Les STIM offrent des carrières d’avenir, mais qu’en pensent vraiment les adolescents canadiens?

Téléchargez la version .pdf

Les STIM offrent des carrières d’avenir, mais qu’en pensent vraiment les adolescents canadiens?

LONDON (Ontario), le 4 novembre 2014 – Les sciences sont amusantes, déclarent près des trois quarts des jeunes Canadiens – une proportion qui a plus que doublé, passant de 34 à 72 pour cent en seulement trois ans. De plus, les jeunes attribuent une grande importance aux sciences, puisque 72 pour cent d’entre eux estiment que les sciences offrent de nombreuses options de carrière différentes et que 74 pour cent reconnaissent leur importance dans la vie adulte. Puisque l’intérêt pour les sciences et l’importance qui leur est attribuée vont en augmentant peut-on en conclure que les jeunes comptent poursuivre leurs études dans ce domaine? C’est précisément la question sur laquelle se penche Pleins feux sur l’apprentissage des sciences : façonner la main-d’œuvre de demain, un nouveau rapport de recherche publié aujourd’hui par Parlons sciences et dont la réalisation a été rendue possible grâce à Amgen Canada.

Lorsque les jeunes pensent à leur avenir, leurs intérêts sont un élément primordial. En effet, 86 pour cent d’entre eux disent que ce sont leurs intérêts qui influencent leurs décisions au sujet de leur éducation et de leurs aspirations de carrière. Fait encore plus révélateur, les jeunes sont motivés par leurs valeurs et veulent des emplois qui requièrent des compétences de haut niveau et qui leur permettent notamment de contribuer à la société (84 pour cent), de prendre des décisions (75 pour cent) et de résoudre des problèmes (70 pour cent) – les compétences mêmes que l’apprentissage des sciences, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques (STIM) permet de développer.

« Même si nous trouvons encourageant de voir que les jeunes d’aujourd’hui s’intéressent davantage aux sciences, les attitudes à l’égard des cours de sciences sont restées relativement stables », explique Bonnie Schmidt, Ph. D., présidente et fondatrice de Parlons sciences. « Il est essentiel de comprendre ce qui influence et motive les jeunes lorsqu’ils envisagent leur avenir pour que nous – enseignants, parents, jeunes, industrie, organismes sans but lucratif et gouvernements – puissions travailler ensemble afin de les inspirer et de les motiver à poursuivre leur apprentissage des STIM. »

L’intérêt est élevé, mais il y a des lacunes à combler

Il s’avère que les élèves ont souvent du mal à saisir que les STIM sont utiles dans les rôles et les carrières qu’ils valorisent, et qu’elles peuvent leur servir de tremplin pour réaliser leurs ambitions.

  • Même si les jeunes reconnaissent que le Canada a besoin de plus de personnes possédant une formation en sciences, ils ne sont que 56 pour cent à manifester de l’intérêt à poursuivre leurs études postsecondaires en sciences. Cependant, même ce niveau d’intérêt ne semble pas se traduire par des taux d’achèvement, puisque moins de la moitié des élèves canadiens terminent leurs cours de sciences en 5e secondaire.
  • De plus, alors que 64 pour cent des jeunes estiment que les sciences offrent un milieu de travail intéressant, ils ne sont que 12 pour cent à se dire vivement intéressés à travailler dans le secteur des sciences.

« Outre les carrières traditionnelles qui requièrent des connaissances en STIM, dans tous les secteurs, les postes exigent des personnes analytiques, critiques et capables de résoudre des problèmes – les qualités mêmes que l’apprentissage des STIM développent », souligne Karen Burke, Ph. D., directrice, Affaires réglementaires, Amgen Canada. « Nous devons combler ces lacunes et montrer aux élèves ce que l’apprentissage des sciences peut leur apporter et comment il peut leur permettre d’accéder à la carrière de leur choix. »

Une action collective est nécessaire afin de combler les lacunes et de faire en sorte que les attitudes se traduisent par des comportements. Le rapport Pleins feux sur l’apprentissage des sciences 2014 met en lumière plusieurs défis que nous devons relever pour intéresser davantage les jeunes aux STIM, notamment :

  • Présenter l’éventail des emplois qui cadrent avec les valeurs que les élèves privilégient d’emblée pour leur carrière.
  • Faire mieux connaître toutes les possibilités professionnelles et le cheminement requis, au moment où les élèves prennent des décisions majeures au sujet de leur éducation et de leur carrière.
  • Préciser en quoi consistent les activités pratiquées dans les emplois liés aux STIM et aider les élèves à voir que ces carrières offrent des milieux de travail stimulants.
  • Corriger les fausses perceptions au sujet des préalables requis pour faire carrière dans les STIM. Par exemple, 60 pour cent des élèves croient qu’ils doivent obtenir un grade universitaire. Dans bien des cas, c’est vrai, mais les élèves doivent mieux connaître les nombreuses carrières en STIM qui requièrent un certificat ou un diplôme collégial, ainsi que les métiers spécialisés (qui comportent parfois une grande part de STIM).

L’engagement commun de Parlons sciences et Amgen Canada à sensibiliser davantage les jeunes à l’importance de l’apprentissage des sciences se poursuit cette année avec le nouveau rapport de recherche Pleins feux sur l’apprentissage des sciences. Ce document fait suite aux conclusions du rapport Pleins feux sur l’apprentissage des sciences de 2013, qui décrivait les conséquences financières et sociétales, ainsi que du manque à gagner découlant de l’abandon des cours de STIM.

Pour obtenir de plus amples renseignements et accéder au rapport complet, veuillez visiter le site http://www.parlonssciences.ca/À-notre-sujet/Recherches-et-publications

Au sujet de Parlons sciences

Parlons sciences est un organisme primé de sensibilisation aux sciences, d’envergure nationale et à visée caritative. Parlons sciences crée et met en place des programmes éducatifs uniques ainsi que des services qui visent à éveiller l’intérêt des enfants, des jeunes et des éducateurs envers les sciences, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques (STIM). L’organisme a pour but de préparer les jeunes à leur future carrière ainsi qu’à leur rôle de citoyen dans un monde de plus en plus façonné par les sciences et la technologie.

Pour obtenir de plus amples renseignements au sujet de Parlons sciences, veuillez visiter le site www.parlonssciences.ca.

Au sujet d’Amgen Canada

En qualité de chef de file de l’innovation, Amgen Canada connaît bien la valeur des sciences. À partir de ses principaux établissements dans le réseau biomédical effervescent de Mississauga, de même que des laboratoires de recherche à Burnaby, en Colombie-Britannique, Amgen fournit un apport important au secteur de la biotechnologie canadien depuis 1991. Amgen contribue au développement de nouveaux traitements, ou de nouvelles applications de médicaments existants, en partenariat avec un nombre d’organisations de premier plan au Canada spécialisées dans les soins de santé, l’enseignement, la recherche, de même qu’avec des administrations publiques et des regroupements de patients. Pour en savoir davantage au sujet d’Amgen Canada, rendez-vous à www.amgen.ca.

Méthodologie du sondage

Un sondage en ligne a été mené du 20 au 26 mai 2014 auprès de 818 adolescents canadiens âgés de 13 à 17 ans choisis au hasard et inscrits de la 2e année du secondaire à la première année du CEGEP (8e à la 12e année) à l’automne 2014. Les répondants (dont les parents font partie des panélistes du Forum Angus Reid) étaient représentatifs de la population des adolescents du Canada. En ce qui a trait aux totaux, les écarts sont attribuables à l’arrondissement des nombres.

- 30 -

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Roxanne Chaudier
Hill+Knowlton Stratégies
514-375-2725 (bureau)
514-827-8315 (cellulaire)
roxanne.chaudier@hkstrategies.ca