Actualités et médias

La cybersécurité et l'écart entre les sexes

Dans les médias

Publié: 11 mars 2022

Parlons sciences et la Société royale du Canada se sont associés pour offrir aux lecteurs du Globe and Mail une couverture pertinente des enjeux qui nous concernent tous, de l'éducation à l'impact des avancées scientifiques. Cet article a d’abord été publié sur le site du Globe and Mail.


Craig White est spécialiste en éducation au sein de l'équipe de formation professionnelle de Parlons sciences.

Introduction à la cybersécurité

L'émergence des plateformes de commerce électronique, de l'internet des objets, de la chaîne de blocs (blockchain) et d'autres technologies perturbatrices, ont fait de la cybersécurité un secteur professionnel en pleine expansion. Des compétences techniques sont requises, mais plusieurs jeunes, les jeunes femmes en particulier, passent à côté d'opportunités de carrières en raison de méconnaissances et d'un manque de soutien.

La valeur du marché de la cybersécurité devrait connaître une croissance exponentielle au cours des prochaines années, en grande partie en raison de l'augmentation des attaques par rançongiciel et des investissements dans les infrastructures nécessaires pour les prévenir. Par conséquent, la demande de main d’œuvre qualifiée est en plein essor. Le Centre canadien de cybersécurité (CCC) affirme que le nombre d'emplois pour les professionnel(le)s de la cybersécurité au Canada augmente de 7 % chaque année et que, dans le monde entier, il y a actuellement 3,5 millions de postes vacants. Avec autant d'ouvertures, il semblerait que toute personne ayant de l'expérience en cybersécurité puisse trouver un emploi immédiat.

Les obstacles freinant la relève

Les conceptions erronées sur les carrières en cybersécurité freinent de nombreuses personnes. Elles vont de la préconception qu'il faut être un génie des mathématiques ou de l'informatique (ce n'est pas le cas) à celle que le salaire est bas (le salaire annuel moyen au Canada est de 97 000 $). Il est également faux de dire que la cybersécurité offre un cheminement de carrière étroit avec peu de possibilités d'avancement (il existe de nombreux cheminements de carrière) et qu'il faut beaucoup d'expérience pour décrocher son premier emploi (il existe des postes d'entrée et des formations en cours d'emploi).

Combler le fossé entre les sexes en matière de cybersécurité

En général, les jeunes femmes ne se dirigent pas vers ce domaine dominé par les hommes et il existe peu de modèles à suivre. Heureusement, il existe des initiatives qui visent à combler le fossé entre les sexes dans les carrières de l'informatique et de la cybersécurité. Dans un billet de blog (en anglais), Andra Zaharia , énumère plus de 35 initiatives visant à inciter davantage de femmes à explorer la cybersécurité comme un parcours professionnel potentiel. Bien que ces initiatives soient importantes et qu'elles permettent d'obtenir des résultats, seules huit d'entre elles ciblent spécifiquement les filles du secondaire ou plus jeunes.

 

Pour encourager les jeunes femmes à envisager des carrières dans des secteurs où elles sont sous-représentées, nous devons comprendre que les stéréotypes et les préjugés concernant les STIM (sciences, technologie, ingénierie et mathématiques) se forment très tôt dans la vie. Nous pouvons combattre les stéréotypes négatifs en donnant aux jeunes filles la possibilité d'explorer et de développer leurs intérêts. Nous pouvons les faire participer à des activités STIM qui les aident à développer leurs compétences en matière de résolution de problèmes et de prise de décision. Nous pouvons les encourager à formuler des hypothèses et à analyser les problèmes en les décomposant en parties gérables et en priorisant les parties à traiter. Nous pouvons les aider à développer leur résilience afin que lorsque confrontées à une situation difficile, elles ne se disent pas qu'elles ne sont pas « assez intelligentes » et abandonnent. Et surtout, nous pouvons les aider à considérer la pertinence des STIM autant dans leurs études que comme possible future carrière.

Les stéréotypes de genre se forment entre cinq et sept ans, il est donc important de s'assurer qu'il existe des modèles et des programmes disponibles dès les premières années scolaires. Des organisations telles que Girls Who Code , Canada en programmation , Girls4Tech et Hackergal (en anglais) proposent des programmes visant à enseigner aux filles d'âge scolaire la culture numérique et les compétences en codage. D'autres organisations soutiennent les femmes qui se lancent dans une carrière en cybersécurité, notamment Women Cybersecurity Society , Women in Tech World  et la Société pour les femmes canadiennes en science et technologie. Les personnes qui travaillent avec des groupes comme ceux-ci deviennent des modèles importants pour les jeunes participantes.

Parlons sciences offre une variété de programmes STIM, y compris de la formation professionnelle sans frais  pour les enseignants et enseignantes de tous les niveaux scolaires, afin d’aider à améliorer leurs connaissances numériques et leurs capacités en codage. Ils et elles peuvent ensuite travailler avec les enfants de leur classe, en utilisant des stratégies, avec ou sans technologie, pour les aider à développer des compétences et une compréhension numériques et informatiques / computationnelles. Parlons sciences donne également accès à des « modèles virtuels » par le biais de sa collection de ressources sur les carrières en STIM

Il n'est jamais trop tôt pour susciter un intérêt pour les STIM et les parents peuvent soutenir l'intérêt de leurs filles de plusieurs manières (Glanzberg, 2019 et NCWIT, 2021). Vous pouvez partager des livres qui donnent des exemples de femmes travaillant en STIM et encourager les jeux logiques et visuo-spatiaux comme les jouets de construction. Favorisez une mentalité de constante croissance lorsqu'il s'agit d'apprendre et encouragez la persistance lorsque vous travaillez sur un problème en demandant : « Qu'as-tu appris ? » pour aider votre enfant à reconnaître que nous ne naissons pas avec la connaissance innée sur la façon de faire les choses ; nous apprenons à les faire. Essayez d'explorer la technologie, de résoudre des problèmes et d'apprendre à coder ensemble en utilisant des sites Web et des vidéos pédagogiques. Après avoir suscité un intérêt, vous pouvez poursuivre la lancée en restant impliqués. De nombreux facteurs sociaux ont une incidence sur la perception de la carrière de votre enfant. Cependant, il est clair que les parents peuvent influencer les choix de carrière de leurs enfants en soutenant leurs intérêts dès le plus jeune âge.

Rappelez-vous, on ne peut s’imaginer faire quelque chose sans d’abord y être exposer ! Alors plus on parlera de filles en informatiques, plus de filles et femmes considéreront ces voies.