ATTENTION

Notre site web rencontre actuellement quelques difficultés techniques et nous travaillons fort pour les corriger.

Soyez assuré que vous pouvez toujours accéder à nos programmes et ressources!

Neurones: les éléments de base de votre cerveau

Format
Sujets
Tammy Rosner
Lisibilité
7.91

Quels sont les liens avec mon programme d'études?

Comment votre cerveau vous permet-il de faire et de ressentir autant de choses? Tout cela est possible graĉe aux éléments de base de votre cerveau – les neurones!

Avez-vous déjà pris le moment de réfléchir à quel point votre cerveau est incroyable? Votre cerveau vous permet de faire, et bien… tout! C’est à cause de votre cerveau que vous pouvez lire et comprendre des histoires dans les livres, parler à vos amis et votre famille, ou écouter de la musique. Même les activités que votre corps fait naturellement, comme la respiration, sont contrôlées par votre cerveau. Quelque chose qui peut sembler très simple, comme caresser un chien, est aussi possible grâce à votre cerveau!

Mais comment est-ce que votre cerveau vous permet-il de faire et de ressentir autant de choses? C’est à cause des éléments de base de votre cerveau.

Comme le reste de votre corps, votre cerveau est composé de milliards de cellules. Chaque partie de votre corps (ainsi que les corps des animaux et des plantes) est composée de cellules, qui sont similaires à des blocs de construction microscopiques qui permettent au corps de fonctionner correctement. Il existe différents types de cellules pour les différentes parties de votre corps, comme les cellules de la peau ou les cellules sanguines. Les cellules qui composent votre cerveau sont appelées neurones.

Qu’est-ce qu’un neurone?

Les neurones ont trois parties principales

  1. Le corps cellulaire est la partie du neurone qui contient tout ce dont les cellules ont besoin pour rester en vie et en bonne santé.
  2. Les dendrites sont les parties du neurone qui reçoivent des informations d’autres neurones.
  3. L’axone est la branche principale qui se développe à partir du corps cellulaire. À la fin de l’axone se trouve le bouton synaptique, la partie du neurone qui envoie des informations à d’autres neurones. Il existe plusieurs boutons synaptiques par neurone.

Votre cerveau est composé de milliards et de milliards de neurones, qui ont tous besoin de communiquer les uns avec les autres. Cela se fait avec des signaux chimiques et électriques.

Parties d’un neurone
Graphique - Version textuelle

Parties d’un neurone comprenant l’arborisation terminale (comprenant les boutons synaptiques), l’axone, les gaines de myéline, les cellules de Schwann, les nœuds de Ranvier, le corps cellulaire, le noyau et les dendrites.

Votre cerveau est composé de milliards et de milliards de neurones, qui ont tous besoin de communiquer les uns avec les autres. Cela se fait avec des signaux chimiques et électriques.

Le potentiel d’action : la façon dont les neurones communiquent!

Quand un neurone reçoit un message d’un autre neurone, il y a un changement électrique dans l’axone, près du corps cellulaire. Lorsqu’une certaine quantité d’électricité est atteinte, un potentiel d’action se produit. Cela signifie qu’un signal est envoyé et circulera le long de l’axone, en s’éloignant du corps cellulaire.

Le savais-tu?

Les axones peuvent être aussi courts qu’un centimètre ou aussi longs qu’un mètre!

Le signal électrique pourrait se perdre avant qu’il puisse atteindre le prochain neurone, particulièrement pour les longs axones. Il est très important que l’électricité produite au début de l’axone soit toujours présente à la fin de l’axone. Par conséquent, les axones sont couverts d’une substance grasse appelée gaine de myéline, semblable à la façon dont les fils dans votre maison sont recouverts de plastique, afin de s’assurer que le signal arrive à l’extrémité de l’axone.

Il est également important que le signal voyage très rapidement le long de l’axone. La gaine de myéline aide aussi à assurer cette rapidité. Contrairement au plastique sur les câbles des câbles électriques dans votre maison, la gaine de myéline ne couvre pas l’axone en entier. Les parties de l’axone qui sont découvertes sont appelées nœuds de Ranvier. Plutôt que de descendre lentement tout le long de l’axone, le signal « saute » de nœud en nœud, s’assurant qu’il arrive au bouton synaptique rapidement. Ceci est similaire à essayer de rendre un ballon de football d’un bout à l’autre du terrain : vous pouvez essayer de courir toute la distance avec le ballon, ou vous pouvez lancer le ballon à quelqu’un d’autre. Le ballon se déplacera beaucoup plus vite s’il est lancé.

Lorsque le signal électrique arrive à l’extrémité de l’axone et atteint un bouton synaptique, un message peut être envoyé au neurone suivant. L’espace entre le terminal synaptique d’un neurone (qui envoie le message) et d’une dendrite du neurone suivant (qui reçoit le message) est appelé une fente synaptique (ou simplement synapse). Le bouton synaptique libérera des produits chimiques appelés neurotransmetteurs, qui permettent aux neurones de communiquer entre eux.

Message transmis de neurone en neurone à l'aide de neurotransmetteurs

Neurotransmetteurs

Lorsque des neurotransmetteurs sont envoyés hors du bouton synaptique d’un neurone, ils se déplacent à travers la fente synaptique et envoient le signal aux dendrites du neurone suivant. Il y a plusieurs différents neurotransmetteurs, et celui qui est envoyé dépend du rôle du neurone.

En général, les neurotransmetteurs peuvent avoir deux effets différents et les deux sont tout aussi importants l’un que l’autre pour s’assurer que tous nos neurones fonctionnent correctement. Certains neurotransmetteurs sont inhibiteurs, ce qui signifie que lorsqu’ils sont libérés par le terminal synaptique, ils réduisent l’électricité dans le prochain neurone. Il est donc moins probable qu’un potentiel d’action se produise. Ces neurotransmetteurs sont inhibiteurs parce qu’ils préviennent la transmission de signaux entre neurones.

Les neurotransmetteurs peuvent aussi être excitateurs, ce qui signifie que lorsqu’ils sont libérés par le terminal synaptique, ils augmentent l’électricité des autres neurones. Cela signifie qu’un potentiel d’action est plus susceptible de se produire. Si un terminal synaptique envoie des neurotransmetteurs excitateurs au prochain neurone, alors un autre potentiel d’action se produira, et l’ensemble du processus se produit à nouveau! C’est ainsi que les neurones sont capables de communiquer les uns avec les autres, et la façon dont l’information se propage à travers votre cerveau.

Pour résumer, il y a cinq étapes importantes dans la communication entre neurones.

  1. Un potentiel d’action se produit. Cela signifie qu’il y a assez d’électricité au début d’un neurone pour envoyer un signal.
  2. Ce signal électrique est envoyé du corps cellulaire à l’axone.
  3. Le signal traverse l’axone en « sautant » entre les nœuds de l’axone.
  4. Lorsque le signal électrique atteint l’extrémité du bouton synaptique, les neurotransmetteurs sont libérés dans la fente synaptique.
  5. Ces neurotransmetteurs envoient un signal aux dendrites du prochain neurone.

Ces cinq étapes sont responsables de tout ce que votre corps est capable de faire.

Cinq étapes clés de la communication neuronale

Que se passe-t-il quand vous voyez un chien que vous voulez caresser? Voir le chien signifie que les neurones reçoivent un message qu’il y a un chien devant soi. Différents neurones envoient un signal à votre bras pour tendre la main au chien. Lorsque vous caressez le chien, vous remarquez peut-être à quel point sa fourrure est douce, ce qui signifie que d’autres neurones ont reçu un message sur ce que vous ressentez au niveau de vos mains. À tout moment, il y a des milliards de neurones s’envoyant des messages dans votre cerveau. Les neurones vous permettent même de considérer à quel point votre cerveau est incroyable, ce qui est assez incroyable, quand on y pense!
 

Références

Brain Facts. (2012, April 1). The Neuron. https://www.brainfacts.org/Brain-Anatomy-and-Function/Anatomy/2012/The-Neuron 

Lodish, H., Berk, A., Zipursky, S. L., Matsudaira, P., Baltimore, D., Darnell, J. (2000). Molecular Cell Biology (4th ed.). New York: W. H. Freeman. Retrieved from https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK21535/

Queensland Brain Institute. (n.d.). What are neurotransmitters? The University of Queensland. https://qbi.uq.edu.au/brain/brain-physiology/what-are-neurotransmitters

Sujets connexes