Vivienne  Jaehn-Kreibaum sur une pente de ski

Vivienne Jaehn-Kreibaum

Ingénieure électricienne

Facebook

Secteur : Éducation et formation, Ingénierie

Lieu de naissance : ON

Emplacement : BC

Éducation : Université

Type : Profil de carrière

Sujets :

Informatique, Français langue maternelle, Mathématiques, Physique, Sciences, Sciences sociales

Réalité amplifiée, Carrières, Génie civil, Génie informatique, Programmation informatique, Sciences informatiques, Circuits électriques, Génie électrique, Technologies de l’électricité, Génie, Médias sociaux, Réalité virtuelle

Vivienne  Jaehn-Kreibaum sur une pente de ski
Vivienne Jaehn-Kreibaum Ingénieure électricienne
Ce qui me motive

En tant que nouvelle diplômée, je considère cet emploi comme un prolongement de ma formation. On ne cesse jamais d’apprendre. Au laboratoire de réalité virtuelle, j’aurai accès aux ressources qui me permettront d’apprendre d’ingénieurs et ingénieures figurant parmi les meilleurs qui soient, ce qui m’aidera à perfectionner mes compétences et à exploiter mon potentiel comme ingénieure pendant des décennies. Je suis très emballée d’acquérir de nouvelles compétences! Je suis ravie d’apprendre les fondements scientifiques de l’électronique, car ce domaine continue de me fasciner. La réalité augmentée est aussi une technologie à laquelle je peux apporter ma contribution – même si je l’ai écartée pendant un certain temps – et qui a, d’après moi, un grand impact.

 

J’aime construire des produits qui suscitent un enthousiasme chez les gens ou qui les aident d’une façon ou d’une autre. C’est ce que je trouve le plus gratifiant. La motivation est peut-être la même pour la plupart des personnes qui exercent une profession, quelle qu’elle soit, qu’il s’agisse par exemple de gérer des déchets ou d’enseigner la musique. Je sais que je ne passerai pas toute ma vie à travailler pour cette entreprise et à faire le même travail. Je suis consciente que chaque choix de carrière est un tremplin. Chaque étape est satisfaisante, car j’ai le sentiment de tirer le maximum des possibilités qui me sont offertes d’acquérir de nombreuses compétences et une vaste expérience dont je pourrai faire profiter les autres. Bien des causes me tiennent à cœur, entre autres la surveillance à distance, l’infrastructure durable, l’énergie renouvelable, le développement social. Je m’estime privilégiée de posséder de nombreuses compétences qui me permettront de résoudre des problèmes dans ces domaines. 
 

Ce qui me motive
Mon parcours est

Au secondaire, je pensais que les élèves forts en sciences allaient soit en médecine (pour les filles), soit en génie (pour les garçons). Jusqu’à ma cinquième année d’études secondaires, j’envisageais d’étudier en neurosciences. C’est à ce moment que j’ai eu le déclic pour le génie. Et, même là, je pensais aller en génie environnemental, parce que je me souciais de l’environnement et que le nom de la discipline renfermait ce mot : « environnemental ». Au fil du temps, j’ai été exposée à plus de domaines d’études et de choix de carrière que tout ce que j’aurais pu imaginer. C’est ce qui m’a amenée à modifier mon plan de carrière.

J’ai opté pour le programme d’ingénierie intégrée de l’Université de la Colombie-Britannique. Ce choix était parfait pour moi vu que je m’intéressais à beaucoup de choses et que j’avais besoin, pour réussir, de faire partie d’une petite cohorte d’étudiants et étudiantes qui s’entraident. J’ai fait plusieurs stages – davantage que mes camarades d’université et dans des milieux et des domaines plus variés. C’est toutefois en grande partie par tâtonnements que j’ai trouvé ma voie. J’ai fait deux stages d’été en génie logiciel chez Microsoft, fabriqué pendant huit mois des moteurs à pile à hydrogène pour Mercedes-Benz, passé un semestre chez ME SOLshare, une entreprise en démarrage dans le secteur de l’énergie solaire au Bangladesh, et fait un stage d’été en conception électrique de matériel chez TZOA, une entreprise en démarrage de Vancouver. Tous mes stages m’ont aidée à acquérir une précieuse expérience de l’industrie. Ils m’ont aussi permis de travailler dans des domaines qui m’intéressent (p. ex. l’énergie renouvelable et le développement durable). De plus, j’ai pu travailler dans des pays en développement et acquérir de solides compétences techniques.

Mon parcours est
Mon conseil aux autres

N’écarte pas le génie simplement parce que tu n’y as pas été exposé au secondaire ou que tu crains de travailler assis à un bureau le reste de ta vie. Un diplôme en sciences, technologie, ingénierie ou mathématiques ne te cantonne pas à une seule profession. Il donne accès à un large éventail d’outils et de compétences pour relever des défis du 21e siècle et être autonome. Tu es une personne unique et ta carrière le sera tout autant!

Ne te décourage pas en cas d’échec. J’ai échoué plusieurs cours à l’université. En raison des difficultés que je rencontrais, plusieurs personnes – des amis, des membres de ma famille et des professeurs – m’ont encouragée à changer de majeure. Connaître des difficultés, c’est un mal pour un bien. Alors, n’abandonne pas au premier signe d’échec. Tu deviendras plus résilient et probablement plus ouvert d’esprit que les étudiants qui ont réussi tous leurs cours haut la main. 

Mon conseil aux autres
Comment j'affecte la vie des gensAu risque de paraître obsédée par l’entreprise, je considère que le laboratoire de réalité virtuelle de Facebook conçoit des produits qui échappent aux lois de la distance. Tout comme Internet et les téléphones intelligents, la réalité augmentée est un outil qui modifiera notre façon de travailler et de vivre. Les gens pourront collaborer sans avoir à se rendre sur un lieu de travail. Ils pourront faire de la conception en 3D augmentée et partager des expériences sur une plateforme numérique plus stimulante. Les conséquences qui en découleront seront à la fois positives et négatives. J’ai des réserves à l’idée de participer au développement de technologies dont les conséquences sont inconnues, par exemple le risque de dépendance ou d’isolement social. Par contre, je me réjouis de pouvoir contribuer activement à orienter l’élaboration de ces outils pour le bien de tous.  Comment j'affecte la vie des gens En dehors du travail je

Dans mes temps libres pendant l’été, lorsqu’il y a une montagne dans les environs, je fais de l’escalade, de la randonnée et du camping. Je pratique le ski (dans des stations ou hors-piste) pendant l’hiver. Je fais du conditionnement physique en salle  pour garder la forme. J’aime passer du temps avec mes colocataires et mes amis et je suis heureuse de passer une soirée avec eux simplement pour discuter, préparer un repas et me détendre en leur compagnie. Quand j’ai de l’énergie, j’adore aller danser (danses latines, salsa, bachata ou zouk). J’ai toujours un livre en cours de lecture, ce qui m’aide à me détendre.

Pour redonner à la collectivité, je fais du bénévolat en encadrant de jeunes étudiants, en enseignant l’escalade et en réalisant des projets de jardinage. Je voudrais en faire encore plus, peut-être dans une maison de retraite pour parler avec des gens qui n’ont guère l’occasion de socialiser. J’aimerais aussi reprendre le piano et le chant et apprendre une nouvelle langue. 
 

En dehors du travail je
Ce que je fais au travail

Un ingénieur électricien peut faire de nombreuses choses. Dans l’industrie de haute technologie, il conçoit les systèmes matériels qui composent nos appareils électroniques, par exemple les téléphones et les ordinateurs. Le poste que j’ai décroché est rattaché à l’équipe de recherche en réalité augmentée du laboratoire de réalité virtuelle de Facebook (FRL), aussi appelé « Oculus ». Cette équipe est chargée de concevoir des produits de réalité augmentée.

 

D’après mon expérience et la description du poste, mon travail m’amènera au jour le jour à rencontrer d’autres ingénieurs membres de l’équipe afin de coordonner, de planifier et d’analyser les étapes importantes pour l’équipe et le service. Comme mon rôle sera axé sur le prototypage de nouveaux produits, je partagerai mon temps entre le travail effectué à l’aide de logiciels de conception assistée par ordinateur (CAO) et la construction d’appareils dans le laboratoire. Pour concevoir, construire et mettre à l’essai des appareils électroniques, j’utiliserai beaucoup d’équipement spécialisé, entre autres des logiciels de CAO (Conception assistée par ordinateur, CAD en anglais), des fers à souder, des blocs d’alimentation électrique, des fours à fusion, des oscilloscopes et des multimètres. 

Pour les besoins de la conception et de la construction d’appareils électroniques, je mettrai à profit plusieurs compétences acquises dans mes cours portant sur l’analyse des circuits, l’électromagnétique, les équations mathématiques et différentielles, l’algèbre linéaire, la programmation informatique, le transfert de chaleur, la mécanique, les systèmes de logique numérique et l’électronique de puissance ainsi que tous mes cours de conception technique. 

Quand on construit un appareil électronique, il y a forcément des problèmes à résoudre. C’est le cas, par exemple, lorsqu’il faut alimenter un appareil énergivore sans fil comportant très peu d’espace pour les piles alors que l’on dispose d’un budget limité. Il peut aussi s’agir d’intégrer plusieurs capteurs et modules de communication sur le même circuit imprimé sans qu’ils interfèrent les uns avec les autres. Les ingénieurs doivent aussi prendre en compte les difficultés liées à la fabrication et à la chaîne d’approvisionnement. Nous devons nous assurer qu’il est possible de fabriquer les pièces en assurant une production à haut rendement et qu’il sera facile de les obtenir et de les réparer au besoin. Du fait que notre équipe est multidisciplinaire et interculturelle, nous rencontrons des problèmes d’ordre social et devons pouvoir communiquer efficacement avec les autres membres pour résoudre les différends et les divergences d’opinions. 

D’après moi, ma formation en ingénierie intégrée  m’a vraiment bien préparée à jouer ce type de rôle. J’ai suivi des cours dans toutes les disciplines du génie et travaillé à des projets de conception avec des ingénieurs de différentes spécialités. De ce fait, je peux communiquer avec des ingénieurs de disciplines et d’horizons variés. Je peux aussi me faire une bonne idée du mode d’interaction de leur système avec le mien. Par ailleurs, comme j’ai vécu et travaillé à l’étranger dans des cultures très différentes les unes des autres, j’ai l’habitude des chocs culturels et des divergences de points de vue. 

Ce que je fais au travail
À propos de moi

Je suis né/j’ai grandi à : née à Hambourg, en Allemagne, j’ai grandi en Ontario, au Canada, plus précisément à Carrying Place, dans le comté de Prince Edward, une région vinicole très rurale. 

J’habite désormais :  à Seattle, dans l’État de Washington, aux États-Unis. 

J’ai complété ma formation ou mes études à : J’ai obtenu mon baccalauréat en ingénierie intégrée (majeure en génie électrique et mineure en génie civil) au campus de Vancouver de l’Université de la Colombie-Britannique. J'ai fait ma mineure en génie civil dans le cadre d’un échange avec l’Université technique du Danemark, plus précisément au Centre de technologie arctique ARTEK à Sisimiut, au Groenland.

À propos de moi

Quand j'étais

Durant mon parcours scolaire, j'appréciais les sujets suivants :
  • Arts visuels
  • Arts dramatiques
  • Commerce et économie
  • Alimentation et nutrition
  • Langues étrangères
  • Géographie
  • Histoire
  • Économie domestique
  • Économie domestique
  • Éducation physique/Santé
  • Sciences
  • Technologie
  • Photographie
Durant mon parcours scolaire , je me décrirais comme une personne qui :
  • Appréciait travailler seule
  • Voulait toujours sortir dehors
  • Aimait aider les autres
  • Organisait des activités pour ses amis
  • Faisait partie d’une équipe sportive
  • Aimait travailler avec ses mains
  • Était motivée par le succès
  • Souhaitait diriger
  • Aimait avoir la liberté d’explorer ses idées
  • Aimait recevoir des instructions précises
  • S’impliquait dans des activités de bénévolat
  • Aimait la lecture
  • Se sentait à l'aise à l'extérieur, en milieu naturel
  • Ressentait une grande satisfaction lorsqu’elle obtenait de bonnes notes
  • N’était pas certaine de ce qu’elle voulait faire plus tard
  • Apprenait mieux en expérimentant

Explorez les profils de carrière