Résultats de l'Étude de marché sur le poisson

Pourquoi l’étiquetage des poissons est-il important?

Pour les gens

  • Manger un poisson mal étiqueté peut signifier être exposé, sans le savoir, à des toxines et à des allergènes.
  • Si un poisson moins coûteux remplace le poisson que vous pensiez acheter, vous payez peut-être plus que vous ne le devriez — dans ce cas, il s’agit d’une fraude!

Pour l’environnement

  • Le poisson pourrait ne pas avoir été pêché de manière durable.
  • Les populations de poissons, dont les espèces menacées, risquent de souffrir.

Comment puis-je participer?

Apprenez-en plus sur le projet et inscrivez-vous pour participer à notre prochaine période de collecte de données.

En savoir plus

 

Qu'avons-nous découvert?

Printemps 2019

Résultats

Résumé

Nous avons appris que sur les 70 échantillons de poisson séquencés, 5 étaient mal étiquetés.

Un taux de 3 % (soit 2 échantillons) des poissons avaient été étiquetés avec des noms qui ne sont pas censés être utilisés au Canada selon la Liste des poissons de l’Agence canadienne d’inspection des aliments. De plus, 4 % (3) des échantillons portaient une étiquette erronée et ont donc été vendus sous un autre nom, soit par accident, soit délibérément.

En bref, cela signifie que 7 % des échantillons de poisson séquencés faisaient l’objet d’une quelconque erreur d’étiquetage.

Téléchargez la présentation approfondie des résultats :

Automne 2018

Résultats

Résumé

Nous avons appris que sur les 54 échantillons de poisson séquencés, huit étaient mal étiquetés.

Un taux de 5,6 % (soit trois échantillons) des poissons avaient été étiquetés avec des noms qui ne sont pas censés être utilisés au Canada selon la Liste des poissons de l’Agence canadienne d’inspection des aliments. De plus, 9,3 % (cinq) des échantillons portaient une étiquette erronée et ont donc été vendus sous un autre nom, soit par accident, soit délibérément.

En bref, cela signifie que 14,8 % des échantillons de poisson séquencés faisaient l’objet d’une quelconque erreur d’étiquetage.

Printemps 2018

Résultats

Résumé

Nous avons appris que sur les 45 échantillons de poisson séquencés, quatre étaient mal étiquetés.

Un taux de 8,9 % (soit quatre échantillons) des poissons avaient été étiquetés avec des noms qui ne sont pas censés être utilisés au Canada selon la Liste des poissons de l’Agence canadienne d’inspection des aliments. De plus, 0,0 % (aucun) des échantillons portait une étiquette erronée et a donc été vendu sous un autre nom, soit par accident, soit délibérément.

 En bref, cela signifie que 8,9 % des échantillons de poisson séquencés faisaient l’objet d’une quelconque erreur d’étiquetage.

Automne 2017

Résultats

Résumé

Nous avons appris que sur les 223 échantillons de poisson séquencés, 43 étaient mal étiquetés.

 Un taux de 17,0 % (soit 38 échantillons) avaient été étiquetés avec des noms qui ne sont pas censés être utilisés au Canada selon la Liste des poissons de l’Agence canadienne d’inspection des aliments. De plus, 2,2 % (cinq) des échantillons portaient une étiquette erronée et ont donc été vendus sous un autre nom, soit par accident, soit délibérément.

 En bref, cela signifie que 19,3 % des échantillons de poisson séquencés faisaient l’objet d’une quelconque erreur d’étiquetage.

Printemps 2017

Résultats

Résumé

Nous avons appris que sur les 197 échantillons de poisson séquencés, 26 étaient mal étiquetés.

 Un taux de 4,1 % (soit huit échantillons) avaient été étiquetés avec des noms qui ne sont pas censés être utilisés au Canada selon la Liste des poissons de l’Agence canadienne d’inspection des aliments. De plus, 9,1 % (18) des échantillons portaient une étiquette erronée et ont donc été vendus sous un autre nom, soit par accident, soit délibérément.

 En bref, cela signifie que 13,2 % des échantillons de poisson séquencés faisaient l’objet d’une quelconque erreur d’étiquetage.

Automne 2016

Résultats

Résumé

Nous avons appris que sur les 207 échantillons de poisson séquencés, 43 étaient mal étiquetés.

Un taux de 12,1 % (soit 25 échantillons) avaient été étiquetés avec des noms qui ne sont pas censés être utilisés au Canada selon la Liste des poissons de l’Agence canadienne d’inspection des aliments. De plus, 8,7 % (18) des échantillons portaient une étiquette erronée et ont donc été vendus sous un autre nom, soit par accident, soit délibérément.

En bref, cela signifie que 20,8 % des échantillons de poisson séquencés faisaient l’objet d’une quelconque erreur d’étiquetage.

Classes participantes : automne 2016 au printemps 2017

 

Partenaires

En partenariat avec le Centre for Biodiversity Genomics de l’Université de Guelph (Ontario) et le Marine Stewardship Council, Parlons sciences fournit des trousses gratuites d’échantillonnage d’ADN aux classes du secondaire partout au Canada.

Voici quelques-uns des scientifiques avec qui nous collaborons :

Bob Hanner

Bob Hanner
Professeur agrégé, Biodiversity Institute of Ontario, Université de Guelph

Dirk Steink

Dirk Steinke
Directeur de l’éducation et de la sensibilisation, Biodiversity Institute of Ontario, Université de Guelph

 

 

Centre for Biodiversity Genomics
Marine Stewardship Council