Actualités et médias

 

Sciences, symposiums et sushis : Coup d’œil sur mon expérience des symposiums

Publié
13 septembre 2021

Cet article a été écrit par Caroline Huang, une élève de 11e année du lycée Abbey Park.

Lors d’un symposium Parlons sciences, vous pouvez vous attendre à des discussions qui font bouger les choses entre les chefs de file des STIM qui discutent de leur cheminement de carrière, une collectivité de jeunes de partout au Canada et peut-être même de délicieuses analogies culinaires de Charles, l’un des modérateurs de Parlons sciences.

Charles ressentait peut-être le besoin de faire de si nombreuses blagues culinaires parce que la nourriture relie les gens, où qu’ils soient sur la planète… ou peut-être parce que la pause du midi approchait.

Ou bien, y aurait-il un lien entre la nourriture et les STIM?

Caroline Huang

Pour parler de ma propre expérience, entreprendre des études dans les STIM peut quelquefois ressembler à un bar à sushis lors d’un buffet. En ce qui me concerne, je ne suis pas vraiment du genre fruits de mer et poissons, il est donc normal que je me demande : Tant d’options! Que vais-je choisir? N’est-ce pas tout bonnement du poisson? 

Assister aux symposiums m’a donné la confiance nécessaire pour essayer tous les différents types de sushis - ou, plutôt, des STIM.

Au sujet des symposiums

Au cours de l’été, j’ai participé aux séances Parlons environnement, Parlons santé et Parlons ingénierie, trois symposiums estivaux instructifs et percutants.

Du discours de l’orateur principal au forum de questions et réponses, des activités interactives aux prix, chaque séance regorgeait d’engagement et de connaissances.

J’ai apprécié écouter les scientifiques expliquer leur sujet de recherche et leur incidence sur notre planète tout au long des présentations.

Une présentation que j’ai trouvé très intéressante fut celle de Dr Catherine Ferbia, qui portait sur les travaux visant à trouver une solution à la course au changement climatique au cours de la séance Parlons environnement.

Elle collabore avec des fermiers pour repenser l’agriculture en restaurant la biodiversité, en faisant la promotion de la séquestration du carbone (un processus naturel qui permet de capter le dioxyde de carbone de l’atmosphère) et en travaillant avec les collectivités autochtones du monde entier afin que les fermes et les voies navigables puissent être durables.

J’ai particulièrement apprécié de voir que les notions tirées de mes manuels de sciences pouvaient servir à amener des changements profonds dans le monde; c’est encore plus chouette de savoir qu’il pourrait s’agir d’une option de carrière pour moi!

 Fille appuyée sur une balustrade

Ce que j’aime des symposiums

Que l’on parle d’environnement, de santé, d’ingénierie ou de l’un des nombreux domaines des sciences, qui ne se sent pas fébrile à l’idée de relever des défis pressants? Difficile de ne pas trouver stimulants le séquençage de l’ADN des virus ou l’élaboration de systèmes énergétiques qui propulseront l’humanité vers un avenir plus vert!

Mais ce que j’aime le plus des symposiums, c’est que les discussions permettent de voir ces carrières dans les STIM comme des objectifs réalisables. Les conférenciers ont fait valoir des cheminements que je pourrais me voir moi-même emprunter et les étapes pour y parvenir à partir de l’école secondaire. Ils m’ont donné le goût de conserver à mon horaire des cours comme la biologie et le calcul.

Il était également fascinant de disposer d’un groupe de scientifiques si diversifié, de diplômés récents en passant par des étudiants mûrs et des chefs de laboratoire. Connaître le point de vue de personnes provenant de différents milieux a démontré qu’il n’existe pas qu’un seul parcours conventionnel pour réussir dans les STIM.

Le goût d’entreprendre une carrière dans les STIM

Au terme du symposium final, j’ai quitté la séance Zoom en sentant qu’une carrière dans les STIM pouvait représenter un cheminement de carrière qui serait le mien.

Les STIM peuvent souvent être intimidantes pour les élèves du secondaire qui redoutent de passer leurs examens de chimie, lorsque ces concepts leur semblent tirés par les cheveux. Mais les symposiums ont contribué à mettre les STIM en contexte. J’ai constaté que les STIM sont un parcours gratifiant qui a un effet significatif. 

Et si vous vous sentez submergés par toutes ces différentes options de carrière, c’est bien! Les symposiums sont des espaces inclusifs et accueillants parfaits pour faire l’expérience de divers domaines, trouver ceux qui vous conviennent réellement et explorer ce que les carrières dans les STIM vous réservent! 

J’ai acquis certes beaucoup de connaissances, mais mon estomac gronde (pardon, mais j’ai quand même sauté la pause du midi!) Et, tandis que je pense à mes options de repas, je dois dire que les sushis (tout comme les STIM) sont formidables!

Des symposiums visionnaires vous attendent cet automne. Les élèves du secondaire ont une occasion unique de prendre part aux discussions sur des technologies de pointe tout en tirant profit des conseils précieux des dirigeants des STIM. Préparez-vous dès aujourd’hui aux attentes de demain! Rester au courant des symposiums à venir en s’inscrivant à l'infolettre à l’intention des éducateurs