Aller au contenu principal

Anthony Mantione

Économiste principal
Conseil de l’information sur le marché du travail
Anthony Mantione

Anthony Mantione

Anthony Mantione

Anthony Mantione

Emplacement
Parcours education

Je travaille à améliorer la disponibilité et l'accessibilité de l'information afin d'aider les Canadiens et Canadiennes à prendre des décisions éclairées sur leur carrière.

À propos de moi

Je suis né/j’ai grandi à : New York, États-Unis

J’habite désormais : Ottawa, Ontario, Canada

J’ai fait ma formation ou mes études à : Baccalauréat en économie de l’Université de l’Est de Washington; maîtrise en économie de l’Université Carleton

Ce que je fais au travail

Je fournis aux Canadiens et Canadiennes des renseignements qui leur permettent de prendre des décisions éclairées au sujet de leur cheminement de carrière. Une partie de mon travail consiste à faire des recherches et à rédiger des rapports sur des questions liées au marché du travail au Canada. Cela va de l’estimation des pénuries de main-d’œuvre qualifiée à l’analyse de l’incidence d’un phénomène comme la COVID-19 sur l’emploi. J’essaie aussi de comprendre comment les différentes populations sont traitées sur le marché du travail.

Il peut s’agir de jeunes, de personnes handicapées, etc. Ce travail repose sur les mathématiques. En particulier, j’utilise beaucoup l’analyse et la modélisation statistiques.

En tant qu’économiste principal, je gère aussi des projets. Je fournis une rétroaction et un soutien sur la recherche et le travail d’autres économistes de mon équipe. Je travaille avec différentes organisations au sein du gouvernement fédéral, dont Statistique Canada et Emploi et Développement social Canada. Je travaille aussi avec les provinces et les territoires. Je dirais que je passe entre la moitié ou les deux tiers de ma semaine dans des réunions. Pendant ce temps, je délègue du travail, j’apporte des commentaires et j’offre du soutien. Certaines réunions servent à la planification et au remue-méninges.

Je présente également mon travail dans le cadre de diverses conférences et réunions professionnelles. Le travail que je fais est un mélange de recherche indépendante et de collaboration. Tout dépend du projet. Je dois comprendre les statistiques pour réussir dans mon rôle. Il est aussi très important que je sois capable de bien écrire. Je dois communiquer des sujets complexes de façon claire et compréhensible. Cela peut se faire par écrit, par exemple dans un rapport ou sur un blogue. À d’autres moments, je communique par le biais d’une présentation à des centaines de personnes.

Mon parcours est

Je ne savais pas ce qu’était la science économique avant l’université. Mon école secondaire n’offrait pas de cours d’économie. Je pensais que l’économie ne concernait que les banques ou la finance. J’ai découvert que ce n’est pas vrai du tout. Quand je suis entré à l’université, je croyais que je voulais étudier la médecine parce que j’adorais les sciences.

La chimie et la biologie étaient mes deux matières préférées. Les mathématiques étaient aussi une matière favorite. Après avoir fait du bénévolat dans un hôpital et travaillé dans le domaine des soins de santé, je me suis rendu compte que ce n’était pas pour moi.

Par la suite, j’ai essayé de nombreux programmes différents, de la littérature anglaise à l’anthropologie. Comme j’avais beaucoup d’intérêts, il m’a été très difficile de circonscrire le tout en une seule carrière. En fait, j’ai choisi l’économie après avoir obtenu un diplôme en éducation! J’ai rencontré par hasard une personne qui était économiste. Nous avons eu des conversations philosophiques très profondes sur le comportement et la prise de décisions des gens. C’est alors que j’ai appris ce qu’était la science économique. En fait, c’est comprendre comment les gens se comportent et prennent des décisions dans un contexte de ressources limitées. C’est à ce moment-là que j’ai décidé que c’était une carrière pour moi.

Ce qui me motive

Je me suis tourné vers la science économique en tant que discipline parce que j’aimais la façon dont elle apportait une approche scientifique à la résolution de problèmes sociaux. L’économie du travail, en particulier, est bien connue pour être très riche en données. J’aime travailler avec des données pour obtenir des éclaircissements. En tant qu’économiste, je jouis d’une grande liberté. Par exemple, je n’ai pas de « carte de temps » à remplir. J’ai des projets que je dirige avec des échéances. J’ai des réunions avec des intervenants et intervenantes internes et externes. C’est à moi de veiller à ce que les choses soient faites et que mon rendement soit de grande qualité. Il n’y a personne qui regarde par-dessus mon épaule ou qui vérifie si je suis à mon bureau ou si je travaille. Ce degré de liberté est très important pour moi. Enfin, j’aime travailler avec mes pairs. Une partie de mon travail est très complexe et personne n’a la bonne réponse ou ne sait tout. J’aime pouvoir faire un remue-méninges avec un ou une collègue et résoudre des problèmes avec les membres de mon équipe. Nous pouvons trouver des solutions novatrices qui contribuent à améliorer le niveau de vie de la population canadienne.

Comment j’affecte la vie des gens

Le contenu de la recherche sur laquelle je travaille aide à créer des politiques qui aident l’ensemble de la population canadienne. Par exemple, le calcul des revenus des nouveaux travailleurs et travailleuses par domaine d’études peut aider les étudiants et étudiantes à planifier la carrière qui leur convient. La détermination des compétences en demande aide les éducateurs et éducatrices à s’assurer d’enseigner les compétences recherchées par les employeurs. Nous pouvons aider les membres de la députation à élaborer et à adopter des politiques qui permettent de s’assurer que l’ensemble de la population canadienne trouve des débouchés prometteurs sur le marché du travail et est traitée équitablement.

En dehors du travail je

Ma principale activité en dehors du travail est la lecture (j’adore les romans de science-fiction et fantastiques) et le crochet. Je fabrique beaucoup de couvertures et d’autres articles que je vends ou que je donne en cadeau à ma famille et à mes amis. J’aime aussi jouer au ultimate frisbee en été.

Mon conseil aux autres

Cherche une personne dans un domaine que tu penses pouvoir aimer et contacte-la pour l’interroger. Il y a tellement d’aspects au sujet d’un emploi dont on n’entend jamais parler en faisant des recherches sur Internet. Lorsque j’ai envisagé des études en médecine, je me suis concentré sur le contenu. J’ai découvert qu’il y a tellement plus que cela dans un emploi. Par exemple, tu pourrais aimer enseigner, mais l’enseignement n’est qu’une petite partie de ce que fait le personnel enseignant. Il y a aussi les réunions avec les parents, le chaperonnage lors d’événements étudiants et la notation. Il faut aussi planifier les leçons, poursuivre son perfectionnement professionnel et s’assurer que les cours sont conformes aux règles relatives aux besoins spéciaux.

Il se peut que tu aimes un aspect d’une carrière, mais que tu détestes absolument tout le reste. Il est donc très important d’entrer en contact avec quelqu’un qui travaille dans ce domaine pour avoir une idée de ce qu’il en est vraiment. Pose des questions. Deuxièmement, il est important de savoir où se situent tes limites du point de vue du milieu de travail. Si l’environnement de travail ou le contexte de travail est insupportable pour toi, il importe peu que tu aimes le contenu.

Durant mon parcours scolaire, j'appréciais les sujets suivants :
  • Langues étrangères
  • Littérature et langues
  • Mathématiques
  • Sciences
  • Informatique
Durant mon parcours scolaire , je me décrirais comme une personne qui :
  • Appréciait travailler seule
  • Aimait aider les autres
  • Était motivée par le succès
  • Aimait recevoir des instructions précises
  • Aimait la lecture
  • Ressentait une grande satisfaction lorsqu’elle obtenait de bonnes notes
  • N’était pas certaine de ce qu’elle voulait faire plus tard

Explorez les profils de carrière

  • Lauren Saville | Présidente et créatrice chez Primate Tales

    Lauren Saville

    Entrepreneure et créatrice

    Lauren Saville est la propriétaire et la créatrice de Primate Tales.
  • Meaghan Daly | Présidentede Forward Vision Games

    Meaghan Daly

    Présidente

    Meaghan Daly est la présidente de Forward Vision Games.
  • Maria Golbova assise sur une balançoire

    Maria (Maya) Golbova

    Analyste de la paie

  • Ryan Barichello | Président de LinxSmart & Partner - SOAP Vault.

    Ryan Barichello

    Président

    Ryan Barichello est le président de LinxSmart & Partner - SOAP Vault.
  • Sasha Strong | Analyste des horaires de la Banque TD Canada Trust.

    Sasha Strong

    Analyste des horaires

    Sasha Strong est analyste des horaires de la Banque TD Canada Trust.
  • Theresa McCurry à l'extérieur

    Theresa McCurry

    Présidente-directrice générale (PDG)

    Theresa McCurry est la présidente-directrice générale de l’Association de technologues et technicien(ne)s en génie de Colombie-Britannique (ASTTBC).
  • Kathy Deuchars | Ontario Genomics

    Kathy Deuchars

    Directrice, Développement commercial et recherche,

    Kathy Deuchars est la directrice, Développement commercial et recherche chez Ontario
    Genomics
  • Karen Farbridge | Présidente et connectrice urbaine

    Karen Farbridge

    Présidente et connectrice urbaine

    Karen Farbridge est Présidente et Connectrice urbaine de Karen Farbridge & Associates Ltd.
  • Kaaren Whitney-Vernon | PDG de shift2

    Kaaren Whitney-Vernon

    PDG

    Kaaren Whitney-Vernon est la PDG de Shift2, une plateforme créée pour encourager l'augmentation du contenu vidéo qui conte des histoires.
  • Garrett Ugray | Commandant de première intervention sur les lieux de l'incident

    Garrett Ugray

    Commandant de première intervention sur les lieux de l'incident

    Garrett Ugray est un Commandant de première intervention sur les lieux de l'incident pour les Services d'urgence, d'aviation et de lutte contre les feux de forêt du Ministère des Ressources naturelles de l’Ontario
  • Erik Blachford | Investisseur en capital-risque

    Erik Blachford

    Investisseur en capital-risque

    Erik Blachford est un investisseur en capital-risque en Californie, aux États-Unis.
  • Anthony Davis | propriétaire de Start-up Strategies en Ontario

    Anthony Davis

    Propriétaire

    Anthony Davis est le propriétaire de Start-up Strategies en Ontario.
  • Moustafa Eldeeb onsite at Seaspan Shipyard’s North Vancouver, BC facility.

    Mustafa Eldeeb

    Chef de projet, programmes de la Marine

    Je suis chargé de veiller à ce que les différentes équipes de projet soient performantes et respectent le budget et le calendrier approuvés pour chaque projet.
  • Amanda McCallum

    Amanda McCallum

    Géologue, spécialiste en communication, entrepreneure

    Je suis une géologue prospectrice, une spécialiste de la communication scientifique et une propriétaire d'entreprise.
  • Zane Westmoreland | Fondateur, Acadiate

    Zane Westmoreland

    Foundateur

    Zane Westmoreland est le fondateur d'Acadiate, situé en Ontario.
  • Tania George

    Tania George

    Cheffe d'équipe, Gestion des données cliniques

    Tania George est Cheffe d'équipe, Gestion des données cliniques pour Hoffmann-La Roche (Roche Canada).
  • Soneeka Patel | Responsable des comptes stratégiques, Google

    Soneeka Patel

    Responsable des comptes stratégiques, Partenariats

    Soneeka Patel est une responsable des comptes stratégiques pour Google.
  • Shane Monaghan | Responsable de ligne de produits

    Shane Monaghan

    Responsable de ligne de produits

    Shane Monaghan est responsable de ligne de produits pour la Société Gates.
  • Sarah Campden

    Sarah Campden

    Technicienne civile associée

    Sarah Campden est associée et technicienne civile de Herold Engineering Limited.
  • Sanchari Sen Rai, autoportrait

    Sanchari Sen Rai

    Cofondatrice et directrice générale

    Sanchari Sen Rai travaille avec des étudiantes et étudiants potentiels qui envisagent de faire des études supérieures au Canada.