Aller au contenu principal

Quelles sont les conséquences des changements climatiques sur la pêche?

Un bateau de pêche qui attrape des poissons

Un bateau de pêche qui attrape des poissons (golero, iStockphoto)

Un bateau de pêche qui attrape des poissons

Un bateau de pêche qui attrape des poissons (golero, iStockphoto)

William W. L. Cheung et Parlons sciences

Quels sont les liens avec mon programme d'études?

Découvre comment les changements climatiques affectent la pêche dans le monde entier.

Quand as-tu mangé du poisson pour la dernière fois? Par exemple, une boîte de thon pour dîner ou encore des sushis… tu n’es pas la seule personne qui as mangé du poisson récemment. Le poisson représente une source importante de nourriture pour beaucoup de gens du monde entier. Chaque année, nous attrapons plus de cent millions de tonnes de poissons et de fruits de mer dans les océans.

Different types of sushi
Différents types de sushi (Source : Riccardo Bergamini via Unsplash).
Image – Version texte

Voici une photo en couleur de sushis et de sashimis servis sur un plateau en bois. Tu peux en voir une dizaine de types différents. Les sushis sont disposés en colonnes. Derrière ces colonnes, tu peux voir une rangée de sashimis. Les rouleaux de sushi sont faits de petits morceaux de poisson et de légumes enveloppés dans du riz blanc.

 

Le savais-tu?

Dans le monde, l’industrie des pêches représente le gagne pain d’une personne sur dix.

Malheureusement, les changements climatiques ont des conséquences sur les poissons que nous mangeons. Pour trouver des solutions à ce problème, il faut en apprendre plus sur le sujet. 

Quelles sont les conséquences des changements climatiques sur la pêche?

Le climat de la Terre repose sur un ensemble de systèmes interconnectés. Cependant, les humains nuisent à ces systèmes en libérant des gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Et les changements faits à l’atmosphère ont un effet sur les océans. Voici quelques effets des changements climatiques sur la pêche.

Les océans se réchauffent.

La température moyenne de la surface des océans augmente de 0,07 °C par décennie au cours des 100 dernières années. Et elle augmente deux fois plus rapidement depuis 1985.

Pourquoi est-ce important?

Depuis des milliers d’années, les poissons s’adaptent à différentes températures d’eau. Mais de nombreuses espèces ne se sont pas adaptées aux eaux chaudes et sont affectées par le réchauffement des océans. C’est le cas, par exemple, du saumon du Pacifique sur la côte ouest et de la morue de l’Atlantique dans le golfe du Maine qui éprouvent beaucoup de difficultés à s’adapter. L’eau de leurs habitats devient trop chaude.

Sockeye salmon in the Adams River near Chase, BC
Des saumons rouges dans la rivière Adams près de Chase, en Colombie-Britannique (Source : Murphy_Shewchuk via iStockPhoto).
Image - Version texte

Voici une photo en couleur de saumons rouges nageant dans la rivière Adams près de Chase, en Colombie-Britannique. La rivière est peu profonde et l’eau y est extrêmement claire. Le fond est composé de cailloux et de sable. Tu peux voir une douzaine de saumons qui sont près les uns des autres. Les saumons ont un long corps rose foncé. Leur tête est pointue et jaune-gris.

 

Les océans s’acidifient.

L’augmentation des concentrations atmosphériques de dioxyde de carbone cause l’acidification de l’océan. On observe une hausse de 25 % du taux d’acidité des océans depuis 200 ans.

Pourquoi est-ce important?

L’augmentation de l’acidité dans les océans peut nuire à la croissance des coquilles des huîtres, des palourdes et des escargots. Par exemple, des huîtres dans le nord-ouest du Pacifique sont mortes en grand nombre. On a découvert que les huîtres sont mortes parce qu’elles vivaient dans une eau beaucoup trop acide.

Oyster beds at low tide at Hood Canal, Washington
Une huîtrière à marée basse dans le canal de Hood, à Washington (Source : RoamingPanda via iStockPhoto).
Image - Version texte

Voici une photo en couleur d’une huîtrière à marée basse dans le canal de Hood, à Washington. Tu peux voir environ quatre huîtres. Les huîtres ont une coquille brune et une longue ouverture étroite. Les coquilles sont faites de plusieurs couches qui se chevauchent. Certaines huîtres ont des pouce-pied attachés à leur coquille. Les huîtres reposent sur un lit de boue brune et d’algues vertes reluisantes.

 

Les habitats du poisson sont détruits

Les événements météorologiques extrêmes comme les vagues de chaleur nuisent aux écosystèmes océaniques. Ces événements détruisent les habitats essentiels des poissons, comme les récifs de corail.

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) prédit que si la température des océans augmente de 1,5 °C, cela pourrait entraîner la perte de 90 % des récifs de corail, et qu’une augmentation de 2 °C pourrait entraîner la quasi-disparition des récifs de corail. Les poissons ne peuvent pas survivre sans leurs habitats.

Coral reef
Un récif de corail (Source : VitalyEdush via iStockphoto).
Image - Version texte

Voici une photo en couleur de poissons nageant au-dessus d’un récif de corail. Le récif de corail s’étend au bas de l’image. Il est composé de coraux violets, jaunes, orange et verts. Les coraux ont plusieurs formes et textures différentes. Certains sont bossus, alors que d’autres ont des branches. Au-dessus des coraux, des poissons de récifs colorés nagent. En haut de l’image, une raie avec une longue queue droite nage dans l’eau bleu clair.

 

Le savais-tu?

Environ un quart de toutes les espèces marines dépendent des récifs de corail à un moment au cours de leur cycle de vie.

Tous ces changements entraînent déjà une réduction de la quantité de poissons pouvant être pêchés dans nos océans, et ce pour de nombreuses espèces.

Quelles seront les conséquences de ces changements pour l’industrie de la pêche? 

Les scientifiques consultent des modèles informatiques pour faire des prédictions sur l’avenir. Les scientifiques des pêches utilisent des modèles informatiques dans le but de mieux définir le nombre de poissons pouvant être attrapés de façon durable dans un océan en plein changement. Ces modèles informatiques s’appuient sur des données sur les écosystèmes océaniques et les changements climatiques. Les modèles montrent que l’augmentation du gaz carbonique atmosphérique va diminuer le nombre de poissons disponibles pour la pêche chez de nombreuses espèces.

Mais aussi, il y aura une augmentation du nombre de poissons chez les espèces qui aiment les eaux plus chaudes.

Par exemple, les scientifiques ont voulu savoir ce qui arriverait si toutes les personnes dans le monde vivaient comme une personne moyenne des États-Unis pendant un an. Dans leur modélisation, les scientifiques ont constaté que ce mode de vie réduirait de 8 fois le poids de morues pouvant être pêchées par les pêcheuses et pêcheurs américains.

Industrial cod fishing in Northern Norway
Pêche commerciale de la morue dans le nord de la Norvège (Source : piola666 via iStockphoto).
Image - Version texte

Voici une photo en couleur d’un bateau de pêche commerciale à la morue dans le nord de la Norvège. Des centaines de morues sont empilées dans de grands bacs jaunes sur le pont d’un navire. Les morues sont longues et étroites. Leur dos est gris et leur ventre est blanc. Des cordes sont posées sur le dessus des bacs. Au loin, tu peux voir d’autres bateaux. Ils flottent sur une eau bleu sombre. En arrière-plan, des montagnes sont recouvertes de neige. Un soleil lumineux éclaire tout le paysage.

 

Ces conséquences pourraient aussi aggraver les inégalités dans le monde. Par exemple, dans les régions tropicales, la limite de prises sera nettement réduite. Cela affectera grandement les personnes qui vivent dans ces régions et qui dépendent de la pêche pour se nourrir et gagner de l’argent.

Le savais-tu?

Les produits de la mer représentent le produit alimentaire le plus échangé en termes de valeur.

Comment l’industrie des pêches s’adapte-t-elle à ces changements?

Les autorités gouvernementales déterminent le nombre de poissons pouvant être pêchés au cours d’une année dans un pays donné. C’est ce qu’on appelle les quotas. Déterminer ce nombre n’est pas un travail facile.

Par exemple, dans le golfe du Maine, le réchauffement de l’eau tue la morue. Les autorités qui gèrent la pêche à la morue n’avaient pas tenu compte de cette diminution. Les quotas fixés étaient trop élevés, ce qui a entraîné une surpêche.

Le maquereau commun est un autre exemple de poisson dont la pêche a été affectée par les changements climatiques. Les populations de ce poisson se sont déplacées vers le nord en raison du réchauffement de l’océan. C’est ce qui a causé la « guerre du maquereau » en Europe. Les pays européens ne s’entendaient pas sur la façon d’ajuster les quotas du maquereau pour remédier à la situation.

Atlantic mackerel in a fishing boat
Des maquereaux communs dans un bateau de pêche (Source : shaunl via iStockphoto).
Image - Version texte

Voici une photo en couleur de maquereaux communs dans un bateau de pêche. L’intérieur du bateau est gris et les rebords sont blancs. Des centaines de poissons sont entassés sur le pont du bateau. Il y a aussi un seau jaune en plastique avec d’autres poissons entassés. Les poissons sont longs et minces. Ils ont un ventre argenté brillant et des rayures sur le dos. Le bateau navigue sur une eau sombre et calme. Tout près, la rive est composée de grandes pierres grises et brunes et s’élève de manière abrupte au-dessus de l’eau. Sur la rive, tu peux voir une maison construite très près de l’eau.

 

Les maquereaux ne sont pas les seuls poissons qui subissent les conséquences des changements climatiques. Alors que l’atmosphère continue de se réchauffer, de plus en plus d’espèces seront affectées par les changements climatiques, plus rapidement et dans une plus grande proportion.

Comment pouvons-nous nous attaquer à ce problème?

Il est encore temps d’agir pour relever ce grand défi. Le monde s'est fixé pour objectif de limiter le réchauffement de la planète à 1,5oC par rapport aux températures de la fin du 19e siècle. Atteindre cet objectif permettrait de réduire les conséquences des changements climatiques sur les pêches dans le monde entier.

L’industrie des pêches peut s’adapter en protégeant et en restaurant les populations et les habitats des poissons. Elle peut aussi réduire la pollution causée par ses activités et le nombre de poissons attrapés.

Visionne la vidéo ci-dessous pour découvrir un exemple de projet de restauration de l’habitat du poisson en Colombie britannique.

Restoring Important Spawning Habitat for Pacific Salmon (2020) par WWF Canada (1 min 02 s)

S’adapter, c’est aussi appuyer les communautés qui dépendent de la pêche. Cela implique de trouver des façons plus durables de pêcher et d’aider les gens à trouver d’autres sources de revenus.

Fishing boats in Bonavista, Newfoundland
Des bateaux de pêche à Bonavista, à Terre-Neuve-et-Labrador (Source : Ravi Natarajan via iStockPhoto).
Image - Version texte

Voici une photo en couleur de cinq bateaux de pêche amarrés à Bonavista, à Terre-Neuve-et-Labrador. Les bateaux ont tous de grands mâts et des cordes qui y sont attachées. Les bateaux sont blancs et ils ont chacun une coque de couleur différente. L’eau est sombre et calme. Tu peux apercevoir des maisons un peu plus loin sur la rive. Une montagne vert foncé s’élève derrière les maisons. En arrière-plan, le soleil se couche derrière la montagne.

 

Nous pouvons aussi faire notre part en soutenant la transition vers une société faible en carbone. Nous pouvons passer le mot et exiger que les entreprises et les politiciennes et politiciens passent à l’action. Nous sommes à un tournant de l’avenir durable des produits de la mer. Nous sommes en train de changer nos océans de manière jamais vu auparavant. Toutefois, il est encore temps de créer une industrie des pêches durable. Il suffit de collaborer et de faire appel à la science pour trouver des solutions.

Parlons sciences reconnaît le soutien de William W. L. Cheung, professeur et directeur de l’Institut pour les océans et la pêche de l’Université de la Colombie-Britannique et remercie la Société royale du Canada pour la mise en relation avec l’auteur.

RSC
Logo de SRC

À propos de la La Société royale du Canada

La Société royale du Canada est une organisation dirigée par ses membres qui met au premier plan des chefs et cheffes de fil dans tout domaine et de toutes générations, que ce soit des intellectuels et intellectuelles, chercheurs et chercheuses, artistes et scientifiques canadiens. Ceci afin de contribuer à bâtir un avenir meilleur au Canada et globalement. Parlons sciences et la Société royale du Canada travaillent ensemble pour fournir un cont pertinent sur des questions qui nous concernent tous et toutes - de l'éducation à l'impact des découvertes scientifiques d‘avant-garde.

 

En savoir plus

Restauration de l’habitat aquatique pour protéger notre saumon du Pacifique
Cette vidéo (32s) de Pêches et Océans Canada montre l'importance de la protection de la faune aquatique sur la côte ouest du Canada.

L'industrie des pêches ressent les effets du changement climatique
Cet article de Radio Canada raconte les histoires des pêcheurs de Nouvelle-Écosse qui ressentent déjà les effets du changement climatique sur leurs activités.

Changement climatique et pêche
Cette page du Marine Stewardship Council explique l'impact du changement climatique sur les océans et l'industrie de la pêche.

Références

Bennett, J. (Apr. 2018). Ocean AcidificationSmithsonian Institution.

NOAA Fisheries (n.d.). Understanding Our Changing ClimateNational Oceanic and Atmospheric Administration.