Aller au contenu principal

Shari Forbes (elle)

Chercheuse en sciences médico-légales / judiciaire et professeure
Université du Québec à Trois-Rivières
Shari Forbes à l'extérieur du centre de décomposition humaine
Shari Forbes à l'extérieur du centre de décomposition humaine
Sujets

Je mène des recherches pour comprendre comment le corps humain se décompose dans notre environnement canadien unique.

À propos de moi

Je suis né/j’ai grandi à : Sydney, New South Wales, Australie

J’habite désormais : Montréal, Québec

J’ai fait ma formation ou mes études à : Université de technologie de Sydney, Australie. J'ai obtenu un baccalauréat avec mention en chimie appliquée - science médico-légale et un doctorat en sciences (axé sur la chimie médico-légale).

Ce que je fais au travail

La majorité de mon travail consiste à mener des recherches dans les domaines de la taphonomie médico-légale et de la chimie de la décomposition. J'étudie ce qui arrive au corps après la mort. J'étudie également les informations que nous obtenons et qui peuvent être utilisées pour aider les enquêtes médico-légales sur les décès. Je suis la directrice de la seule installation de décomposition humaine au Canada. Ici, les gens font généreusement don de leur corps à la science afin que nous puissions étudier les processus biologiques, chimiques et physiques de la décomposition humaine dans le climat unique du Québec.

L'un de mes domaines de recherche consiste à recueillir l'odeur produite par les restes humains. Notre objectif est d'identifier les composés chimiques de l'odeur de décomposition. Pour ce faire, nous utilisons des instruments chimiques de pointe connus sous le nom de chromatographie en phase gazeuse multidimensionnelle. Il s'agit d'une recherche importante.  Actuellement, nous utilisons des chiens spécialement entraînés pour localiser les restes humains. Ces chiens captent l'odeur de décomposition pour localiser les personnes décédées. Nous ne savons pas quels composés de l'odeur de décomposition ils peuvent sentir. Lorsque nous aurons découvert ces composés, nous pourrons augmenter leur capacité à localiser les victimes plus rapidement. Cela sera très important dans les environnements de recherche difficiles comme les catastrophes de masse.

La science médico-légale consiste à essayer de résoudre une énigme à l'aide de la science, l'énigme étant un crime. Mon équipe utilise de nombreux domaines scientifiques différents pour étudier la décomposition humaine. Tout cela nécessite la résolution de problèmes. En plus de la chimie de la décomposition, nous étudions d'autres domaines, notamment :

  • L'entomologie médico-légale. Il s'agit d'étudier les insectes présents sur un cadavre pour nous aider à estimer le temps écoulé depuis la mort.  
  • La biologie médico-légale. Il s'agit de l'utilisation de l'ADN récupéré pour identifier une victime.
  • La microbiologie médico-légale. Les bactéries présentes dans le corps et dans l'environnement peuvent nous indiquer depuis combien de temps une victime se trouve dans cet environnement.
  • La reconstruction faciale. Il s'agit de créer une image reconnaissable pour aider un proche à identifier une personne disparue.

Chacun de ces domaines exige que nous réfléchissions à de nouvelles façons d'étudier ces processus et de découvrir de nouvelles informations qui n'étaient pas connues auparavant pour notre climat continental (froid) au Canada. Notre formation scientifique nous a appris à réfléchir de manière critique à ces questions. Elle nous aide également à identifier les méthodes que nous devrions utiliser pour répondre à ces questions en faisant appel à nos compétences analytiques.
 

Mon parcours

J'ai aimé les sciences quand j'étais au secondaire. J'aimais qu'elles soient à la fois théoriques et pratiques. Cela me permettait d'apprendre d'une manière que je comprenais et que je trouvais intéressante. J'aimais aussi lire, en particulier les romans policiers, lorsque j'étais élève. Je trouvais que c'était un excellent moyen de me libérer du travail scolaire et de m'immerger dans quelque chose de différent. Lorsque le moment est venu de choisir un diplôme universitaire, j'ai naturellement associé ces deux choses que j'appréciais. J'ai donc choisi un diplôme en médecine légale. J'ai tellement aimé cette formation que j'ai poursuivi mes études pour obtenir un doctorat. C'est à cette époque que j'ai commencé à m'intéresser à l'étude de la décomposition humaine. C'est grâce à mes deux superviseurs qui m'ont encouragé à poursuivre mes études. Il et elle ont été une source d'inspiration pour le début de ma carrière dans ce domaine et j'en ai apprécié chaque instant depuis !

Ce qui me motive

La recherche implique de poser constamment des questions. Elle consiste également à tester des hypothèses, à trouver des réponses et à découvrir que ces réponses conduisent à d'autres questions encore ! C'est pourquoi mon travail est différent chaque jour. J'aime découvrir de nouvelles choses et acquérir de nouvelles connaissances. J'aime voir mes étudiantes et étudiants apprendre quelque chose de nouveau, et dans certains cas, me prouver que j'ai tort et recommencer à zéro. C'est ce qui me passionne et me motive à résoudre constamment de nouvelles énigmes.

Il n'existe que 12 installations de décomposition humaine dans le monde. La nôtre est la seule dans le climat unique du Canada. Bien qu'il puisse sembler difficile de travailler avec des restes humains, je suis constamment inspirée par les personnes qui font don de leur corps. Ils et elles apportent une énorme contribution à la science. Ils sont nos professeur(e)s et nous apprenons d'eux quelque chose de nouveau chaque jour. Cela signifie que tout ce que nous découvrons est une nouvelle information. Par conséquent, nous aidons chaque jour les services des autorités policières à améliorer la manière dont elles résolvent les crimes.

Comment j’influence la vie des gens

Mes recherches aident les services de police et de médecine légale à rechercher, récupérer et identifier les restes humains. Il peut s'agir de personnes disparues, de victimes d'homicide ou de victimes de catastrophes de masse. Nos recherches peuvent aider à retrouver des personnes plus rapidement et à récupérer leurs restes dans des environnements difficiles. Elles peuvent également nous aider à identifier un corps non identifié et à permettre à sa famille de retrouver ses restes. Elle peut également aider à poursuivre l'auteur(e) d'un crime et à faire en sorte que justice soit rendue. C'est important pour la victime, mais aussi pour ses proches et pour la sécurité du public.

En dehors du travail, je

J'aime lire (surtout des romans policiers !) pour me détendre. J'aime également être à l'extérieur, surtout avec mon chien qui aime marcher, faire des randonnées, nager, faire du kayak ou de la planche à pagaie avec moi. Tout le temps que je peux passer au soleil est un bonus. J'aime jouer au volleyball de plage ou au netball (un sport australien) ou simplement être active.

Mon conseil aux autres

Le même conseil que la plupart des gens vous donneront, trouvez quelque chose qui vous passionne et faites-en votre carrière. C'est le meilleur moyen d'être motivé par ce que vous faites. Cela vous aide également à rester enthousiaste face à chaque nouvelle journée et à ce qu'elle vous réserve. La criminalistique est en constante évolution et aura toujours de nouvelles énigmes à résoudre.

Durant mon parcours scolaire, j'appréciais les sujets suivants :
  • Géographie
  • Alimentation et nutrition
  • Économie domestique
  • Sciences
  • Technologie
Durant mon parcours scolaire , je me décrirais comme une personne qui :
  • Aidait les gens à se rapprocher
  • Aimait aider les autres
  • Organisait des activités pour ses amis
  • Était motivée par le succès
  • S’impliquait dans des activités de bénévolat
  • Aimait recevoir des instructions précises
  • Aimait la lecture
  • Ressentait une grande satisfaction lorsqu’elle obtenait de bonnes notes
  • N’était pas certaine de ce qu’elle voulait faire plus tard
  • Apprenait mieux en expérimentant

Les partenaires

Prospective Medical Professionals

Parlons sciences apprécie le soutien de l'organisation Prospective Medical Professionals (PuMP) qui nous a mis en contact avec cette personne.

Prospective Medical Professionals (PuMP) est un organisme de bienfaisance enregistré au niveau fédéral dont la mission est d'aider les étudiantes et étudiants du secondaire et du postsecondaire au Canada à comprendre les différents parcours de carrière dans les sciences de la vie et de la santé. PuMP met à la disposition des étudiants des possibilités d'apprentissage et favorise la participation de la communauté en fournissant des ressources, des événements locaux et des conférences. PuMP a pour but de créer une transparence entre les étudiantes et étudiants et ce domaine compétitif et en constante évolution, afin de donner aux jeunes les moyens de continuer à explorer les carrières possibles dans le domaine des soins de santé. Pour plus d'informations, consultez le site https://pumprofessionals.org/.

 

PuMP Logo

 

Explorez les profils de carrière

  • Karen Fleming

    Karen Fleming (elle)

    Formatrice en simulation

    Je collabore avec le personnel hospitalier pour créer des expériences éducatives qui favorisent des environnements plus sécuritaires pour les patients.
  • Portrait de Andrea Goldson-Barnaby

    Andrea Goldson-Barnaby

    Chargée de cours

    I teach and do research on the topics of Food Chemistry and Food Processing.
  • Yetong Dong headshot wearing lab coat

    Yetong Dong

    Research Assistant/Graduate Student

    I am studying to become a scientific researcher.
  • Adrienne Ethier

    Adrienne Ethier

    Spécialiste de l’évaluation des risques environnementaux

    Je suis responsable d’évaluer les risques d’exposition des personnes et de l’environnement à proximité des installations nucléaires et des mines.
  • Portrait de Dr. Marcia Anderson

    Marcia Anderson (elle)

    Médecin et vice-doyenne, santé autochtone, justice sociale et antiracisme

    Je suis médecin et je travaille à la mise en place de soins de santé culturellement sécuritaires et exempts de racisme.
  • Portrait de Sydney Robinson

    Sydney Robinson

    Ingénieure biomédical et chef d'entreprise

    Je suis une entrepreneure qui utilise sa formation d’ingénieure pour concevoir un dispositif aidant les personnes amputées à effectuer leurs tâches quotidiennes de façon moins douloureuse.
  • Hayleigh Conway

    Hayleigh Conway (elle)

    Technicienne en géomatique

    Je crée des cartes qui nous permettent de mieux répondre aux questions sur la santé de l’environnement dans l’Arctique de l’Ouest.
  • Portrait de Manpreet Kaur

    Manpreet Kaur (Elle)

    Boursière postdoctorale

    Je travaille sur des projets de recherche qui visent à découvrir des médicaments pour traiter les maladies infectieuses. Mon travail consiste à mener des expériences, à compiler des données et à les analyser, ainsi qu’à rédiger des articles de recherche pour des revues scientifiques
  • Portrait de Ryan Mitchell

    Ryan Mitchell

    Superviseur d’écloserie

    Mon travail consiste à superviser les tâches et les travaux quotidiens sur le site.
  • Terra MacDonald

    Terra MacDonald (elle)

    Vétérinaire et responsable de la santé des poissons

    En tant que vétérinaire pour Mowi Canada West, je m’occupe des saumons à toutes les étapes de leur vie, de l’œuf à la récolte. Je m’occupe de maintenir les poissons en bonne santé et je veille à leur protection tout au long de leur cycle de vie.
  • Portrait de Isha Berry

    Isha Berry

    Étudiante au doctorat en épidémiologie

    Je recherche des tendances dans les épidémies et les résultats sanitaires chez des populations à l’échelle mondiale.
  • Portrait de Jasmin Chahal

    Jasmin Chahal

    Professeure adjointe,

    J’enseigne au département de microbiologie et d’immunologie de l’Université McGill.
  • Lynn Henderson with German Sheppard dog

    Lynn Henderson (elle)

    Vétérinaire; clinicienne, professeure d’université.

    Je suis une vétérinaire spécialiste des petits animaux, au service de la santé animale de diverses façons.
  • Portrait de Megan Katz

    Megan Katz

    Prothésiste

    Un technicien ou une technicienne prothésiste est une personne qui fabrique et répare des membres artificiels.
  • Dr. Jackie Dawson faisant des recherches sur le terrain sur l'île Beechy, Nunavut.

    Jackie Dawson (Elle/iel)

    Professeure et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l’environnement

    Je travaille avec de grandes équipes académiques, des détenteurs de savoirs inuits et ceux et celles qui prennent des décisions pour comprendre les risques et les solutions des changements environnementaux.
  • Portrait de Corie Houldsworth

    Corie Houldsworth

    Inspectrice

    J'effectue des inspections sur les lieux de travail où les rayonnements sont utilisés, stockés ou transportés.
  • Daryl Lawes

    Daryl Lawes

    Gestionnaire de l’environnement pour Seaspan

    Je suis responsable de tous les aspects de la protection de l'environnement, des performances et de la conformité réglementaire pour les chantiers navals de Seaspan.
  • Clair Poulin hiking near wetland area

    Claire Poulin

    Chercheuse sur le poisson zèbre/étudiante en pré-médecine

    J’étudie comment le poisson-zèbre réagit à la baisse du niveau d’oxygène dans son environnement.
  • Lauren Saville | Présidente et créatrice chez Primate Tales

    Lauren Saville

    Entrepreneure et créatrice

    Lauren Saville est la propriétaire et la créatrice de Primate Tales.