre de personnes dans une population se font vacciner. Par exemple, pour avoir une immunité collective contre la rougeole, le taux de personnes vaccinées dans la population doit être de 92 à 94 %

En Colombie-Britannique, en 2014, l’immunité collective pour la rougeole a échoué. Cela s’est produit parce que le taux de vaccination avait trop baissé. En 2014, 343 personnes ont contracté la rougeole en Colombie-Britannique. La plupart d’entre elles étaient des enfants d’âge scolaire.

Lorsque l’immunité collective échoue, les gens peuvent tomber sérieusement malades à cause d’infections qui sont normalement rares. Si tu es un porteur asymptomatique, tu peux être infecté par un pathogène, mais ne présenter aucun signe de maladie. Mais tu pourrais transmettre l’infection à une autre personne sans le savoir. 

Si tu es vacciné, le pathogène ne peut généralement pas se servir de ton corps comme véhicule pour infecter les autres. Mais le taux d’efficacité de la vaccination n’est pas de 100 %. Tu peux quand même être frappé par une maladie. Cela se produit généralement quand différentes souches d’un virus sont en circulation. Comme la grippe, par exemple. Le vaccin contre la grippe peut te protéger contre plusieurs souches, mais pas toutes.

De nombreuses études scientifiques ont démontré que les vaccins sont très sécuritaires. Il n’existe aucun indice crédible prouvant le contraire. Quand le taux de vaccination chute, tout le monde est à risque. Pas seulement les personnes qui ne sont pas vaccinées. 

Par conséquent, la prochaine fois que viendra ton tour d’être vacciné, rappelle-toi que tu fais partie de la collectivité. Plus il y a de gens qui se font vacciner, plus l’immunité collective fonctionne. Quand l’immunité collective échoue, les gens peuvent devenir très malades. Les personnes les plus vulnérables dans nos communautés sont exposées à des risques plus élevés pour leur vie et leur santé. Alors, fais-toi vacciner pour le bien de la collectivité!

 

Vaccins Épisode 1: Immunité de communauté (2020) par Miss Crobe (segment de 2 min. 45 s.)

En savoir plus

C'est quoi une épidémie ? (2015)
Ce vidéo (1 min. 42 s.)de 1 jour, 1 question explique comment se produit les épidémies.

4 mythes sur l’immunité collective (2020)
Cet article du Scientifique en chef du Gouvernement du Québec démystifie certains faits circulant sur l’immunité collective.

Le tragique destin de Mary « Typhoïde » Mallon, qui a passé 20 ans de sa vie en quarantaine
Article du Daily Geek Show sur l’histoire de la première porteuse saine (asymptomatique) de l’histoire, Mary Mallon.

Éclosion de rougeole à Vancouver : ce qu’il faut savoir
Article sur l’éclosion de rougeole en Colombie-Britannique de Radio-Canada.

 

Références

BC Centre for Disease Control. (2016). Measles in 2014 in British Columbia, Canada. 

Boskey, E. (2020). What it means to be immunocompromised. Verywell Health.

Centres for Disease Control and Prevention. (2018) What is an adjuvant and why is it added to a vaccine? 

Centres for Disease Control and Prevention. (2012). Principles of epidemiology in public health practice, lesson 1

Children’s Hospital of Philadelphia. (2018). Vaccine ingredients - Aluminum.

Connolly, K. (2020). How Typhoid Mary left a trail of scandal and death. BBC News.

Klappenbach, L. (2018). The basics of population biology. ThoughtCo.