Aller au contenu principal
Profil de carrière

Lucy Erickson

Gestionnaire des communications scientifiques pour le Marine Stewardship Council (MSC).
Marine Stewardship Council/MSC
Lucy Erickson | Gestionnaire des communications scientifiques pour le Marine Stewardship Council (MSC)
Lucy Erickson | Gestionnaire des communications scientifiques pour le Marine Stewardship Council (MSC)
Secteur
Lieu de naissance
Emplacement
Parcours education

Lucy Erickson est gestionnaire des communications scientifiques pour le Marine Stewardship Council (MSC).

À propos de moi

Je suis né/j’ai grandi à : Crescent Beach, en Colombie-Britannique.

J’habite désormais : Londres, Royaume-Uni.

J’ai fait ma formation ou mes études à : Baccalauréat ès sciences à l’Université McGill, Maîtrise ès sciences (conservation et gestion de la biodiversité) à l’Université d’Oxford.

Ce que je fais au travail

Quand je travaille au sein de l’équipe de communication scientifique, je me dis que j’ai trouvé le meilleur emploi. J’ai l’occasion d’être tenue au courant de tous les grands travaux scientifiques qui s’effectuent dans mon organisation, et je peux ensuite participer aux efforts de communication. Parfois, j’écris des articles de blogue ou des communiqués de presse. À l’occasion, je fais préparer des documents infographiques ou des vidéos. À d’autres moments, je travaille avec des scientifiques pour les aider à améliorer leurs propres compétences en communication. Chaque jour est différent!

Ma formation en STIM m’est très utile pour comprendre la science qui m’entoure. Puisque la science porte surtout sur la pêche et la santé océanique au Marine Stewardship Council, les sciences environnementales et la biologie me sont bien utiles. C’est important d’être capable de lire des graphiques et d’analyser des documents scientifiques. C’est aussi important de connaître les mathématiques de base.

En ayant une formation scientifique complète, tu peux travailler pour de nombreuses organisations différentes. C’est aussi très utile pour résoudre des problèmes et prendre des décisions. Je collecte le plus de données que je peux lorsque je dois prendre des décisions. Par exemple, j’utilise parfois l’outil Google Analytics pour connaître le nombre de personnes qui lisent un article de blogue. Ensuite, je réfléchis aux résultats que je souhaite obtenir et à la manière la plus efficace de les atteindre. Une fois qu’une décision a été prise, je fais un suivi pour en connaître le résultat et en tirer des leçons. Je crois que cette façon d’attaquer des problèmes en m’appuyant sur des données provient de ma formation en STIM. C’est très utile, peu importe la carrière que tu choisis.

Ce poste comporte une grande part de travail d’équipe et d’interactions humaines. Par exemple, les personnes responsables de la communication scientifique doivent travailler en étroite collaboration avec les scientifiques pour s’assurer qu’ils approuvent la manière dont leurs travaux sont présentés. En outre, il est aussi important de pouvoir rédiger de manière autonome et de savoir faire preuve de créativité.

Mon parcours

J’ai toujours aimé l’écriture et les sciences, mais je n’envisageais pas du tout de me lancer dans une telle carrière. J’ai suivi un programme interdisciplinaire en arts et sciences à l’Université McGill en pensant devenir médecin. Mais au milieu de mon programme, j’ai réalisé que ce n’était pas la bonne voie pour moi. Je me suis plutôt intéressée de plus en plus aux trois éléments fondamentaux du développement durable, à savoir l’économie, l’aspect social et la durabilité de l’environnement. Je voulais aider les gens tout en protégeant la planète. J’ai donc pris la décision de faire une maîtrise ès sciences en biologie de la conservation à l’Université d’Oxford. Après avoir obtenu mon diplôme, j’ai postulé deux fois plutôt qu’une au Marine Stewardship Council (une organisation mondiale qui lutte contre la surpêche), mais je n’ai même pas été convoquée pour un entretien. Ensuite, j’ai occupé de nombreux emplois liés à la communication scientifique, comme les relations avec les anciens étudiants et étudiantes, la collecte de fonds et, comme travailleuse autonome, en rédaction.

Enfin, avec les compétences que j’ai acquises dans le cadre de ces emplois, j’ai postulé à nouveau au MSC. Cette fois-ci, le poste idéal m’attendait! J’ai appris que parfois, il faut du temps pour trouver le bon emploi, mais tout cela est normal.

Ce qui me motive

J’aime mon emploi pour deux raisons : il me convient parfaitement et il me permet de faire une différence dans le monde. Je trouve cela fascinant de découvrir les dernières nouveautés scientifiques. J’aime aussi avoir à trouver la meilleure façon de parler de sujets complexes, c’est-à-dire d’une manière stimulante et accessible. Comme je n’ai jamais pu choisir entre les arts et les sciences, la communication scientifique est un emploi de rêve. J’aime aussi la mer et les sciences marines, mais je n’ai jamais voulu être biologiste. En travaillant pour le Marine Stewardship Council, je sais que je participe à l’élaboration de pratiques en pêche durable qui profitera aux générations actuelles et futures.

Comment j’influence la vie des gens

Les personnes qui travaillent en communication scientifique aident les scientifiques et les organisations à parler du travail important qu’ils font. Il peut s’agir d’à peu près tout, comme faire des conférences à l’Université sur la recherche sur le cancer, ou encore aider une ONG comme le Marine Stewardship Council à parler de pêche durable. Les responsables des communications scientifiques aident aussi le grand public (allant des jeunes enfants aux politiciennes et politiciens) à en apprendre plus sur la science de manière amusante et intéressante.

En dehors du travail, je

J’aime lire, voyager et être au bord de la mer.

Mon conseil aux autres

Si tu crois que la communication scientifique te convient, je te conseille de suivre une formation qui couvre les STIM et l’art, comme la rédaction scintifique. N’essaie pas de trouver l’emploi de tes rêves du premier coup. Chaque expérience t’apportera de nouvelles compétences uniques. En cours de route, fais ce que tu aimes et le reste suivra.

Durant mon parcours scolaire, j'appréciais les sujets suivants :
  • Arts dramatiques
  • Littérature et langues
  • Mathématiques
  • Musique
  • Éducation physique/Santé
  • Sciences
  • Environnement
Durant mon parcours scolaire , je me décrirais comme une personne qui :
  • Aidait les gens à se rapprocher
  • Aimait aider les autres
  • Organisait des activités pour ses amis
  • Faisait partie d’une équipe sportive
  • Était motivée par le succès
  • Aimait avoir la liberté d’explorer ses idées
  • Aimait la lecture
  • Ressentait une grande satisfaction lorsqu’elle obtenait de bonnes notes
  • N’était pas certaine de ce qu’elle voulait faire plus tard

Explorez les profils de carrière

  • Karen Fleming

    Karen Fleming (elle)

    Formatrice en simulation

    Je collabore avec le personnel hospitalier pour créer des expériences éducatives qui favorisent des environnements plus sécuritaires pour les patients.
  • Portrait de Andrea Goldson-Barnaby

    Andrea Goldson-Barnaby

    Chargée de cours

    J'enseigne et je fais des recherches sur les sujets de la chimie alimentaire et de la transformation des aliments.
  • Yetong Dong headshot wearing lab coat

    Yetong Dong

    Assistante de recherche/étudiante

    I am studying to become a scientific researcher.
  • Adrienne Ethier

    Adrienne Ethier

    Spécialiste de l’évaluation des risques environnementaux

    Je suis responsable d’évaluer les risques d’exposition des personnes et de l’environnement à proximité des installations nucléaires et des mines.
  • Portrait de Dr. Marcia Anderson

    Marcia Anderson (elle)

    Médecin et vice-doyenne, santé autochtone, justice sociale et antiracisme

    Je suis médecin et je travaille à la mise en place de soins de santé culturellement sécuritaires et exempts de racisme.
  • Portrait de Sydney Robinson

    Sydney Robinson

    Ingénieur biomédical et entrepreneur

    Je suis une entrepreneure qui utilise sa formation d’ingénieure pour concevoir un dispositif aidant les personnes amputées à effectuer leurs tâches quotidiennes de façon moins douloureuse.
  • Hayleigh Conway posant sur une carte des TNO et désignant Inuvik sur la carte. Pris lors de la Journée du SIG 2017.

    Hayleigh Conway (elle)

    Technicienne en géomatique

    Je crée des cartes qui nous permettent de mieux répondre aux questions sur la santé de l’environnement dans l’Arctique de l’Ouest.
  • Manpreet Kaur dans son laboratoire

    Manpreet Kaur (Elle)

    Boursière postdoctorale

    Je travaille sur des projets de recherche qui visent à découvrir des médicaments pour traiter les maladies infectieuses. Mon travail consiste à mener des expériences, à compiler des données et à les analyser, ainsi qu’à rédiger des articles de recherche pour des revues scientifiques
  • Portrait de Ryan Mitchell

    Ryan Mitchell

    Superviseur d’écloserie

    Mon travail consiste à superviser les tâches et les travaux quotidiens sur le site.
  • Terra MacDonald sur un site d'aquaculture tenant des saumons d'élevage.

    Terra MacDonald (elle)

    Vétérinaire et responsable de la santé des poissons

    En tant que vétérinaire pour Mowi Canada West, je m’occupe des saumons à toutes les étapes de leur vie, de l’œuf à la récolte. Je m’occupe de maintenir les poissons en bonne santé et je veille à leur protection tout au long de leur cycle de vie.
  • Portrait de Isha Berry

    Isha Berry

    Étudiante au doctorat en épidémiologie

    Je recherche des tendances dans les épidémies et les résultats sanitaires chez des populations à l’échelle mondiale.
  • Portrait de Jasmin Chahal

    Jasmin Chahal

    Professeure adjointe,

    J’enseigne au département de microbiologie et d’immunologie de l’Université McGill.
  • Lynn Henderson avec un chien berger allemand

    Lynn Henderson (elle)

    Vétérinaire; clinicienne, professeure d’université.

    Je suis une vétérinaire spécialiste des petits animaux, au service de la santé animale de diverses façons.
  • Portrait de Megan Katz

    Megan Katz

    Prothésiste

    Un technicien ou une technicienne prothésiste est une personne qui fabrique et répare des membres artificiels.
  • Dr. Jackie Dawson faisant des recherches sur le terrain sur l'île Beechy, Nunavut.

    Jackie Dawson (Elle/iel)

    Professeure et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l’environnement

    Je travaille avec de grandes équipes académiques, des détenteurs de savoirs inuits et ceux et celles qui prennent des décisions pour comprendre les risques et les solutions des changements environnementaux.
  • Portrait de Corie Houldsworth

    Corie Houldsworth

    Inspectrice

    J'effectue des inspections sur les lieux de travail où les rayonnements sont utilisés, stockés ou transportés.
  • Daryl Lawes

    Daryl Lawes

    Gestionnaire de l’environnement pour Seaspan

    Je suis responsable de tous les aspects de la protection de l'environnement, des performances et de la conformité réglementaire pour les chantiers navals de Seaspan.
  • Clair Poulin hiking near wetland area

    Claire Poulin

    Chercheuse sur le poisson zèbre/étudiante en pré-médecine

    J’étudie comment le poisson-zèbre réagit à la baisse du niveau d’oxygène dans son environnement.
  • Lauren Saville | Présidente et créatrice chez Primate Tales

    Lauren Saville

    Entrepreneure et créatrice

    Lauren Saville est la propriétaire et la créatrice de Primate Tales.