Aller au contenu principal

Le voyage du son

Enfants qui écoutent des bruits forts. Photo de Helgi Halldórsson via Wikimedia Commons

Enfants qui écoutent des bruits forts (Helgi Halldórsson, Wikimedia Commons)

Enfants qui écoutent des bruits forts. Photo de Helgi Halldórsson via Wikimedia Commons

Enfants qui écoutent des bruits forts (Helgi Halldórsson, Wikimedia Commons)

Parlons sciences

Quels sont les liens avec mon programme d'études?

Les élèves explorent comment le son voyage en utilisant divers matériaux.

Survol

Les élèves développent et mettent en pratique les habiletés « comparer ou différencier », « observer » et « prédire » en étudiant le voyage du son.

Durée 

30-45 minutes

Mise en contexte

Garçon utilisant casque d'écoute
Garçon utilisant casque d'écoute (Source : Bokskapet via Pixabay).

La capacité à observer implique plus que seulement le sens de la vue. Elle implique l’utilisation de tous les sens pour recueillir de l’information. Dans le cadre de cette enquête, les élèves utilisent l’habileté « observer » afin d’en apprendre plus sur le sens de l’ouïe, et de comprendre pourquoi nous pouvons entendre les sons qui nous entourent.
 

Cette enquête pourrait partir :

  • Des questions ou des commentaires formulés par les élèves sur différents sons qu’ils entendent sur le chemin de l’école. Lancez la discussion à l’aide de questions comme :
    • « Quels sont certains des sons que vous entendiez? »
    • « Qu’est-ce qui faisait les sons que vous avez entendus? Quels mots décriraient le mieux les sons? »
    • « Quelle partie de votre corps vous a permis d’entendre les sons? »
  • D’un livre comme La chasse à l’ours. Lancez la discussion à l’aide de questions comme :
    • « Comment l’auteur nous aide-t-il à “entendre” les sons dans le poème? »
    • « Quels sons avez-vous entendus? Quel est votre son préféré dans le livre? Pourquoi? »
    Couverture de La chasse à l’ours
    Couverture de La chasse à l’ours de Michael Rosen (Source : Les libraires).
  • De l’écoute de musique. Lancez la discussion à l’aide de questions comme :
    • « Quels instruments entendez-vous? Comment décririez-vous le son d’un [instrument] à quelqu’un pour qui l’instrument n’est pas familier? »
    • « Y a-t-il une personne qui chante dans cette pièce musicale? Comment le savez-vous? »
Petite fille jouant du piano
Petite fille jouant du piano (Source : allegralchaple0 via Pixabay).

Détails

Matériel

Matériel suggéré
Matériel suggéré pour des activités sonores (©2019 Parlons sciences).
  • Cuillères en métal (suffisamment pour avoir 1 cuillère par groupe de 2 élèves) telles que des cuillères à thé, à soupe, à crème glacée, à servir, des louches ou autres.
  • Verres en papier ou en polystyrène 
  • Trombones (un par verre)
  • Bouts de ficelle (suffisamment pour avoir un bout de 60 cm de longueur pour chaque cuillère et un bout de trois mètres de longueur par paire de verres)
  • Petits cailloux (plusieurs)
  • Bol d’eau

Matériel

Matériel suggéré
Matériel suggéré pour des activités sonores (©2019 Parlons sciences).
  • Cuillères en métal (suffisamment pour avoir 1 cuillère par groupe de 2 élèves) telles que des cuillères à thé, à soupe, à crème glacée, à servir, des louches ou autres.
  • Verres en papier ou en polystyrène 
  • Trombones (un par verre)
  • Bouts de ficelle (suffisamment pour avoir un bout de 60 cm de longueur pour chaque cuillère et un bout de trois mètres de longueur par paire de verres)
  • Petits cailloux (plusieurs)
  • Bol d’eau

Préparation

  • Envisagez d’utiliser une stratégie d’apprentissage comme celle des « Faire des comparaisons » afin de soutenir le développement de l’habileté « Observer » des élèves.
  • Les éducateurs pourraient vouloir :
    • Couper d’avance les bouts de ficelle requis pour l’expérience des cuillères sur ficelle (60 cm de longueur) ainsi que ceux pour l’exploration du téléphone à ficelle (trois mètres de longueur).
    • Pour fabriquer les téléphones à ficelle :
      • Percer un petit trou au centre du fond de chaque verre.
      • Enfiler un bout de ficelle à travers de deux verres.
      • Fixer les bouts de ficelle aux trombones (pour empêcher la ficelle de glisser du fond des verres).

Préparation

  • Envisagez d’utiliser une stratégie d’apprentissage comme celle des « Faire des comparaisons » afin de soutenir le développement de l’habileté « Observer » des élèves.
  • Les éducateurs pourraient vouloir :
    • Couper d’avance les bouts de ficelle requis pour l’expérience des cuillères sur ficelle (60 cm de longueur) ainsi que ceux pour l’exploration du téléphone à ficelle (trois mètres de longueur).
    • Pour fabriquer les téléphones à ficelle :
      • Percer un petit trou au centre du fond de chaque verre.
      • Enfiler un bout de ficelle à travers de deux verres.
      • Fixer les bouts de ficelle aux trombones (pour empêcher la ficelle de glisser du fond des verres).

Quoi faire

Les élèves utilisent la stratégie Faire des comparaisons pour développer les habiletés « comparer ou différencier », « observer » et « prédire » en étudiant le voyage du son.

Les élèves :

  • Explorent une collection d’images représentant des oreilles d’humains et d’animaux.
    • L’éducateur participe avec les élèves à cette exploration, en constatant et en nommant ce que les élèves observent et en posant des questions qui favorisent le développement des habiletés « observer » et « comparer ou différencier ».
    • L’éducateur collabore avec les élèves pour regrouper les observations (p. ex. à propos des différentes façons dont les oreilles sont conçues), les connaissances antérieures, les prédictions (p. ex. pourquoi les oreilles des animaux sont différentes de celles des humains) et les théories (p. ex. à propos de la façon dont les oreilles entendent les sons qui nous entourent).
Tête d'éléphant
<p>T&ecirc;te d'&eacute;l&eacute;phant (Source: Mister-E [CC BY 2.0] via <a href="https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Angry_elephant_ears.jpg">Wikimedia Commons</a>).</p>
  • Décrivent ce qu’ils voient lorsqu’ils jettent des cailloux dans un bol d’eau.
    • L’éducateur collabore avec les élèves pour regrouper les observations (p. ex. à propos de la façon dont la surface de l’eau bouge), les connaissances antérieures (p. ex. l’aspect familier des vagues d’eau), les prédictions (p. ex. la direction du mouvement des vagues à partir du point où le caillou entre dans l’eau) et les théories (p. ex. à propos de la raison pour laquelle l’eau se déplace en vagues).
Castor faisant des ondulations dans un étang
<p>Castor faisant des ondulations dans un &eacute;tang (Source : Joe Mabel Joe Mabel [CC BY 4.0] via <a href="https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Beaver_at_Meadowbrook_Pond,_Seattle_12.jpg">Wikimedia Commons</a>).</p>

L’expérience des cuillères sur ficelle. Les élèves :

  • Attachent un bout de ficelle au centre d’une cuillère en métal, en laissant environ 30 cm de ficelle de chaque côté.
  • Enroulent les extrémités de la ficelle autour de leurs index, en laissant pendre la cuillère devant eux.
  • Mettent leurs index dans leurs oreilles, cognent la cuillère contre diverses surfaces dans la pièce (p. ex. le bord d’une table, un oreiller moelleux, un cadre de fenêtre en métal, un verre, un manteau, une tuile du plancher, un bras, une chaussure) et décrivent les sons.
    • L’éducateur demande aux élèves de prédire le son que produiront les divers objets (c.-à-d., sons forts ou sons faibles).
    • L’éducateur demande aux élèves de comparer ou différencier les sons produits par chaque surface.
  • Répètent ces cognements, en cognant plus délicatement cette fois-ci, puis plus énergiquement.
    • L’éducateur demande aux élèves de prédire le son que produiront les divers objets et de le comparer aux observations initiales.
  • Décrivent et consignent leurs observations, puis les comparent ou les différencient avec les observations des autres élèves.
    • L’éducateur demande aux élèves d’expliquer pourquoi ils croient avoir été en mesure d’entendre des sons alors qu’ils avaient leurs doigts dans leurs oreilles.
  • Répètent l’enquête, cette fois en couvrant leurs oreilles du creux de la main au lieu de mettre leurs doigts dans leurs oreilles. Les élèves consignent leurs observations.
Un éducateur écoute le son fait par une cuillère sur une corde
Un éducateur écoute le son fait par une cuillère sur une corde (©2019 Parlons sciences).

L’exploration du téléphone à ficelle. Les élèves :

  • Comparent ou différencient les résultats avec ceux des autres enquêtes.
    • L’éducateur anime une activité de construction de téléphones à ficelle, si cela n’a pas été fait à l’avance.
  • Se placent deux par deux ; chaque élève prend un verre et s’éloigne de l’élève qui tient l’autre extrémité de la ficelle jusqu’à ce que la ficelle soit bien droite et bien tendue.
  • Prédisent ce qui se produira quand, à tour de rôle, ils écouteront (le verre sur l’oreille) et parleront (dans le verre, relativement doucement, mais plus fort qu’un chuchotement). 
  • Confirment leurs prédictions, en décrivant la qualité du son (p. ex., fort/faible, clair/confus). 
  • Répètent l’activité en relâchant la tension de la ficelle.
    • L’éducateur demande aux élèves de prédire si les résultats seront pareils ou différents, et ce qui le leur fait penser.
  • Répètent l’activité en gardant la même distance entre eux et en parlant avec la même intensité, mais sans le téléphone.
    • L’éducateur demande aux élèves de prédire si les résultats seront pareils ou différents. Pourquoi pensent-ils cela?
  • Consignent ce qu’ils observent et le comparent à leurs prédictions et à leurs observations précédentes. 
    • L’éducateur pose des questions d’orientation afin d’aider les élèves à tirer des conclusions basées sur l’information recueillie (p. ex., l’air n’est pas toujours le meilleur transmetteur du son).
Garçon écoutant dans un « téléphone à ficelle »
<p>Gar&ccedil;on &eacute;coutant dans un &laquo; t&eacute;l&eacute;phone à ficelle &raquo; (Source : <a href="https://www.istockphoto.com/ca/portfolio/Lepro?mediatype=photography">Lepro</a> via <a href="https://www.istockphoto.com/ca/photo/communication-gm182900550-14068089">iStockphoto</a>).</p>

Quoi faire

Les élèves utilisent la stratégie Faire des comparaisons pour développer les habiletés « comparer ou différencier », « observer » et « prédire » en étudiant le voyage du son.

Les élèves :

  • Explorent une collection d’images représentant des oreilles d’humains et d’animaux.
    • L’éducateur participe avec les élèves à cette exploration, en constatant et en nommant ce que les élèves observent et en posant des questions qui favorisent le développement des habiletés « observer » et « comparer ou différencier ».
    • L’éducateur collabore avec les élèves pour regrouper les observations (p. ex. à propos des différentes façons dont les oreilles sont conçues), les connaissances antérieures, les prédictions (p. ex. pourquoi les oreilles des animaux sont différentes de celles des humains) et les théories (p. ex. à propos de la façon dont les oreilles entendent les sons qui nous entourent).
Tête d'éléphant
<p>T&ecirc;te d'&eacute;l&eacute;phant (Source: Mister-E [CC BY 2.0] via <a href="https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Angry_elephant_ears.jpg">Wikimedia Commons</a>).</p>
  • Décrivent ce qu’ils voient lorsqu’ils jettent des cailloux dans un bol d’eau.
    • L’éducateur collabore avec les élèves pour regrouper les observations (p. ex. à propos de la façon dont la surface de l’eau bouge), les connaissances antérieures (p. ex. l’aspect familier des vagues d’eau), les prédictions (p. ex. la direction du mouvement des vagues à partir du point où le caillou entre dans l’eau) et les théories (p. ex. à propos de la raison pour laquelle l’eau se déplace en vagues).
Castor faisant des ondulations dans un étang
<p>Castor faisant des ondulations dans un &eacute;tang (Source : Joe Mabel Joe Mabel [CC BY 4.0] via <a href="https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Beaver_at_Meadowbrook_Pond,_Seattle_12.jpg">Wikimedia Commons</a>).</p>

L’expérience des cuillères sur ficelle. Les élèves :

  • Attachent un bout de ficelle au centre d’une cuillère en métal, en laissant environ 30 cm de ficelle de chaque côté.
  • Enroulent les extrémités de la ficelle autour de leurs index, en laissant pendre la cuillère devant eux.
  • Mettent leurs index dans leurs oreilles, cognent la cuillère contre diverses surfaces dans la pièce (p. ex. le bord d’une table, un oreiller moelleux, un cadre de fenêtre en métal, un verre, un manteau, une tuile du plancher, un bras, une chaussure) et décrivent les sons.
    • L’éducateur demande aux élèves de prédire le son que produiront les divers objets (c.-à-d., sons forts ou sons faibles).
    • L’éducateur demande aux élèves de comparer ou différencier les sons produits par chaque surface.
  • Répètent ces cognements, en cognant plus délicatement cette fois-ci, puis plus énergiquement.
    • L’éducateur demande aux élèves de prédire le son que produiront les divers objets et de le comparer aux observations initiales.
  • Décrivent et consignent leurs observations, puis les comparent ou les différencient avec les observations des autres élèves.
    • L’éducateur demande aux élèves d’expliquer pourquoi ils croient avoir été en mesure d’entendre des sons alors qu’ils avaient leurs doigts dans leurs oreilles.
  • Répètent l’enquête, cette fois en couvrant leurs oreilles du creux de la main au lieu de mettre leurs doigts dans leurs oreilles. Les élèves consignent leurs observations.
Un éducateur écoute le son fait par une cuillère sur une corde
Un éducateur écoute le son fait par une cuillère sur une corde (©2019 Parlons sciences).

L’exploration du téléphone à ficelle. Les élèves :

  • Comparent ou différencient les résultats avec ceux des autres enquêtes.
    • L’éducateur anime une activité de construction de téléphones à ficelle, si cela n’a pas été fait à l’avance.
  • Se placent deux par deux ; chaque élève prend un verre et s’éloigne de l’élève qui tient l’autre extrémité de la ficelle jusqu’à ce que la ficelle soit bien droite et bien tendue.
  • Prédisent ce qui se produira quand, à tour de rôle, ils écouteront (le verre sur l’oreille) et parleront (dans le verre, relativement doucement, mais plus fort qu’un chuchotement). 
  • Confirment leurs prédictions, en décrivant la qualité du son (p. ex., fort/faible, clair/confus). 
  • Répètent l’activité en relâchant la tension de la ficelle.
    • L’éducateur demande aux élèves de prédire si les résultats seront pareils ou différents, et ce qui le leur fait penser.
  • Répètent l’activité en gardant la même distance entre eux et en parlant avec la même intensité, mais sans le téléphone.
    • L’éducateur demande aux élèves de prédire si les résultats seront pareils ou différents. Pourquoi pensent-ils cela?
  • Consignent ce qu’ils observent et le comparent à leurs prédictions et à leurs observations précédentes. 
    • L’éducateur pose des questions d’orientation afin d’aider les élèves à tirer des conclusions basées sur l’information recueillie (p. ex., l’air n’est pas toujours le meilleur transmetteur du son).
Garçon écoutant dans un « téléphone à ficelle »
<p>Gar&ccedil;on &eacute;coutant dans un &laquo; t&eacute;l&eacute;phone à ficelle &raquo; (Source : <a href="https://www.istockphoto.com/ca/portfolio/Lepro?mediatype=photography">Lepro</a> via <a href="https://www.istockphoto.com/ca/photo/communication-gm182900550-14068089">iStockphoto</a>).</p>

Évaluation

Observez et consignez, à l’aide de commentaires annotés, de photos ou de vidéos, la capacité des élèves à :

  • Prédire – Les élèves prédisent comment le son voyagera à travers les divers matériaux (p. ex. si les sons s’entendront plus clairement à travers l’air, le bois ou le métal) et ce qu’il advient du son lorsque des variables du téléphone changent
  • Observer – Les élèves observent et décrivent leurs observations.
  • Comparer ou différencier – Les élèves comparent ou différencient l’information recueillie sur le voyage du son à travers différents médiums.
  • Communiquer – Les élèves expliquent leurs théories.
  • Communiquer - Les élèves utilisent un langage approprié pour décrire les sons et comment ils sont produits.
  • Tirer des conclusions - Les élèves tirent des conclusions sur la base de l’information recueillie durant les expériences.
Un homme qui fait un bruit fort en utilisant une boîte métallique et un téléphone à ficelle
<p>Un homme qui fait un bruit fort en utilisant une bo&icirc;te m&eacute;tallique et un t&eacute;l&eacute;phone &agrave; ficelle (Source : <a href="https://pixabay.com/users/RyanMcGuire-123690/?utm_source=link-attribution&amp;utm_medium=referral&amp;utm_campaign=image&amp;ut…">Ryan McGuire</a> via <a href="https://pixabay.com/photos/speak-talk-microphone-tin-can-can-238488/">Pixabay</a>).</p>
Exemples de surfaces dures et molles
<p>Exemples de surfaces dures et molles (Source : <a href="https://pixabay.com/users/Alexas_Fotos-686414/?utm_source=link-attribution&amp;utm_medium=referral&amp;utm_campaign=image&amp;u…">Alexas_Fotos</a> via <a href="https://pixabay.com/photos/teddy-bank-sit-teddy-bear-bear-1640658/">Pixabay</a>).</p>

 

Évaluation

Observez et consignez, à l’aide de commentaires annotés, de photos ou de vidéos, la capacité des élèves à :

  • Prédire – Les élèves prédisent comment le son voyagera à travers les divers matériaux (p. ex. si les sons s’entendront plus clairement à travers l’air, le bois ou le métal) et ce qu’il advient du son lorsque des variables du téléphone changent
  • Observer – Les élèves observent et décrivent leurs observations.
  • Comparer ou différencier – Les élèves comparent ou différencient l’information recueillie sur le voyage du son à travers différents médiums.
  • Communiquer – Les élèves expliquent leurs théories.
  • Communiquer - Les élèves utilisent un langage approprié pour décrire les sons et comment ils sont produits.
  • Tirer des conclusions - Les élèves tirent des conclusions sur la base de l’information recueillie durant les expériences.
Un homme qui fait un bruit fort en utilisant une boîte métallique et un téléphone à ficelle
<p>Un homme qui fait un bruit fort en utilisant une bo&icirc;te m&eacute;tallique et un t&eacute;l&eacute;phone &agrave; ficelle (Source : <a href="https://pixabay.com/users/RyanMcGuire-123690/?utm_source=link-attribution&amp;utm_medium=referral&amp;utm_campaign=image&amp;ut…">Ryan McGuire</a> via <a href="https://pixabay.com/photos/speak-talk-microphone-tin-can-can-238488/">Pixabay</a>).</p>
Exemples de surfaces dures et molles
<p>Exemples de surfaces dures et molles (Source : <a href="https://pixabay.com/users/Alexas_Fotos-686414/?utm_source=link-attribution&amp;utm_medium=referral&amp;utm_campaign=image&amp;u…">Alexas_Fotos</a> via <a href="https://pixabay.com/photos/teddy-bank-sit-teddy-bear-bear-1640658/">Pixabay</a>).</p>

 

Co-construction des connaissances

Les élèves :
parler, faire et représenter
Les éducateurs :
interagir en répondant et en questionnant
Les élèves observent et explorent une collection d’images représentant des oreilles d’humains et d’animaux, puis posent des questions à leur sujet. Ils prédisent ensuite comment le son est entendu par les êtres vivants.
  • « Que remarquez-vous à propos des oreilles des élèves de notre classe? Quelles sont leurs similarités? Quelles sont leurs différences? Pourquoi, selon vous, les oreilles des gens ont-elles la forme qu’elles ont? »
  • « Quels animaux ont des oreilles semblables aux nôtres? Lesquels en ont des différentes? Pourquoi, selon vous, les oreilles des animaux ont-elles une forme différente des nôtres? »
  • « Comment croyez-vous que les sons entrent dans nos oreilles? Qu’est-ce qui vous fait penser ça? »
Les élèves décrivent ce qu’ils voient lorsqu’ils lancent des cailloux dans un bol d’eau, et revoient leurs prédictions à propos de la façon dont le son est entendu par les êtres vivants.
  • « Quels mots utiliseriez-vous pour décrire ce que vous avez observé lorsque vous avez lancé les cailloux dans l’eau? »
  • « En quoi ce que nous avons observé dans cette expérience pourrait-il nous aider à formuler nos théories sur la façon dont le son entre dans nos oreilles? »
Les élèves prédisent ce qui se produira lorsqu’une cuillère attachée à une ficelle sera cognée contre diverses surfaces.
  • « Que prédisez-vous que vous allez entendre lorsque vous cognerez la cuillère contre une surface molle? Contre une surface dure? »
  • « Que prédisez-vous qu’il adviendra au son lorsque vous cognerez la cuillère contre une surface en métal? Une surface en bois? Une surface en verre? »
  • « Pourquoi, selon vous, le son a-t-il changé? »
Les élèves comparent ou différencient les sons réalisés lors de l’expérience de la cuillère au bout d’une ficelle, et ils vérifient avec les prédictions qu’ils avaient faites.
  • « Quels mots utiliseriez-vous pour décrire le son que vous avez entendu lorsque vous cogniez la cuillère contre une surface en métal? »
  • « En quoi le son a-t-il changé lorsque vous avez cogné la cuillère contre une surface plus molle? Une surface en bois? »
  • « Décrivez comment les sons que vous avez entendus étaient pareils ou différents lorsque vous avez couvert vos oreilles du creux de la main. Selon vous, pourquoi? »
  • « En quoi ce que nous avons appris de cette expérience change-t-il ce que vous pensiez sur la façon dont le son entre dans nos oreilles? »
Les élèves prédisent ce qui arrivera lorsqu’ils utiliseront le « téléphone à ficelle » pour parler et écouter.
  • « Que prédisez-vous qu’il arrivera lorsque votre partenaire parlera dans le “téléphone”? Pourquoi le pensez-vous? »
  • « Que prédisez-vous qu’il arrivera si vous ne placez pas l’oreille directement contre le verre? Pourquoi le pensez-vous? »
  • « Que prédisez-vous qu’il arrivera lorsque vous relâcherez la tension de la ficelle entre les deux verres? Pourquoi le pensez-vous? »
Les élèves comparent ou différencient les sons entendus lors de l’expérience du téléphone à ficelle.
  • « Comment décririez-vous ce que vous avez pu entendre lorsque votre partenaire parlait dans le “téléphone”? Quelle est la comparaison avec un vrai téléphone? Le son est-il aussi clair? »
  • « Comment décririez-vous le son que vous avez entendu lorsque vous avez relâché la tension de la ficelle? Le son était-il comparable à celui que vous entendez lorsque la ficelle était tendue? Pourquoi selon vous? »
Les élèves utilisent l’information recueillie pour tirer des conclusions sur le voyage du son.
  • « Qu’avez-vous observé lorsque vous avez lancé les cailloux dans l’eau? Cela vous rappelle-t-il quelque chose que vous avez déjà vu? Selon vous, comment cette expérience est-elle liée à nos autres expériences sur le son? »
  • « Qu’avons-nous découvert à propos de la façon dont le son change? »
  • « Quelles conclusions pouvons-nous tirer sur le voyage du son à travers différents objets et matériaux? Pourquoi le pensez-vous? »

 

Co-construction des connaissances

Les élèves :
parler, faire et représenter
Les éducateurs :
interagir en répondant et en questionnant
Les élèves observent et explorent une collection d’images représentant des oreilles d’humains et d’animaux, puis posent des questions à leur sujet. Ils prédisent ensuite comment le son est entendu par les êtres vivants.
  • « Que remarquez-vous à propos des oreilles des élèves de notre classe? Quelles sont leurs similarités? Quelles sont leurs différences? Pourquoi, selon vous, les oreilles des gens ont-elles la forme qu’elles ont? »
  • « Quels animaux ont des oreilles semblables aux nôtres? Lesquels en ont des différentes? Pourquoi, selon vous, les oreilles des animaux ont-elles une forme différente des nôtres? »
  • « Comment croyez-vous que les sons entrent dans nos oreilles? Qu’est-ce qui vous fait penser ça? »
Les élèves décrivent ce qu’ils voient lorsqu’ils lancent des cailloux dans un bol d’eau, et revoient leurs prédictions à propos de la façon dont le son est entendu par les êtres vivants.
  • « Quels mots utiliseriez-vous pour décrire ce que vous avez observé lorsque vous avez lancé les cailloux dans l’eau? »
  • « En quoi ce que nous avons observé dans cette expérience pourrait-il nous aider à formuler nos théories sur la façon dont le son entre dans nos oreilles? »
Les élèves prédisent ce qui se produira lorsqu’une cuillère attachée à une ficelle sera cognée contre diverses surfaces.
  • « Que prédisez-vous que vous allez entendre lorsque vous cognerez la cuillère contre une surface molle? Contre une surface dure? »
  • « Que prédisez-vous qu’il adviendra au son lorsque vous cognerez la cuillère contre une surface en métal? Une surface en bois? Une surface en verre? »
  • « Pourquoi, selon vous, le son a-t-il changé? »
Les élèves comparent ou différencient les sons réalisés lors de l’expérience de la cuillère au bout d’une ficelle, et ils vérifient avec les prédictions qu’ils avaient faites.
  • « Quels mots utiliseriez-vous pour décrire le son que vous avez entendu lorsque vous cogniez la cuillère contre une surface en métal? »
  • « En quoi le son a-t-il changé lorsque vous avez cogné la cuillère contre une surface plus molle? Une surface en bois? »
  • « Décrivez comment les sons que vous avez entendus étaient pareils ou différents lorsque vous avez couvert vos oreilles du creux de la main. Selon vous, pourquoi? »
  • « En quoi ce que nous avons appris de cette expérience change-t-il ce que vous pensiez sur la façon dont le son entre dans nos oreilles? »
Les élèves prédisent ce qui arrivera lorsqu’ils utiliseront le « téléphone à ficelle » pour parler et écouter.
  • « Que prédisez-vous qu’il arrivera lorsque votre partenaire parlera dans le “téléphone”? Pourquoi le pensez-vous? »
  • « Que prédisez-vous qu’il arrivera si vous ne placez pas l’oreille directement contre le verre? Pourquoi le pensez-vous? »
  • « Que prédisez-vous qu’il arrivera lorsque vous relâcherez la tension de la ficelle entre les deux verres? Pourquoi le pensez-vous? »
Les élèves comparent ou différencient les sons entendus lors de l’expérience du téléphone à ficelle.
  • « Comment décririez-vous ce que vous avez pu entendre lorsque votre partenaire parlait dans le “téléphone”? Quelle est la comparaison avec un vrai téléphone? Le son est-il aussi clair? »
  • « Comment décririez-vous le son que vous avez entendu lorsque vous avez relâché la tension de la ficelle? Le son était-il comparable à celui que vous entendez lorsque la ficelle était tendue? Pourquoi selon vous? »
Les élèves utilisent l’information recueillie pour tirer des conclusions sur le voyage du son.
  • « Qu’avez-vous observé lorsque vous avez lancé les cailloux dans l’eau? Cela vous rappelle-t-il quelque chose que vous avez déjà vu? Selon vous, comment cette expérience est-elle liée à nos autres expériences sur le son? »
  • « Qu’avons-nous découvert à propos de la façon dont le son change? »
  • « Quelles conclusions pouvons-nous tirer sur le voyage du son à travers différents objets et matériaux? Pourquoi le pensez-vous? »

 

Liens interdisciplinaires

Littératie

  • Poser des questions (p. ex. pourquoi les sons sont-ils différents, comment entendent les personnes sourdes)
  • Communiquer ses réflexions, sentiments et idées (p. ex. formuler une théorie sur le voyage du son, parler des sons que l’on aime ou non)
  • Utiliser le vocabulaire approprié (p. ex., « Le motif de vagues dans l’eau ressemble à celui qu’on observe lorsque on fait des ricochets dans l’étang. »; « Je peux voir la ficelle vibrer. »)

Pensée mathématique

  • Mesurer (en modifiant la longueur des ficelles pour le téléphone) en utilisant une unité standard ou non standard

Éducation physique

  • Identifier les cinq sens et décrire comment fonctionne chacun, particulièrement l’ouïe et le son qui lui est associé

Liens interdisciplinaires

Littératie

  • Poser des questions (p. ex. pourquoi les sons sont-ils différents, comment entendent les personnes sourdes)
  • Communiquer ses réflexions, sentiments et idées (p. ex. formuler une théorie sur le voyage du son, parler des sons que l’on aime ou non)
  • Utiliser le vocabulaire approprié (p. ex., « Le motif de vagues dans l’eau ressemble à celui qu’on observe lorsque on fait des ricochets dans l’étang. »; « Je peux voir la ficelle vibrer. »)

Pensée mathématique

  • Mesurer (en modifiant la longueur des ficelles pour le téléphone) en utilisant une unité standard ou non standard

Éducation physique

  • Identifier les cinq sens et décrire comment fonctionne chacun, particulièrement l’ouïe et le son qui lui est associé

Enrichissement

Si vos élèves souhaitent en apprendre plus, voici quelques pistes pour stimuler leur curiosité :


Répétez l’enquête du téléphone à ficelle en y incluant les variations suivantes. Dans chaque cas, les élèves devraient faire des prédictions, expliquer les raisons de leurs prédictions, vérifier leurs prédictions et comparer les résultats aux enquêtes précédentes.

  • Demandez à un troisième élève de tenir de sa main le milieu de la ficelle du téléphone à ficelle, afin de découvrir comment cela influence le son.
    • « Qu’est-il arrivé lorsque quelqu’un a tenu la ficelle entre les deux verres? Est-ce ce que vous aviez prédit? Selon vous, pourquoi cela est-il arrivé? »
Main qui tient une ficelle entre deux gobelets
Main qui tient une ficelle entre deux gobelets (© 2019 Parlons sciences).
  • Demandez à deux paires d’élèves de croiser leurs ficelles pour mettre les quatre téléphones « en ligne ».
    • « Vous aviez prédit que xxx se produirait lorsqu’on croiserait les deux ficelles des téléphones. Votre prédiction était-elle exacte? Pourquoi? »
Cordes téléphoniques croisées
Cordes téléphoniques croisées (© 2019 Parlons sciences).
  • Reconstruisez le téléphone en utilisant des bouts de ficelle plus longs ou plus courts, ou un matériau différent à la place de la ficelle (p. ex., ligne de pêche, laine).
    • « Comment le rallongement ou le raccourcissement de la ficelle a-t-il modifié le son? Selon vous, pourquoi? »
    Différents types de matériaux utilisés pour les téléphones à ficelle
    Différents types de matériaux utilisés pour les téléphones à gobelets et à cordes (© 2019 Parlons sciences).
  • Comment pouvez-vous montrer à une personne qui ne peut pas entendre à quoi ressemblent les sons? (p. ex. comment montreriez-vous un son fort, faible, aigu ou grave?)

Enrichissement

Si vos élèves souhaitent en apprendre plus, voici quelques pistes pour stimuler leur curiosité :


Répétez l’enquête du téléphone à ficelle en y incluant les variations suivantes. Dans chaque cas, les élèves devraient faire des prédictions, expliquer les raisons de leurs prédictions, vérifier leurs prédictions et comparer les résultats aux enquêtes précédentes.

  • Demandez à un troisième élève de tenir de sa main le milieu de la ficelle du téléphone à ficelle, afin de découvrir comment cela influence le son.
    • « Qu’est-il arrivé lorsque quelqu’un a tenu la ficelle entre les deux verres? Est-ce ce que vous aviez prédit? Selon vous, pourquoi cela est-il arrivé? »
Main qui tient une ficelle entre deux gobelets
Main qui tient une ficelle entre deux gobelets (© 2019 Parlons sciences).
  • Demandez à deux paires d’élèves de croiser leurs ficelles pour mettre les quatre téléphones « en ligne ».
    • « Vous aviez prédit que xxx se produirait lorsqu’on croiserait les deux ficelles des téléphones. Votre prédiction était-elle exacte? Pourquoi? »
Cordes téléphoniques croisées
Cordes téléphoniques croisées (© 2019 Parlons sciences).
  • Reconstruisez le téléphone en utilisant des bouts de ficelle plus longs ou plus courts, ou un matériau différent à la place de la ficelle (p. ex., ligne de pêche, laine).
    • « Comment le rallongement ou le raccourcissement de la ficelle a-t-il modifié le son? Selon vous, pourquoi? »
    Différents types de matériaux utilisés pour les téléphones à ficelle
    Différents types de matériaux utilisés pour les téléphones à gobelets et à cordes (© 2019 Parlons sciences).
  • Comment pouvez-vous montrer à une personne qui ne peut pas entendre à quoi ressemblent les sons? (p. ex. comment montreriez-vous un son fort, faible, aigu ou grave?)

Ressources complémentaires

Couverture de La chasse à l’ours de Michael Rosen
<p>Couverture de <em>La chasse &agrave; l&rsquo;ours </em>de Michael Rosen (Source : <a href="https://www.leslibraires.ca/livres/chasse-a-l-ours-la-michael-rosen-9782211051019.html">Les libraires</a>).</p>

La chasse à l'ours
par Michel Rosen et Helen Oxenbury
Une famille part chasser l'ours le coeur léger. Seulement voilà : qui chasse l'ours finit par le trouver, et c'est là que les choses se gâtent! 
ISBN: 9782877678940 

Ressources complémentaires

Couverture de La chasse à l’ours de Michael Rosen
<p>Couverture de <em>La chasse &agrave; l&rsquo;ours </em>de Michael Rosen (Source : <a href="https://www.leslibraires.ca/livres/chasse-a-l-ours-la-michael-rosen-9782211051019.html">Les libraires</a>).</p>

La chasse à l'ours
par Michel Rosen et Helen Oxenbury
Une famille part chasser l'ours le coeur léger. Seulement voilà : qui chasse l'ours finit par le trouver, et c'est là que les choses se gâtent! 
ISBN: 9782877678940 

En savoir plus

Qu’est-ce que le son et comment l’entendons-nous? (Document d'information)
Qu’est-ce qu’un son exactement, et comment l’entendons-nous?

Concevoir et construire un instrument de musique (Leçon)
Les élèves conçoivent et construisent un instrument de musique capable de modifier les sons.

Son ou bruit? (Article)
Quelle est la différence entre un son et un bruit? Comment affectent-ils l’ouïe? Le bruit est-il toujours une mauvaise chose?

En savoir plus

Qu’est-ce que le son et comment l’entendons-nous? (Document d'information)
Qu’est-ce qu’un son exactement, et comment l’entendons-nous?

Concevoir et construire un instrument de musique (Leçon)
Les élèves conçoivent et construisent un instrument de musique capable de modifier les sons.

Son ou bruit? (Article)
Quelle est la différence entre un son et un bruit? Comment affectent-ils l’ouïe? Le bruit est-il toujours une mauvaise chose?

Sujets connexes